18-10-2012 21:32 - Doudou Seck, la passion de l'image.

Doudou Seck, la passion de l'image.

Le clip de «Kaaw», la chanson qui a valu au groupe Walfadjiri sa victoire au concours Afro Pepites Show 2012, c’est eux. Les premiers clips d’artistes mauritaniens diffusés sur des chaînes de télévision sénégalaises, eux aussi. Eux, c’est Video Pro Pub Laser Production, mieux connu sous l’abréviation VPP.

Rencontre avec Doudou Seck, le boss de cette société pionnière, un passionné qui s’interroge pourtant sur son avenir dans son pays. Ne demandez pas à Doudou Seck en quelle annnée sa société Video Pro Pub Laser Production a vu le jour, il ne le sait plus exactement: «2005 ou 2006», vous répondra-t-il, hésitant. De manière générale, ne l’embêtez pas trop avec ce genre de questions: les dates le préoccupent moins que les images et les techniques de l’audiovisuel, ses véritables passions.

La technique, c’est comme ça que tout a commencé. «J’avais un grand frère, tout le monde le connaît d’ailleurs puisqu’il faisait de l’athlétisme et qu’il a représenté la Mauritanie dans de nombreuses compétitions internationales.

Bref, il était électronicien, et je travaillais avec lui dans son atelier de Tevragh Zeina. On installait des paraboles et on réparait des cartes électroniques. Mais l’athlétisme l’occupait de plus en plus, et petit à petit c’est moi surtout qui avait la responsabilité de l’atelier».

«Chaîne Doudou»

En 1996 ce grand frère s’envole pour la France et inscrit Doudou dans une école; il décroche ainsi, en suivant des cours à distance, son diplôme de technicien de maintenance audiovisuelle. «Ensuite je suis rentré dans le flashage de décodeurs, en analogique à l’époque, poursuit-il. Et puis sont venus les débuts du numérique. C’est moi qui ai installé les antennes paraboliques des ambassades du Koweit, du Qatar, d’Arabie Saoudite, l’émetteur de la chaîne de télévision du Qatar...».

A la même époque, Doudou Seck installe chez lui, à Medina R, une antenne capable d’émettre dans un rayon de dix kilomètres. A partir de là, il diffuse des films, des feuilletons, que peuvent capter les habitants des quartiers voisins de Socim et Medina 3. «Les gens disaient ?capter chaîne Doudou, se souvient-il en riant.

S’ouvre alors le grand chapitre des clips videos. «Le premier, se rappelle-t-il, c’était pour Bads Diom, un petit frère à qui j’ai offert un clip». D’innombrables autres suivront, à commencer par Diamen Teki, Ewlade Leblade, Military Underground... «Ce clip-là a fait un tabac. C’est mon premier clip sorti sur 2STV, au Sénégal. Les gens appelaient pour savoir si ça avait été fait en Mauritanie, ce qui prouve bien d’ailleurs qu’ils ne connaissent pas notre pays».

«On était partout»

C’est à ce moment-là (avec le clip Miskin des rappeurs mauritaniens d’Ewlade Leblade), que Doudou Seck lance Video Pro Pub Laser Production avec un autre passionné d’images, son ami d’enfance, le cameraman Sidaty Diallo. «On a été les premiers à faire de la projection sur écran géant en live. C’était à l’ancienne Maison des jeunes, on projetait des feuilletons, des clips, je créais des animations comme des jeux de «casse-tête» (des visages qui se dévoilent petit à petit, ndlr)... Après ça c’est parti. On était partout».

Partout, c’est notamment la campagne présidentielle («J’ai travaillé pour tous les partis. Même pour la campagne de Mohamed Ould Abdel Aziz, les images aériennes de ses meetings qui sont passées à la télévision, c’est nous qui les avons filmées à partir d’un hélicoptère»); le festival hip hop Assalamalekoum; la «captation video» - c’est-à-dire le montage et la diffusion sur écran géant en temps réel - de l’enregistrement à Nouakchott de l’émission de RFI «Couleurs tropicales»;

la réalisation de documentaires culturels pour Al Jazeera en collaboration avec des sociétés de productions égyptiennes; le film d’Houleye Kane Lettre à ma mère, qui a remporté le prix Encouragement à la Semaine nationale du film 2010; le video-clip de Kaaw, la chanson qui a valu au groupe Walfadjiri son 1er prix à l’Afro Pépites Show 2012; deux films sur la corruption pour la GIZ et le PNUD; un autre sur l’immigration clandestine pour l’Office international des migrations, etc.

De deux au départ, l’effectif de VPP s’élève aujourd’hui à sept personnes. Côté matériel, le développement des activités et l’évolution de la technique ont imposé leur rythme: caméras HDV, ordinateurs MacBook Pro, logiciels de montage Final Cut Pro, After Effect, Premiere Pro (les spécialistes apprécieront) sont à l’heure actuelle les outils de travail de l’équipe. «C’est l’argent gagné grâce à notre travail qui a permis cela. Je remercie aussi Pape Dieng, qui m’a aidé à démarrer».

«Former des jeunes»

Depuis le début de l’année, Doudou Seck et Sidaty Diallo travaillent à la nouvelle Télévision du Sahel, le premier comme technicien, le second comme cameraman. «Ça m’apprend beaucoup, ça me permet aussi d’avoir des échanges avec des producteurs français notamment», affirme Doudou. Mais VPP n’a pas raccroché ses caméras pour autant: Doudou vient de mettre, entre autres, la dernière main au montage du film Une fenêtre sur l’école de Siré Camara. Les images d’une biographie de PA Military Underground, celles du 2e anniversaire d’Ousmane Gangué, celles du clip de Seydou Sow et Vagabond Tribe l’attendent désormais.

Mais le boss caresse aussi de nouvelles ambitions: «Je rêve d’une boîte de production de haut niveau où je pourrais en même temps former des jeunes. Il y a beaucoup de talents en Mauritanie, mais la formation fait vraiment défaut. J’ai des partenaires français et sénégalais qui sont prêts à y participer, il ne me manque que le matériel.»

Décoré en 2010 par l’Association des jeunes mauritaniens pour la culture, les loisirs et la technique, Doudou Seck assure être «respecté dans [son] pays, mais plus encore à l’étranger». «J’ai eu des propositions de travail dans une télévision sénégalaise. J’avoue avoir été tenté. Mais je préfère servir mon pays, où se trouvent mes parents et mes amis», conclut-il.

Video Pro Pub Laser Production
tél. 36 30 52 07, 
email: videopropublaser@gmail.com

Claire Jeannerat






Commentaires : 1
Lus : 2878

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • sndioro (H) 18/10/2012 21:44 X

    Tres fier de toi. Do your thing, bro!