16-08-2007 09:31 - Jean-Pierre Vivenot : Droit de réponse

Jean-Pierre Vivenot : Droit de réponse



Bonjour Monsieur,

Vous trouverez ci-jointe toute l'histoire de ces 2 hommes, merci d'avance pour ce droit de réponse.

Catherine Soupeaux, épouse du pilote Jean-Pierre Vivenot "Parti à Dakar en hélicoptère Bell 206, pour une opération humanitaire depuis mars 2007, accompagné du docteur Corea du Ministère de la Santé Sénégalaise. Les arrêtes obligatoires pour mettre du carburant et pour dormir : Paris, Millau, Castellone, Tanger, Marrakech, Agadir, Layounne, Tantan, Dakhlet Nouadhibou - Nouakchott et enfin Dakar, soit 3 à 4 jours. Après un mois à transporter des malades, j'ai dû rentrer pour 8 jours par la ligne, car mon père se faisait opérer du coeur après une semaine, je suis retourné à Dakar.

Ma société me demanda de remonter l'hélicoptère en France. J'ai demandé à mon ami Eddy de venir avec moi pour le retour, étant pilote privé cela lui faisait des heures de vol. Deux jours à Dakar à attendre les autorisations de survol du territoire marocain et mauritanien. Départ le 27 avril 2007 pour Nouakchott, escale technique, puis Nouadhibou.
Je pêche toujours 2 à 3 jours à Nouadhibou, car c'est ma passion. Nous sommes arrivés à Nouadhibou, nous avons garé notre hélicoptère sur le parking avion, dans l'enceinte de l'aéroport, nous avons été reçus par le fils de l'ancien président de la République mauritanienne. Je l'avais rencontré quelques mois auparavant sur le même parking, nous avions parlé, il me faisait par qu'il voulait monter un aéro-club à Nouadhibou.

Comme je le fais toujours depuis des années, lors de mes retours, je m'arrête à la cabane du pêcheur, comme je le surnomme. Cet endroit est magique pour les amateurs de pêche, et j'aime m'y arrêter et partager ce lieu avec les gens qui m'accompagnent. C'est un petit hôtel au bord de l'eau qui s'appelle Le Cabanon. Après les formalités, j'ai demandé l'autorisation d'aller me poser au Cabanon, comme le fait tout hélicoptère de passage, environ 5 minutes de vol.

Pendant mon séjour, le fils de l'ancien président est venu me voir 3 ou 4 fois, et m'a même prêter un véhicule pendant une journée. Le jour de mon départ, je n'ai pas pu partir, pour cause d'un fort vent, et de sable. J'ai fait le plein de carburant plus 200 litres de réserve, soit la charge maximale au décollage. J'ai signalé que nos visas étaient périmés le jour même. La police nous a rendu nos passeports et nous avons dit que nous partons le lendemain à 7 heures du matin, bien sûr avec un plan de vol déposé.

Le soir même, nos étions à l'hôtel vers 19h30, ensuite nous nous sommes couchés, car nous nous levions à 6 heures pour notre décollage. Le lendemain petit déjeuner, la police est arrivée, et nous emmène sans rien nous dire. Nous avons appris deux jours plus tard qu'un avion chargé de drogue était arrivé vers 21h30. Le fils de l'ancien président étant présent à l'intérieur de l'aéroport et qu'il s'était sauvé.

Après 13 jours de garde à vue et 3 mois de prison et d'enquête, aucune des personnes ne nous accusé ou ne nous a reconnu. Nous avons fourni toutes les autorisations de vol ainsi que les contrats de travail. Les devis de poids, le manque de puissance et l'autonomie de cet hélicoptère ne permettent pas de faire quoi que ce soit.

Les gens de l'hôtel Le Cabanon ont confirmé nos dires. Les gens interpellés ne nous ont jamais vu, et ne nous accusent pas. Aucun lien entre cette histoire et nous, sauf cette relation de quelques heures avec le fils de l'ancien président qui m'avait dit vouloir monter cet aéro-club dans l'avenir. Ce notable est connu de toute la Mauritanie, je ne pouvais pas me méfier.

J'ai appris le 19 juillet 2007 que cet homme avait été arrêté au Maroc, et qu'il avait été interrogé. D'après les renseignements, il nous aurait mis hors de cause. Je fais ce trajet Paris - Dakar depuis plus de vingt ans. Je n'ai jamais eu aucun problème. Je n'ai aucun antécédent judiciaire et mon ami Eddy non plus. J'ai été médaillé par le Gouvernement pour avoir sauvé des gens au péril de ma vie. Je ne suis pas un trafiquant, ni mon ami Eddy qui était venu pour faire quelques heures de vol.

Voilà notre histoire."

Jean-Pierre VIVENOT


Commentaires : 0
Lus : 2223

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)