10-07-2013 18:14 - Guerre du Sahara occidental: quand les tortionnaires et les envahisseurs se rejettent la balle de leurs atrocités restées impunies

Guerre du Sahara occidental: quand les tortionnaires et les envahisseurs se rejettent la balle de leurs atrocités restées impunies

En tant que mauritano-sahraoui, ma coupe est pleine, vraiment pleine. J'en conviens que ça fait longtemps que ce débat aurait dû être fait, ou dirais-je, ça fait longtemps que cet abcès, puant, aurait dû être crevé.

Drainé jusqu'ici, mais jamais traité, de peur qu'il nous fasse encore plus mal, cet abcès a fini par nous éclater en face. Pourtant, le mal a déjà été fait de part et d'autre, mais souffrant du «Syndrome de Stockholm», on l'a enfui au fond de nous mêmes sans jamais chercher à s'en libérer.

Alors, le temps de faire la thérapie collective est manifestement arrivé. Et vous ne le devinez jamais, cette thérapie est arrivée de là où on l'attendait le moins: la Télévision de Mauritanie (TVM).

Eh oui, qui l'aurait cru! La TVM qu'on connait, longtemps domestiquée par les pouvoirs publiques, avec ses programmes plates de propagande, sans fond ni forme, sans saveur, inodore et incolore, nous sert en 2013 un programme aussi audacieux sur les séquelles de la guerre du Sahara Occidental.

Un vent de changement souffle certainement sur l'espace audio-visuel en Mauritanie. En tout cas, un grand merci au présentateur du programme: Dr Cheikh Ould Sidi Abdellahi, d'ailleurs que je ne connais point.

Après des décennies, chacun des acteurs essaie lâchement de s'en laver les mains dans la cour de l'autre. À commencer par l'acteur principal de cette guerre, Mokhtar Ould Daddah, dans son livre "La Mauritanie contre vents et marées", Mohamed Khouna Ould Haidalla et aujourd'hui le Polisario, en réaction à la diffusion du programme de la TVM (El Fadaa El Thaqaffi), consacré aux traitements des prisonniers mauritaniens capturés alors par le Polisario.

Au fond, qu'est ce que nous apprend le programme de la TVM sur cette guerre qu'on ne connait pas déjà? Rien, sauf peut être de constater combien les dirigeants, de l'époque, du Polisario et de la Mauritanie, ont été si sanguinaires et si lâches.

L'invité, Mohamed Fall Ould Emed, avec qui je sympathise beaucoup, nous a servi un côté seulement de l'histoire, avec une amertume évidente, voire teintée de mauvaise foi, contre l'ancien Président Khouna Ould Haidalla. Je reviendrai sur ce point dans ma deuxième partie.

Il faut le dire, tant le Polisario que la Mauritanie ont été instrumentalisés dans ce conflit par les frères ennemis algéros-marocains, en fonction d'agendas expansionnistes et stratégiques, qui ne servent que ces deux pays, au détriment de tous les pays de la région.

Tares qu'ils étaient, nos dirigeants mauritano-sahraouis se sont rabattus, en véritables tortionnaires, sur les populations maures, en les divisant et en les mobilisant les unes contre les autres, au nom de concepts qu'ils ont mal assimilés dans leur mise en œuvre, aussi bien que dans l'intégration des profondeurs de leurs conséquences: "l'indépendance" pour le Polisario et "l'annexion" pour la Mauritanie.

Pourtant, ni la Mauritanie ni le Polisario n'avaient de leadership ni les capacités économiques ou structurelles qui leur permettaient d'atteindre les objectifs qui se sont fixés: asseoir une République Sahraouie au Sahara Occidental, d'un côté; et annexer ce territoire, en unissant les populations maures sous la tente mauritanienne, de l'autre.

Me Takioullah Eidda, avocat
Québec, Canada



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée. 

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 3
Lus : 2615

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • leguignolm (H) 10/07/2013 20:18 X

    Ah ! Le dauphin de Bredeleil, je crois bien qu’il va consacrer ce ramadan aux prières et des recueillements !!!

  • maurpulsowo (H) 10/07/2013 19:18 X

    Et alors? C'est notre faute à nous les Maures éparpillés entre 5 pays, agrippés aux mamelles de nos chamelles, versant dans le pillage, l'irreverence et je m'en foutisme. Normal qu'on soit des citoyens de seconde zone, de la chair à canon ailleurs et en voie de le devenir... quelque part.

  • hathlele (H) 10/07/2013 18:49 X

    Souhaitons que ces débats nous reveillent pour comprendre que les hommes "du dromadaire, du palmier dattiers et de la khaîma" ont plus de bénéfice à se reconcilier et de s'unir pour construire le "grand" sahel. Nous avons pacifiés toutes ses contrés par la sagesse et la preséverance. La brutalité ne peut pas continuer à régner. Construire, développer et échanger, tels sont les mots qui peuvent UNIR.

    Prof sidi ould Bobba
    zouerate