14-04-2014 17:58 - La couleur du sang

La couleur du sang

Ahmed Bezeid Ould Beyrouck - Les adeptes de «la parole des anciens », gardiens du temple de l’orthodoxie dans cette « Afrique des fiers guerriers » ne savent assurément plus où donner de l’oreille. Dans cette Afrique stratifiée en classe, chacun savait garder sa place. Les nobles se mariaient aux nobles, les castés et aux castés et les esclaves aux esclaves.

Cette Afrique-là est encore obstinément présente dans certaines familles au sein desquelles ses rites sont jalousement perpétués. Elle se joue de l’évolution et ignore superbement la mondialisation. Elle est réfractaire au modernisme et refuse de s’ouvrir.

Cette Afrique fière de ses us et coutumes ne veut pas faire sienne la parole Divine : nous avons fait de vous des Nations et des Tribus pour que vous vous entre connaissez.(sourate 49). Ses thuriféraires conduisent de belles bagnoles, etc.

Mais quand ils sont « nobles », ils refusent de se marier avec des « castés » et vice-versa. Familles éclatées, amitiés perdues, etc. Dès qu’il s’agit de mariage, les vieux démons ressurgissent et chacun se retranche sur des principes pour le moins éculés. Finalement, les positions se radicalisent, les uns s’auto-glorifient à longueur de chansons : « Castés ; et après ? » ; les autres invoquent leur lignage pour garder leur sang.

Deux Afrique donc, qui se côtoient, s’échange des amabilités et des présents lors des cérémonies traditionnelles mais qui rechignent à franchir le pas du brassage. On cède pourtant à la noblesse de l’argent en mariant sa fille à un obscur « personnage… ». Il est vrai que l’argent n’a pas de caste. Il faut avoir pitié d’eux.

« Allah ne changera pas les conditions des hommes s’ils ne changent pas eux-mêmes ce qui est en eux », enseigne le Coran. Et cette condition n’est pas seulement sociale. Elle est aussi morale et comportementale.

Ahmed Bezeid Ould Beyrouck
Chroniqueur Politique



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 1
Lus : 1929

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mobutu (H) 14/04/2014 18:12 X

    De quelle Afrique, il parle. Il ramène toute l'Afrique à sa propre société. A ma connaissance les gabonais n'ont pas de maîtres esclaves et autres castés. Et quand on mélange la réligion mal interpretée à la raison, on arrive à des conclusions aui ne sont pas des conusions. J'ai peut-être mal lu.