28-10-2012 23:52 - Elle fait tomber le mur d’un tabou, celui de l’homosexualité

Elle fait tomber le mur d’un tabou, celui de l’homosexualité

L’histoire retiendra que c’est une jeune femme de 27 ans, étudiante en économie à l’Université de Nouakchott et journaliste, qui a parlé d’un tabou, celui de l’homosexualité dans la société mauritanienne, dans le cinéma mauritanien.

Il s’agit de Hanane Mint Vall, dont le film en question, Goor Jigueen, a été présenté jeudi soir en marge de la VIIe édition de Nouakshort Films. Hanane Mint Vall, première et seule réalisatrice à ce jour à avoir évoqué la thématique de l’homosexualité, dans le cinéma mauritanien, estime que "c’est toujours un sujet tabou" dans la société mauritanienne.

Alors, pour elle, avertit-elle, "ce n’est pas parce qu’on s’attaque à ce sujet qu’il va disparaitre". "C’est le contraire. Si, on ne parle pas d’un sujet tabou, cela veut dire qu’on le protège", a-t-elle affirmé, tout en soutenant "ne pas vouloir condamner" ce phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur en Mauritanie.

Dans ce film, Hanane Mint Vall donne la parole à un Goor Jigueen, qui lui parle de son enfance, de sa vie quotidienne.

Il lui a fallu du temps pour "avoir sa confiance et sa complicité" avant de tourner ce film. "Il m’a parlé avec beaucoup de sincérité de sa situation, de son quotidien mais il a insisté qu’on ne montre pas son visage. Il y’a des moments où je sens que c’est un être humain, qu’il a des problèmes, de sérieux problèmes. Mais, j’essaie toujours de comprendre, de ne pas prendre position", a-t-elle expliqué.

"A travers ce film, je ne tente pas de donner mon point de vue sur l’homosexualité en Mauritanie. Ce que j’ai voulu faire, c’est de montrer un phénomène qui est là, qui existe, de comprendre pourquoi il prend de l’ampleur. Il appartient à la société mauritanienne de trancher sur ce débat", souligne Hanane Mint Vall.

Babacar Baye Ndiaye

Commentaires : 3
Lus : 5066

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • wafamedsaleh (F) 29/10/2012 13:06 X

    Je trouve que c'est très bien d'en parler. C'est un problème de société contre lequel il faut lutter, non pas en les montrant du doigt mais en les encadrant. Il devrait y avoir un centre où les homosexuels pourraient anonymement venir demander de l'aide auprès d'érudits et de psychologues.

  • nabuchodonosor (H) 29/10/2012 12:22 X

    et l'homosexualité féminine? elle existe mais elle est encore plus taboue

  • pyranha (H) 29/10/2012 09:00 X

    belle dame, intelligente et certainement trés cultivée ; trés bonne chance madame

    faut tenir trés bon pour vous distinguer de vos consoeurs qui ne font que subir têtes baissées...