13-04-2013 11:09 - Oumar Ball recrée en miniature la vie au Fouta [PhotoReportage]

Oumar Ball recrée en miniature la vie au Fouta [PhotoReportage]

La vie au Fouta en miniature, c’est à découvrir à la galerie Zeinart qui consacre jusqu’au 25 avril une exposition à Oumar Ball, cet artiste qui est en train de connaître une ascension fulgurante grâce à sa peinture détonante et perpétuellement renouvelée.

Pour cette exposition, c’est le Fouta qui nourrit sa réflexion, fertilise son imagination. Cette fois, pour donner de la suite dans ses idées, Oumar Ball est retourné aux sources, en quête d’espaces de renouvellement et de création.

«J’ai grandi au Fouta jusqu’à l’âge de 14 ans, avant de rejoindre mes parents à Nouakchott. J’ai gardé le souvenir de cette terre et des images sont restées gravées dans ma tête. Souvent, je peignais et dessinais mon Fouta mais avec une certaine nostalgie», explique Oumar Ball.

«Un jour, l’idée m’est venu d’y retourner pour me baigner de nouveau dans ce monde de Foutanké, ajoute-t-il. J’ai pris ma peinture, mes pinceaux, mes papiers et de la toile». Aujourd’hui, le résultat de ce travail, de ce retour aux sources d’Oumar Ball captive et s’offre au visiteur comme de fascinantes beautés.

En petits comme en grands formats, Oumar Ball peint "les ânes", ces "porteurs de bois, d’eau, de gens sur leur dos ou attelés à des charrettes". Son esprit rodeur souffle sur "le paysage", se lit sur "les sandales", coloriées en vert et bleu, ces peintures favorites.

Dans cette exposition, Oumar Ball dévoile, dans toute son utilité, "la bassine", cet ustensile qui sert à nourrir les personnes. Encore une fois, cette exposition a mis en lumière le génie d’Oumar Ball.

Babacar Baye Ndiaye


Avec Cridem, comme si vous y étiez...






























Commentaires : 3
Lus : 3509

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Garbarimba (H) 13/04/2013 15:08 X

    Du Courage Barou Ball.
    Mais tu ferais de peindre la Bassine traditionnelle en bois fabriquée par nos habiles bûcherons plutôt que celle en métal importée que je vois sur cette photo! En effet, les Foutankais aimaient raffoler leur Niiri Bouna ou leur Haako dans ces bassine couvertes de plateaux tressés de Raphia! Oh si je savais seulement peindre!!!

  • leydam (H) 13/04/2013 13:02 X

    bon courage l'homme de fouta. notre fouta a vraiment besoin des artistes comme toi qui exprimes la richesse de culture fouta a travers la peinture.

    foutankobé fofe mbeltima seydi ball...

  • Ksaleh (H) 13/04/2013 12:55 X

    On raconte chez moi qu'un jour l'hyenne vit le vent feuilleter les pages du Saint Coran, elle resta bouchée, avant de dire : je ne comprends rien du tout à ce que dit ce livre, mais je sais qu'il régit toute chose.

    C'est exactement cette attitude que me donne la vue de ces magnifiques tableaux qui expriment beaucoup plus que mon incrédule interprétation. C'est dommage que dans nos nous n'avons pas de clés pour décoder l'art.

    Salut l'artiste tout de même.....