01-03-2012 17:51 - Tahra Mint Hembara brise un tabou en racontant son calvaire...

Tahra Mint Hembara brise un tabou en racontant son calvaire...

Jeudi matin, lors de la conférence de presse des organisatrices de la marche du 8 mars contre les violences sexuelles à l’égard des femmes, Tahra Mint Hembara est sortie de ses gonds pour faire une déclaration tonitruante, au siège de la Fondation Moktar Ould Daddah.

"Je suis une femme qui se sent concernée par tout ce qui touche la société mauritanienne et plus particulièrement les femmes", dit Tahra Mint Hembara. Au sujet des violences faites à l’égard des femmes, je crois qu’il va falloir qu’on crève l’abcès.

Je voudrais mobiliser toutes les femmes qui ont été victimes de violences sexuelles. Ces femmes qui se taisent, qui sont battues tous les jours, chez elles, ont honte. Pourquoi ont-elles honte ? Elles ne doivent pas avoir honte à dire qu’elles ont été battues par un homme".

Jusque-là, tout va. Elle émeut toute l’assistance lorsque subitement elle décide de rompre le silence en confiant qu’elle a été, elle-même, victime de violences. "J’ai été, un soir, battue par un homme qui était mon mari. J’ai failli en mourir vraiment. Je n’ai jamais été battue de ma vie. Ce soir-là, j’ai failli vraiment mourir, j’ai vu ma vie m’échapper.

Cet homme-là s’appelle A. O H*. Il est là et se promène en toute quiétude. Cet homme-là a déjà battu plusieurs femmes. Si je l’avais su, je ne l’aurai jamais revu encore moins l’épouser. D’autres femmes à qui il avait fait subir le même sort que moi se sont tues, elles ont leurs raisons que je respecte. Ce n’est pas à moi de donner leurs noms.

Mais, moi, je ne me tais pas. Je n’ai aucun complexe et je le dis haut et fort. Cet homme-là doit être mis au banc de la société. Des femmes sont mortes à cause de leurs maris. C’est très grave. C’est pour cette raison qu’il ne faudrait pas se taire.

Les hommes de bonne volonté doivent nous aider et les femmes doivent conjuguer leurs efforts pour s’en sortir. Et se taire, c’est quelque part être complice même si ce n’est pas facile d’en parler mais il faut avoir le courage", a-t-elle ajouté. Pour faire entendre sa voix, Tahra Mint Hembara sera en tête du cortège avec la chanson qui dénonce ces violences lors de la marche des femmes mauritaniennes, le 8 mars 2012.

Babacar Baye Ndiaye


* nom censuré par Cridem


Source : Cridem
Commentaires : 17
Lus : 7915

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (17)

  • waragha (H) 04/03/2012 08:30 X

    ces propos ne sont credibles à mon sens.
    pourquoi en parler que maintenant?

  • labeid (H) 04/03/2012 00:46 X

    Ma compassion va pour Mme Tahra. Je rappelle toutefois que battre une femme n'est pas dans nos valeurs, même si des sadiques existent et l'exercent mais là c'est exceptionnel heureusement!

  • medsall (H) 03/03/2012 21:09 X

    je salut son courage pour avoir ose sortir de la coquille et militer pour cette cause noble qui est du au comportement indigne et irresponsable de certain homme.

  • jemalcool09 (H) 03/03/2012 18:26 X

    A.O.H. a travailler dure pour que le President le rapproche; campagne puis relations, puis pression social... malheureusement quand on a des ambitions dans la vie, on doit savoir gerer ses actions et ne pas prendre ses responsabilites est simplement hors de question.

    AZIZ et compagnie, voyez le signal que vous donner a la jeunesse et a la societe dans son ensemble. Addallahi vous a rendu des services, c'est sure et vous aussi devez prendre vos responsabilites.

  • Hamadal Kanal (H) 03/03/2012 11:39 X

    Quand nous voulons "crever l'abcès", il faut mettre à jour toutes les exactions. Mais quand quelqu'un dit que "ce phénomène est plus marquant et plus fréquent chez certaines composantes par rapport à d'autres", nous n'en finirons jamais.

    Dans toutes les composantes, il y a des barbares et des sadiques qui s'en prennent à leurs douces moitiés. Osons parler clairement.

    De l'autre côté, il n'y a pas seulement que des femmes battues, il y a aussi des hommes qui vivent un calvaire physique, psychologique dû à leurs épouses. Parlons-en...

  • mauritanievive (H) 02/03/2012 21:17 X

    ca c est un excellent signe de bonne sante de la societe et bravo a cette brave femme d avoir ose;

    pour dire qu il suffit d un rien pour faire avancer les choses ; nous aimone ce pays a l os et chaque fois qu il ya un point positif nous sommes infinniment heureux,

    bonne chance pour les femmes nous vous soutenons

  • baroude (H) 02/03/2012 17:06 X

    Effectivement ce phénoméne condamnable et irresponsable existe chez certains hommes, mais il faut dire tout de meme qu'il est plus marquant et plus fréquent chez certaines composantes par rapport à d'autres

    tous unis pour combattre ce comportement indigne et touchant nos soeurs, filles et méres.

  • olympe (F) 02/03/2012 15:07 X

    L artiste de grandes causes vous avez tout notre soutien. Vous avez toujours prouver votre attachement sincère à notre cher pays et vous n avez jamais fait un fond de commerce avec les nobles causes que vous défendez et celle là est incontestablement la plus difficile .Les femmes comprennent combien c est dure pour une femme le fait d avouer cela .Quel courage .

    Vous avez également occupé la place qui vous sied les artistes doivent toujours être ceux qui font bouger les sociétés accompagnent les mutations positives et c est le cas en l occurrence, merci de la part de toutes les Mauritaniennes .

    Une militante dans la société civile très positive juste et modérée on te connais très bien et t apprécie vraiment et sans complaisance .Bravo

  • tolerance (H) 02/03/2012 10:47 X

    Anyone is presumed innocent until proven guilty in a court of law; therefore, withholding the identity of the man was the right decision.

  • lmahjoub (H) 02/03/2012 04:14 X

    Bravo bravo et bravo Tahra mint Hembara

    En dénonçant cette horrible histoire devant tout le monde, elle a prouvé son courage et sa confiance en elle. La plus grande musicienne de tous les temps dans notre pays en brisant ce tabous a rendu un service immense à la femme Mauritanienne .

    Très respectueuse, elle ne donna aucun nom des femmes qui ont subits les horreurs de la part de la même personne, néanmoins elles sont connues elles se taisent c est leur choix .

    Il n y a aucun doute que dorénavant les femmes parlerons plus facilement et les psychopathes qui les maltraitent doivent comprendre que le silence est rompu .

    Mme mint Hembara respect merci et bravo encore une fois.

  • almoravide (H) 02/03/2012 01:50 X

    Oui je reconnais le franc parlé de la diva qui jette un pavé dans la mare en parlant des violences conjugales dont elle a été victime. Elle brise un tabou ici, mais je ne pense que son ex conjoint puisse etre inquiéter.

    Alors nos dirigeants, les leaders d'opinion et nos élus doivent criminaliser ces violences que les femmes subissent stoiquement. Lors de ladernière campagne présidentielle, j'ai milité avec de grandes figures qui defendent et denoncent ces violences, je veux citer: ZEINEBOU TALEB MOUSSA, AMINETOU MINT EL KORY, ET FATMA MINT EL KORY pour que chaque candidat insére ce probleme dans son programme. Je suis pret à reprendre mon baton de pélérin. Pour la bonne cause.

    AHMEDOU OULD DIYA
    PDT ONG AMAMD

  • souleymane5 (H) 02/03/2012 01:21 X

    Merci pour cette réponse

  • souleymane5 (H) 02/03/2012 00:38 X

    A.O.H Je me demande si réellement est ce qu'une censure de la part de cridem, ou c'est elle même qui a décidé ainsi.

    ------------------------------------

    Monsieur Souleymane,

    Que les choses soient claires. Tahra Mint Hembara a cité plusieurs fois le NOM de la personne afin de dénoncer la violence conjugale. Nous, Cridem, avons estimé qu'il n'était nullement nécessaire de citer nommément la personne pour dénoncer cette violence condamnable. Et cette décision nous l'avons prise afin que l'article respecte notre charte. Par ailleurs, nous tenons à préciser qu'aucune pression d'aucune sorte n'a été exercé sur nous pour cela !

    Le webmaster

  • antiraciste (H) 01/03/2012 20:54 X

    Wallahi tahra, je t'estime encore plus Grace a toi la Mauritanie va évoluer positivement et les tabous seront enfin des vieux souvenirs

    tu es une bonne thérapeute pour les femmes mauritaniennes je pense qu'en plus d'être artiste tu es la voix qui véhicule des messages
    Ce AOH doit d'abord démissionner, et ensuite répondre de ses actes criminelles, purger sa peine et sortir militer contre les femmes battues

    Hchoume abdallahi

  • mdmdlemine (H) 01/03/2012 20:08 X

    Il semble que l’artiste a beaucoup souffert et qu’elle a gardé longtemps une tristesse dont elle pensait la révélation en premier nuisible à elle. Mais, sans vouloir passer pour l’avocat du diable, je pense que l’évocation par une victime de sa vie privée cruelle doit plutôt se faire dans les couloirs de la justice que dans les colonnes des médias.

    Si Tahra est convaincue que s’exprimer ainsi est une délivrance, elle doit savoir assumer le premier pas de sa déclaration de guerre, parce que devant de telles accusations réelles ou fausses, c’est difficile de ne pas assurer sa propre défense, surtout si cette plaidoirie devra utiliser le même plateau qui lui a servi de support, à savoir les médias où le monsieur incriminé dispose de longs bras pour dénoncer une diffamation ou pour faire des confidences même imaginatives qui compromettent l’authenticité de ces aveux.

    D’ailleurs, la religion est très claire sur la vie privée des musulmans qui doit être gardée secrète, sinon portée à la connaissance des médiateurs pour règlement. C’est par ailleurs, le conjoint qui pardonne et qui supporte les malheurs conjugaux qui est le mieux récompensé. On ne dit pas que Tahra n’a pas été battue, mais la vie privée c’est sacrée pour devenir publique et servir de source de toutes sortes de commérages non édifiants sur les vrais faits.

  • bibigalle (H) 01/03/2012 20:07 X

    C'est très très grave. Monsieur AOH doit être traduit en justice, c'est inadmissible. Ce monsieur est visiblement dangereux.

    Le président Aziz doit en tirer les conclusions qui s'imposent. On ne doit pas s'entourer des gens comme ça. C'est un déshonneur de battre sa femme et griotte de surcroit. J'ai honte pour ce monsieur

  • vlane (H) 01/03/2012 18:39 X

    La Mauritanie est par excellence un pays où les pires crimes sont tus dans les placards familiaux. De là l’impunité de tous ceux qui frappent à mort, qui violent, qui jouissent de l’inceste, de la pédophilie ; certains que la famille fera tout pour taire le vice et encaisser le mal c’est toujours mieux que la honte publique !

    Quelle est donc cette honte que tout le monde craint si c’est la victime qui doit avoir honte ! Honte à la honte ! Honte au qu’en-dira-t-on…

    Même ceux qui perdent la tête ou qui souffrent doivent être cachés au lieu d’être respectés car c’est la honte ! On devrait avoir honte d’avoir honte et honte à ceux qui font que les victimes ont honte.

    Un proverbe arabe dit « frappe ta femme tous les jours, si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait… ». Tout est dit !

    Donner une gifle légère en recevant soi-même des coups de griffes dans la folie d’une scène de ménage est une chose, frapper une femme comme frappe un homme, frapper jusqu’au sang, frapper jusqu’à briser les os, frapper comme un animal c’est être un animal, un sous-homme, moins qu’un chien.

    Où sont les frères, les cousins, les amis quand une femme, une sœur, une cousine, une voisine se fait frapper jusqu’à risquer sa vie ? Souvent les femmes battues sont des femmes fortes, de là qu’elles encaissent : le cycle infernal est connu : coups et blessures, puis les larmes du petit garçon qui revient la queue entre les jambes avec pleins de caresses.

    Mais cela ne s’arrête jamais puis c’est un cycle infernal où il arrive même que la victime finisse par défendre son bourreau…

    Cela me rappelle, un film espagnol « Ne Dis rien ! » que j’ai vu en 2009, un chef-d’œuvre absolu, je disais à l’époque :

    « Il est OOH46, je viens de finir un chef-d’œuvre absolu. Au bout de 1H31 exactement, j’ai failli éteindre mon ordi tellement ce film est fort. Jamais, je crois, un tel sujet n’a été traité avec un tel talent, une telle justesse, une telle pudeur, une telle vérité. C’est fantastique. Il n’y a pas de mot pour décrire un chef-d’œuvre pareil. C’est un film espagnol qui s’appelle « ne dis rien ».

    J’en reviens pas tellement je suis heureux pour l’équipe qui a réussi un tel chef-d’œuvre. Le sujet ne pouvait être traité autrement. Avec un budget supérieur, très certainement que le film eût été moins chiant par endroit et plus digne des oreilles et des yeux qui sont habitués à ce cinéma spectacle : cinéma qui va vite , cinéma où de partout on vous met ici et là des musiques et du son pour tout : pour vous dire « ayez peur », pour vous dire « suspens », pour vous dire « soyez heureux » et enfin pour toujours vous guider comme des enfants aveugles et sourds.

    Avec plus de moyens ce film n’allait pas être celui-ci : une pure merveille où la vie est partout présente dans toutes ses facettes : de l’ennui à l’émotion en passant par le rêve et même un instant de solitude qui, sans le savoir, en appelle à Dieu, quand on a en face le diable tout puissant dans un être sans défense. Je vous le conseille ardemment. »

    http://chezvlane.blogspot.com/2009/12/ne-dis-rien-et-la-maison-des-cineastes.html