21-01-2021 11:11 - Le Sénégal face à la deuxième vague de Covid-19, les services de santé sous pression

Le Sénégal face à la deuxième vague de Covid-19, les services de santé sous pression

RFI Afrique - L’association des médecins urgentistes met en garde face à l’augmentation des cas graves et des décès, et indique que le virus « se propage à vive allure dans les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Saint Louis et Kaolack ».

L’organisation appelle à redoubler de vigilance dans le respect des mesures barrières, et souligne « l’épuisement » des personnels soignants affectés dans les centres de traitement. Sur le pont depuis l’apparition du virus au Sénégal, docteur Khady Fall, médecin anesthésiste réanimateur à l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, le reconnait : elle fatigue.

« On n'est vraiment épuisés. On a commencé depuis le mois de mars et jusque-là il n'y a pas eu de repos, il n'y a pas eu de répit. Mais c'est obligatoire de tenir en fait, devant la menace de morts ou de détresse respiratoire », déplore-t-elle.

Dans la région de Matam, au nord-est du pays, le centre de traitement (CTE) d’Ourossogui accueille les cas graves et dispose de cinq lits de réanimation. Les services sont sous pression. « C'est très difficile, notamment avec un effectif minime », constate l’un des responsables, le docteur Ndiaye Diop.

Le personnel tourne dans les différents services hospitaliers, explique-t-il, « aujourd'hui aux urgences, demain au CTE » car « il n'y a pas que le Covid, les autres urgences sont là et il faut les gérer ».

D’où l’appel lancé par l’association des médecins urgentistes du Sénégal. « On voudrait rappeler aux gens que nous sommes sur le terrain, que nous sommes, surtout avant d'arriver à ce moment critique où peut-être qu'on ne pourra peut-être plus prendre en charge les patients qui viendront. Donc on préfère prévenir », explique sa présidente, le docteur Corinne Tchania.

Selon le ministère de la Santé, le Sénégal enregistre à ce jour 546 décès liés à la maladie.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 0
Lus : 905

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)