31-03-2013 22:49 - Daouda Corera : Un informaticien au destin de photographe

Daouda Corera : Un informaticien au destin de photographe

Après de longues études en ingénierie Informatique, Daouda Corera qui croyait être prédestiné au monde de l’informatique a vu sa carrière basculer vers la photographie. C’est cet homme qui a réussi à entrer de plein pied dans ce nouveau moule que nous avons rencontré, alors qu’il prépare sa première exposition à la Galerie Zeinart prévue dans le dernier semestre de 2013.

Le destin de Daouda Correra ou dit Dcorera ; que tout destinait à l’informatique, a connu son revirement tout à fait par hasard. Ayant subi une longue formation en informatique, voilà qu’il a plié armes et bagages pour s’engager dans la photographie. L’homme à la démarche légère, aux cheveux abandonnés aux quatre vents, au physique de sahélien, allie plusieurs dispositions. L’informaticien englouti par la photographie est aussi infographe.

Très tôt, il a créé avec trois jeunes une boite de communication appelée Mauritrading. « C’est une Agence qu’on a créée avec beaucoup de difficultés.

Aujourd’hui, elle est en train de réussir sa mission en donnant l’information et en procurant des avis de recrutement qui profite à de très nombreux jeunes » nous lance-t-il, rappelant au passage que son revirement à la photographie a commencé pendant qu’il prenait des photos et des vidéos pour le compte de ladite boite de communication parallèlement à ses études. Au fur et à mesure qu’il remplissait cette tâche, le photographe circonstanciel se sentait emporter par la photographie.

« Je faisais la photographie pour la boite et pour le plaisir mais c’est l’artiste Oumar Ball qui m’a poussé à me professionnaliser. Pour lui, j’avais le flair de la photo ». En fait, son destin de photographe est venu naturellement sans qu’il ait été en rapport avec une quelconque une personne versée dans la photographie. Il confie : « quand j’étais moins jeune, je faisais des croquis, des bandes dessinées que je gardais pour moi-même. Dans ma famille, il n’y a pas quelqu’un qui est artiste, c’est plutôt les études ».

Cet attrait vers la photographie le marquera toujours et même pendant qu’il était plongé dans de hautes études en informatique. Bien plus tard, Dcorera ne ratait jamais une occasion, pour prendre des photos de la nature, des jeunes filles, de garçons de personnes âgées… avec une extraordinaire qualité. Les photographies qu’il appréciait tant, il les exposait ou les offrait gratuitement.

Ayant postulé au concours du meilleur photographe organisé il y a quelques temps par l’Institut français de Mauritanie, Daouda Corera sera le premier étonné quand à l’annonce des résultats, ses réalisations avaient été primées ! C’est alors qu’il a commencé à entrer dans la cour des grands, côtoyant de grands photographes à l’instar de Clément tardif qui voit en lui un photographe professionnel hors pair !

A 27 ans, ce natif de Nouakchott mesure déjà les difficultés auquel il sera confronté dans un pays où la photographie est encore méconnue. Il affirme : « la photographie et notamment la photographie artistique est quelque chose de nouveau encore en Mauritanie. N’importe qui ne peut pas comprendre le message qu’on veut véhiculer. Le photographe voit des choses que la personne ordinaire ne voit pas ». Parlant de ses œuvres, il dit : « je fais des photographies des femmes et hommes de la Mauritanie dans toutes les facettes de ce pays. Mon œuvre reflète le quotidien des Mauritaniens, leurs modes d’habillements, leurs façon de regarder et de se comporter » estime Dcorera.

Comme tout jeune mauritanien, Daouda Corera a des rêves. « Mon rêve c’est de développer la photographie en Mauritanie. Il ne faut pas avoir peur de faire quelque chose que l’on veut. Du moment qu’on a une passion, il faut la développer ». « Dans ce pays, il ya tout ce qu’il faut. Les jeunes sont très talentueux mais pas créatifs » déplore-t-il

Cheikh Oumar N’Diaye


Commentaires : 0
Lus : 3167

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)