Cridem

Lancer l'impression
06-09-2018

21:45

Vidéo. Mauritanie, violées et criminelles

Mondafrique - La criminalisation des relations sexuelles hors mariage en Mauritanie met en danger les survivantes de viol, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Le rapport de 101 pages, intitulé « ‘Ils m’ont dit de garder le silence’ :

Obstacles rencontrés par les survivantes d’agressions sexuelles pour obtenir justice et réparations en Mauritanie »
conclut que lorsque les survivantes de violences sexuelles osent s’exprimer, la police et les autorités judiciaires ne respectent ni leurs droits, ni même leur dignité.

Human Rights Watch a constaté que les procédures d’enquête ne garantissaient pas la vie privée, ni les règles de confidentialité, qu’elles offraient rarement la possibilité d’interagir avec des agents de sexe féminin et qu’elles pouvaient virer à l’enquête sur la moralité de la survivante de viol. De nombreuses survivantes ont un accès limité ou inexistant à l’assistance juridique, aux soins médicaux et psychologiques et à l’aide sociale.

« Les femmes et les filles mauritaniennes ne devraient pas courir le risque d’être emprisonnées, ou davantage stigmatisées, du seul fait qu’elles dénoncent des abus sexuels », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

« Pour lutter contre les violences sexuelles, la Mauritanie devrait exiger que les forces de l’ordre et le système de santé publique cessent de traiter les victimes comme des suspectes, les soutiennent lors de leurs démarches judiciaires et de leur rétablissement, et traduisent les agresseurs en justice. »

Human Rights Watch a interrogé 33 filles et femmes ayant rapporté avoir été violées, ainsi que des membres d’organisations non gouvernementales, des avocats et des responsables du gouvernement. Le 12 juillet, Human Rights Watch a envoyé à plusieurs ministères et entités du gouvernement mauritanien une lettre contenant des conclusions préliminaires et des demandes d’informations.

Le Commissariat aux droits de l’Homme et à l’action humanitaire a coordonné une réponse conjointe et détaillée du gouvernement reçue le 31 août, après la finalisation du rapport, et disponible en anglais et arabe ici.







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org