Cridem

Lancer l'impression
11-09-2018

16:33

Visa : Quand l’ambassade d’Espagne traine les pieds

Le Calame - La situation se répète chaque été. Invariablement. Des centaines de mauritaniens font le pied de grue devant l’ambassade d’Espagne pour obtenir le visa qui leur permettrait de passer des vacances aux Iles Canaries.

Munis de volumineux dossiers, où tous les papiers sont en règle, il leur arrive de rester un mois et parfois deux sans obtenir la moindre réponse. Des vacances sont ainsi gâchées, des affaires ratées (des entreprises n’ont pu réceptionner du matériel lourd, ce qui leur a fait rater des marchés) et des voyages annulés. Par la faute d’une bureaucratie digne des pires républiques bananières.

Au moment où l’Allemagne délivre les visas en 24 heures et la France en 48, l’Espagne traine les pieds pendant des semaines et des semaines pour délivrer le précieux sésame. Contrairement à toute réglementation et à toute logique. Pourtant, ce sont les mauritaniens qui sont les principaux clients des hôtels, appartements et autres magasins de Las Palmas, au moins durant les trois mois d’été.

Grâce à eux, la crise, qui avait frappé l’Espagne de plein fouet il y a quelques années, a épargné dans une large mesure les Canaries. Ses commerçants le reconnaissent volontiers. Ce qu’ignore ou feint d’ignorer l’ambassade d’Espagne à Nouakchott qui voit apparemment en chaque demandeur de visa un immigré potentiel. Sinon rien ne peut expliquer autant de lenteur.

Certes l’ambassadeur et le Consul sont tous les deux nouveaux mais ils se doivent de prendre ce problème à bras le corps, le régler à leur niveau ou tirer la sonnette d’alarme. L’image de l’Espagne est en train de prendre un sérieux coup.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org