08-04-2014 13:24 - Attention, les Sooninko reviennent !

Attention, les Sooninko reviennent !

Le Quotidien de Nouakchott - Après le Festival international Sooninké réussi, du 20 au 24 février dernier, les Sooninko ne baissent pas les bras pour se faire connaître et entendre davantage.

C’est ainsi que les cousins des Lakhlal se sont retrouvés massivement, le 29 mars, à 17 heures, à la Case. Cette réunion des Sooninko de Mauritanie, tous âges, sexes et sensibilités et contrées confondus, habitant Nouakchott a permis de se retrouver pour discuter et se concerter sur des questions nationales et celles liées à leur situation et leur devenir dans ce pays dont ils sont les premiers autochtones.

« Sous l’arbre à palabre, à la grand’place du village », hommes, femmes, vieux et jeunes ont entouré les Doyens de la Communauté : Gaagny Diawara (ancien diplomate), Gaaye Soumaré (ancien promoteur éducatif), Tidjane koita (ancien Sénateur-Maire de Kaédi, Président de l’UNDD), Dr Dramane Kamara (ancien SG du MDR), Ladji Traoré et Mahamdou Touré (SG et cadre APP).

On na aussi noté la présence de nombreux cadres, jeunes et femmes dont Timéra Boubou et Gandéga Silly, anciens Ministres ; Dr Tandia Moussa (Inspecteur Général MDR), Bamariam Koita (membre Conseil Constitutionnel), Djimé youssouf Diagana et Mohamédou Diaby (anciens SG), Mohamed Waguy Koréra (SG Conseil Economique et Social) ainsi que Hatoumata M’Baba Tandia (Conseillère Mairie Sebkha), Pr Outouma Soumaré (Directeur CNP), Mahadou Dahaba Tandia (ancien Conseiller Technique DG SNDE) et Halakha Djimèra (journaliste Conseiller Technique DG Radio Mauritanie).

L’idée de convoquer ce rassemblement est venue d’un noyau de vétérans selon lesquels la vocation est de se connaître davantage pour une unité d’action et de revoir les contours du paysage politique, économique et social du pays avec les tendances du renforcement de l’Unité Nationale.

Les initiateurs ont donné la parole à l’assistance qui a saisi l’occasion pour compter, à leurs prédécesseurs, le manque de dynamisme et de cooptation avant de faire une analyse pointue de leur absence dans les différentes sphères administratives.

Il est, aussi, ressorti des différentes interventions plusieurs analyses et d’idées en vue d’une cohabitation digne avec les autres Communautés Nationales tout en exigeant des Autorités Nationales « une place au soleil et une part du gâteau par une représentativité».

« Une mise à l’écart des valeurs et des compétences n’est plus admise », ont-ils clamé. Des options et des actions ont été envisagées pour constituer un plaidoyer civilisé en faveur de la Communauté laissée en rade.

Avant une réunion prochaine, l’embryon d’un Conseil National sooninké est conçu pour prendre en compte l’ensemble des recommandations pour peaufiner une stratégie qui sera soumise à l’Assemblée des « Saran Khoullou, personnes claires et probes ».

Diop Moussa



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 9
Lus : 3265

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • zelimkhan2 (H) 09/04/2014 01:38 X

    Foutaise!
    Le probleme des Negros, toute ethnie confondue, est que quand ils arrivent dans un departement ou ils sont responsables, leur premiere decision est de virer les gens comme eux ce qui est l'action contraire du Maure d'ou une releve assuree.

    S'ils ne procedent ainsi, ils se laissent dicter sans resistance la nomination de leurs collaborateurs. Regardez les communiques du conseil des Ministres et les decisions relatives aux departements diriges par des Negros

  • baliou.ablay (H) 08/04/2014 17:36 X

    Pendant ce temps on purge le PACAE (projet d'amélioration du climat de l'activité économique) de ses cadres soninké.

    Aliou Wagué

  • lass77 (H) 08/04/2014 15:31 X

    C'est de la diversion pure et dure. Toutes ces personnalités citées en haut connaissent les maux qui gangrennent la communauté soninké. Alors à quoi pretendre dans un pays où certains soninké ne s'integrent que par altruisme , l'hypocrisie , le denigrement des autres membres de cette meme communauté.

    Allez y chercher pourquoi les soninkés sont à la traine dans la representativité du pays... les reponses sont sans équivoques : égoisme , féodalisme , caste etc... alors faut -il que l'histoire se repete en Mauritanie ? A bon entendeur.

  • leptcitoyen (H) 08/04/2014 15:23 X

    Vous avez oublié la grande réunion qui a regroupé les soninkés et leurs cousin lakhlal dans la maison d'un notable de ces derniers et qui a été l'occasion de rappeler (pour les reprendre de nouveau) les liens de sang qui unissent les deux ensembles et qui se sont toujours manifestés à travers l'histoire

  • samMbasy (H) 08/04/2014 14:48 X

    Tout ce beau monde, dont la majorité a eu à goûter du pouvoir (avec Ould Taya et autres), ne trouve rien d'autre que de réclamer sa part du gateau dont se sont emparés les généraux de salons ! Comme cet autre "mangeur" Wolof, médecin bien méritant, qui ne trouve rien de mieux que de demander la "part des wolofs" du gâteau confisqué par Aziz et Cgnie. Comme d'ailleurs les vautours Pulaar, Bidhanes et Haratines qui ont tous la particularité de bien connaitre le goût du gateau "Mauritanie".

    Pourtant beaucoup d'entre eux sont des cadres qui ont bien de la compétence à revendre et qui pouvaient tout simplement demander un Etat de droit, la justice, l'application de règle "l'homme qu'il faut à la place qu'il faut!" Et la Mauritanie s'en porterait mieux pour le bénéfice et bien de tous ses fils sans distinction!

    Dommage que beaucoup de "cadres" se retrouvent avec des yeux d'hyènes et des naseaux de chiens !

  • MIRROR2000 (H) 08/04/2014 14:07 X

    Si seulement quelqu'un pouvait nous traduire le dernier paragraphe de ce billet!!! Toujours en ordre dispersé ces noirs...

  • leguignolm (H) 08/04/2014 14:01 X

    Vous n’avez pas dit votre dernier maux !!

  • boussourou (H) 08/04/2014 13:52 X

    diop moussa
    pourquoi faut citer tous ces noms et leurs postes?

  • Hamdoulah (H) 08/04/2014 13:28 X

    Il était temps, ou est ce trop tard ? Après cette longue hibernation le réveil sera très long et laborieux.