Cridem

Lancer l'impression
30-08-2018

18:00

Le président Aziz s’en prend aux islamistes qualifiés d’extrémistes

Sahara Medias - Le président Mohamed O. Abdel Aziz s’en est pris vivement aux activistes des partis partisans de l’islam politique les accusant d’extrémistes décidés à arriver au pouvoir par les armes en cas d’échec politique.

Le parti union pour la république fortement soutenu par le président Mohamed O. Abdel Aziz, est en concurrence avec le parti Tewassoul, arrivé second lors des dernières élections législatives en 2013.

Ce parti d’obédience islamiste dispose d’une vaste base populaire qui fait de lui l’une des plus importantes formations politiques engagées dans les élections législatives, locales et régionales prévues le 1er septembre.

Le président O. Abdel Aziz, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse dans la nuit de mercredi à jeudi a déclaré que « les islamistes qui font de la politique et qui portent des cravates peuvent porter les armes s’ils n’arrivent pas à réaliser leurs objectifs politiques ».

Il s’en est vivement pris aux frères musulmans qui ont été, selon lui, à la destruction de pays arabes plus forts et plus riches que la Mauritanie.

Depuis quelques jours déjà le président O. Abdel Aziz évoquait la participation aux élections de septembre d’extrémistes, qui se sont avérés par la suite les islamistes en plus des extrémistes racistes, allusion aux organisations des droits de l’homme et enfin les partisans des anciens régimes, moins dangereux, selon O. Abdel Aziz que les autres.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org