Cridem

Lancer l'impression
30-08-2018

12:51

Pourchassé comme Gülen Fethullah !

Le Rénovateur Quotidien - A l’instar de l’opposant Turc Gülen F ethullah véritable bête noire du pouvoir d’Erdogan , l’homme d’affaire et mécène mauritanien en exil, Mohamed Ould Bouamatou est depuis dix ans la cible du régime mauritanien sous la férule de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Contraint de quitter le pays , son empire financier et sa fondation n’ont pas échappé à la machine de guerre déployée sans répit par son cousin Président plus que jamais déterminé à réduire à néant ses investissements dans le pays et s’il en aurait les moyens, à l’étranger.

Les redressements fiscaux ne suffisant pas pour venir à bout de cette logique d’anéantissement de ses biens, voilà que ce feuilleton continue de livrer les derniers épisodes politico-judiciaires. Maintenant commence la longue détresse des malades avec le gel des avoirs de la fondation Bouamatou par le pouvoir en place.

Derrière ce règlement de compte rocambolesque se cache bien la puissante main d’un président décidé à tirer sur tout ce qui bouge même sur des indigents privés aujourd’hui de soins gratuits et d’un personnel médical extorqué de ses avantages.

Bouamatou et son clan dont Ould Debagh victime aussi de cette mesure d’expropriation et de saisi de comptes bancaires sont considérés par le régime comme les portraits robots d’une chasse aux sorcières à abattre avec à la commande , un mandat d’arrêt international lancé contre eux.

La rupture entre les deux cousins divise la tribu et agite la scène politique en pleine campagne électorale comme si l’ombre du Gülen mauritanien perturbe la quiétude d’un président qui semble faire volte-face après avoir étalé sur la presse du monde qu’il ne se présentera pas pour un troisième mandat.

Les condamnations et dénonciations au sujet de ce feuilleton Bouamatou mais aussi sur l’arrestation du leader du mouvement antiesclavagiste Birame Dah Ould Abeid ajoutent à cette situation politique précaire que vit le pays en pleine campagne électorale où des suspicions de fraude sont signalées par l’opposition avant la phase des votes.

La croisade contre les opposants, les journalistes et activistes des droits de l’homme risque de s’intensifier encore si le verdict des urnes confirme de tels faits car la coalition de l’opposition a annoncé qu’elle ne laissera pas ses voix volées par le camp présidentiel quelqu’en soient les conséquences.

De l’autre côté les partisans de Birame Ould Dah continuent leur pression sur le plan national et international pour obtenir sa libération. Pour sa part l’homme d’affaire Mohamed Ould Bouamatou a lancé depuis l’étranger un appel à la résistance contre la tyrannie en s’insurgeant contre ce qu’il a qualifié de pouvoir dictatorial d’un président qui a « sucé le sang » des mauritaniens contre ses intérêts personnels.

Cette guerre des titans n’est donc pas près de se dissiper entre les deux cousins qui se vouent une terrible animosité. Avec cette nouvelle escalade dans les rapports tendus entre les deux hommes, la donne politique pourra bien changer a quelques mois de la présidentielle porteuse d’incertitudes.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org