09-07-2013 17:04 - Boghé : Tostan réfléchit sur une déclaration d’abandon de l’excision

Boghé : Tostan réfléchit sur une déclaration d’abandon de l’excision

Après Aleg, c’est au tour de Boghé Dow d’accueillir ce lundi une rencontre inter-villageoise initiée par l’ONG internationale Tostan, en partenariat avec le MASEF.

Ce rendez-vous habituel d’évaluation qui regroupe plus de 100 communautés adoptées ou sensibilisées venues des 5 départements de la Wilaya a été ouvert par le Hakem mouçaïd de Boghé, M. O/ Sellahi accompagné du maire adjoint de la commune, M. Djibril en présence des notables et chefs coutumiers du quartier.

Il s’agit cette fois de réfléchir sur les modalités pratiques et les mesures à prendre pour l’organisation d’une déclaration publique d’abandon de l’excision prévue en septembre prochain.

Pour assurer un succès éclatant à cet événement, le 2e du genre après la Déclaration de Mbagne (25 mai 2010), les représentants des 3 zones d’intervention ont proposé l’intensification des campagnes de sensibilisation et d’information auprès des communautés, l’implication des leaders d’opinion, des médias et des artistes, la collaboration étroite avec les autorités locales compétentes et la mobilisation sociale.

En marge de cette cérémonie, nous avons rencontré des acteurs et bénéficiaires de la 2e phase du projet d’enseignement non-formel initié par Tostan depuis 2010. Ils nous ont livré leurs impressions sur le contenu de la formation : Ramata Bass, facilitatrice du centre de Boghé Dow : « Il s’agit d’un enseignement destiné aux adultes qui ont certes des pré-requis sur les modules du programme.

C’est pourquoi, la 1ère phase est axée sur la discussion sur des thèmes qui portent sur des faits de société (mariages précoces, excision, hygiène, santé, rôle de la femme etc.). Ensuite, les apprenants sont alphabétisés dans leur langue maternelle.

Ils savent lire, écrire et calculer. Enfin, ils bénéficient de microcrédits pour accompagner le processus d’autonomisation. On note cependant un absentéisme chez les femmes en raison de leurs multiples occupations domestiques »
.

Bâ Amadou Abou, répondant du site de Kadiel Abou (Bababé) : « Le programme d’enseignement de Tostan a eu un impact très positif sur le changement de nos mentalités en nous inculquant des notions essentielles sur la santé, l’hygiène, la démocratie, les droits humains, le processus de règlement des conflits ».

Ramata Hamady Dièye, répondante du village de Thiodji Ngoulli (Mbagne) : « Tostan nous appuie et nous accompagne à travers son ambitieux programme d’information sur la santé et l’assainissement qui nous a permis d’établir un lien entre le manque d’hygiène et certaines maladies graves telles que la dysenterie, le choléra et la diarrhée. Ainsi, nous organisons régulièrement des journées d’assainissement des places publiques et des foyers »

Mariam Thiam, répondante du village de Dabbé (Mbagne) : « Ce programme a renforcé nos compétences en matière de lutte contre certaines pratiques traditionnelles néfastes telles que l’excision qui a des conséquences négatives sur la santé. On a appris que l’excision peut provoquer le tétanos, les MST, la frigidité, les difficultés d’accouchement, l’hémorragie etc. En outre, grâce au projet, le lavage des mains au savon est devenue une pratique quotidienne chez nous ».

Notons que les communautés présentes n’ont pas bénéficié directement du PRCC de Tostan mais ont été soit sensibilisés ou adoptées par les CGC (comités de gestion communautaire) ou les participants directs. A l’heure actuelle, plus de 100 000 personnes ont été touchées par le programme à travers la diffusion organisée de l’information par le biais de la sensibilisation ou de la mobilisation sociale.

A l’issue de cette rencontre, Mmes Kadiata Silèye Dia et Ramata Bass, respectivement coordinatrice du CGC de Boghé Dow et facilitatrice du centre ont exprimé leur gratitude à l’ONG Tostan et aux participants qui ont bien voulu répondre à leur invitation et les ont exhortés à redoubler d’efforts pour l’atteinte de l’objectif ultime à savoir le succès de la déclaration publique d’abandon de l’excision prévue en septembre prochain.


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité




Commentaires : 1
Lus : 2296

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Cheikh-TijaneBathily (H) 10/07/2013 01:19 X

    Dites: vous "abandonnez" l'excision, ou, vous en êtes encore "à réfléchir"? A toutes fins utiles, je vous signale que vous êtes bigrement en retard! En outre, avec des titres aussi hasardeux, l'association des mères de famille pourrait vous poursuivre en Justice pour complicité avec l'ignorance