14-05-2014 03:01 - Mémoire nationale Mauritanienne : Guerre civile et conquête coloniale au Sénégal.(Conclusion)…

Mémoire nationale Mauritanienne : Guerre civile et conquête coloniale au Sénégal.(Conclusion)…

Adrar-Info - ….La fin de la monarchie et l’essor de l’islam au Kajoor, 1859-1890.

Le régime politique crée par Demba War Sall en 1886 satisfaisait les besoins des Français pour une administration coloniale efficace et peu chère. Demba et ses alliés s’attachèrent l’élite commerciale de Saint-Louis et firent de leur mieux pour réconcilier les personnalités modérées au sein du parti musulman du Kajoor.

Cependant, malgré son succès comme chef colonial, Demba War ne put faire disparaître les tensions crées par près de trente ans de guerre civile. Pour beaucoup, sa survie signifiait que le nouveau régime colonial poursuivait les pires actions de la monarchie, la tendance à concentrer le pouvoir dans les mains de quelques esclaves royaux.

Chaque partie au cours du conflit pu tracer ses propres conclusions sur ses pertes et ses gains. Pour le parti musulman du Kajoor, le résultat était mitigé. La province de Njambur avait été séparée du Kajoor en 1883 et fut contrôlée par ce même parti.

Les chefs de Njambur étaient à présent des agents du gouvernement colonial français avec des positions comparables à celles de Demba War Sall. Cependant, quels que soient les avantages qu’il retirait de sa position, Ibrahima N’Diaye et ses alliés pouvaient difficilement affirmer qu’il représentait l’islam. Les « marabouts » les plus prestigieux n’avaient pas obtenu de positions dans l’administration.

Les chefs de Njambur représentaient les membres du vieux parti musulman qui désiraient obtenir des postes politiques. Dans une période de changements rapides, N’Diaye représentait les aspirations musulmanes en 1859, mais certainement pas les réalités politiques de 1886. Des nouvelles voix puissantes émergèrent à la fois du Kajoor et du Bawol dans les années 1890, faisant du parti musulman du XIXe siècle, une coalition de nobles et de musulmans titrés, une relique du passé.

Le parti « français » ou « sénégalais », qui représentait les intérêts des Quatre Communes, était divisé et dans un certain désarroi après 1890. La politique de désannexion avait séparé les Quatre Communes des terres rurales du Sénégal intérieur, frustrant les ambitions politiques de ceux qui espéraient que la conquête française placerait les Sénégalais en position d’autorité.

Les commerçants de Saint-Louis, qui s’allièrent à la monarchie avec l’espoir de protéger leurs privilèges comme intermédiaires, se rendirent compte rapidement que la politique du Protectorat ne leur fournissait aucun avantage.

L’administration française contrôlait toutes les villes de l’intérieur et les marchands Français établissaient de postes commerciaux dans les villes traversées par le chemin de fer au Kajoor. Le seul héritage concret issu de l’alliance des habitants avec les Français était le statut ambigu des « Originaires » comme citoyens Français.

Le parti de la monarchie put trouver un certain confort dans les efforts de Demba War Sall pour préserver les traditions du Kajoor. Mais ce dernier pouvait facilement symboliser les pires éléments de cette monarchie. En 1859, et encore en 1875, les musulmans s’étaient plaints du fait que cette monarchie rassemblait un pouvoir trop important dans les mains d’une seule famille.

La cible de cette plainte était la dynastie Geej et leurs esclaves. Après 1886, Demba War Sall ne put soutenir qu’une petite fraction des esclaves royaux, essentiellement sa propre famille et ses soldats les plus loyaux. Durant la conquête, des nombreux nobles et esclaves abandonnèrent la cour ; certains devinrent disciples du chef confrérique [de la qâdiriyya] Bou Kounta.

D’autres émigrèrent au Bawol pour rejoindre Amadou Bamba, qui avait critiqué Lat Joor pour sa brutale répression de la rébellion des musulmans en 1875. Tous ces dissidents constituaient une menace potentielle pour Demba War Sall et ses alliés.

La douce transition d’une monarchie vers un gouvernement colonial était en grande partie une illusion. Les statistiques d’exportation offrent une histoire différente de cette période tourmentée : les exportations d’arachides déclinèrent de 83.000 tonnes en 1882 à 43.5000 tonnes en 1883, pour finalement tomber à 21.100 tonnes en 1886 (voir Searing 2002, chapitre 5).

Durant cette période, les factions aristocratiques du Kajoor conduisirent leurs partisans en exile au Bawol, et tous ne revinrent pas en 1883 ou en 1886. Leur présence au Bawol contribua à l’arrestation et à l’exil d’Amadou Bamba en 1895.

Le fait que Demba War Sall ait pu s’affirmer comme l’héritier de la monarchie confirme le peu du soutien du jihâd au Kajoor. Des nombreux musulmans étaient satisfaits par la paix qui commença en 1886, même si Demba War la réalisa pour le compte du gouvernement français. Le jihâd fut un échec parce qu’il ne réussit jamais à remporter des soutiens.

L’alliance entre Lat Joor et Màbba confirme la croyance de nombreux musulmans que la guerre et le jihâd corrompirent les musulmans qui suivirent ce chemin. N’était-il pas clair que Lat Joor ne recherchait que le butin et le pouvoir ? Le seul autre jihâd au Kajoor eut lieu en 1875, lorsque les membres du parti musulman apportèrent leur soutien à Amadou Seexu dans son jihâd contre Lat Joor.

Cela ne prouve-t’il pas que le jihâd fut la cause de guerres civiles entre musulmans, au sein desquelles certains furent tués, mis en esclavage et virent leurs propriétés confisquées par d’autres musulmans ? Ces critiques apparurent à l’époque et furent à nouveau répétées par des musulmans cherchant à s’accommoder à l’avènement du régime colonial français.

James F. Searing University of Illinois at Chicago . Traduit de l’Anglais par Christophe de Beauvais. Publié dans Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel. Sous la direction de Mariella Villasante Cervello, Paris, L’Harmattan, 2007, vol. I : 391-438.

Articles précedents : http://adrar-info.net/?p=24591; http://adrar-info.net/?p=24608; http://adrar-info.net/?p=24628;http://adrar-info.net/?p=24647; http://adrar-info.net/?p=24656: http://adrar-info.net/?p=24693; http://adrar-info.net/?p=24719; http://adrar-info.net/?p=24726; http://adrar-info.net/?p=24735; http://adrar-info.net/?p=24779

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Références citées

Entretiens


- Entretiens avec Mamadou Diouf, octobre 1988.
- Entretien avec Serigne M’Baye Guèye Sylla, Darou-Mousty, le 28 juillet 1995.
- Entretien avec Serigne Bassirou Anta Niang Mbacké, Darou-Mousty, le 29 juillet 1995.

Sources d’archives

- Archives nationales du Sénégal (ans)


Archives nationales du Sénégal (Ans), 13G 304, Gorée, Correspondance, Note sur la presqu’île de Cap-Vert, le 18 février 1862 (citation d’un document du 2 mars 1857).
Ans, 13G 57, Cayor, document 16, Lettre du Damel Madiodio et Diawdine Mboul Samba Maram Khay à Gouverneur, le 12 décembre 1861.
Ans, 13G 257, Document 18, Lettre de Serigne Taïba, le 23 décembre 1861.
Ans , 13G 257, Cayor, Correspondance, documents 65, 66, 68, 69, juin 1864.
ans, 13G 304, Gorée, Correspondance, Colonel G. D’Arcy, Government House Bathurst, le 24 juin 1864.
Ans, 13G 304, Gorée, Correspondance, A. Legourmand, Kaolack, le 18 juillet 1864.
Ans, 13G 304, Document 18, Gorée, Correspondance, A. Legourmand, Kaolack, le 29 juillet 1864.
ans, 13G 304, Gorée, Correspondance, document 27, le 29 août 1864.
ans, 13G 304, Gorée, Correspondance, document 33, le 22 octobre 1864, rapportant l’opinion de Mademba Diop.
ans, 13G 257, Cayor, document 70, Rapport au Gouverneur sur la situation au Cayor, mai 1865.
Ans, 13G 257, Cayor, Correspondance, Document 89, Lettre de Omar Niang, Chef de M’Bakol, le 19 octobre 1866.
Ans, 13G 257, Cayor, Correspondance, Lettre de Serigne Louga, M’Barick Lo, le 20 novembre 1866.
Ans, 13G 257, Document 88, Lettre de Serigne Pir, Boubacar Fal, le 22 novembre 1866.
Ans, 13G 258, Cayor : 1870-1874, Correspondance, documents 1-2, Pétition signé par le Serigne Merina, Serigne Coki, Serigne Niomrei, Serigne Louga, Serigne N’Guick, le 15 janvier 1870.
Ans, 13G 258, Cayor, Document 23, Lettre de Madiakhate Cala, 1870.
Ans, 13G 258, Cayor, Document 160, Lettre de Omar Gnane (Niang), Diawdine Mboul, reçu le 11 février 1874.
Ans, 13G 258, Cayor, Documents 169, 177, Lat Dior à Gouverneur, le 6 octobre 1874.
Ans, 13G 258, Cayor, Documents 198, Lettre de Lat Dior à Gouverneur, le 9 octobre 1874.
Ans, 13G 258, Cayor, Documents 192 et 193, Lettres de Serigne Louga et Serigne M’Pal, décembre 1874.
ans, 13G 264 et 13G 265, 1873 et 1877.
ans, 13G 259, Lat Dior au Gouverneur, mars 1877.
ans 13G 260, Lat Dior à Gouverneur, décembre 1881.
Ans, 13G 50, Notes administratives sur les chefs du Cayor.
Ans, 13G 50, Dossier Demba War.
— Archives de Cercles (ac) ac 2D 7-1, Baol, Correspondance 1888-1890.
Ac, 2D 9-4, Cercle de Louga, Correspondance, 1889.
Ac, 2D 9-4, Louga, Correspondance 1889, Lettre de « Diambours [jaambuur] à Demba War, le 1er janvier 1889.
ac, 2D 7-1, Baol Correspondance, 1890, Commandant Villiers à Gouverneur, le 16 mars, 1890.
ac, 2D 7-1 Baol, Correspondance 1892, Tanor Ngogne à Gouverneur, le 27 mai 1892.
ac, 2D 7-1, Baol Correspondance, 1892.
ac, 2D 14-3, Correspondance 1901, Février, Commandant Penel à Directeur des affaires indigènes, le 16 février 1901, et Directeur des affaires indigènes à Penel, le 6 février 1901.
ac, 2D 14-3, Correspondance, 1901, Rapport de tournée, le 25 juin 1901.
ac, 2D 14-4, Cercle de Cayor, Correspondance, 1902 : Cdt. Vienne à Directeur des affaires indigènes, le 6 mai 1902.
Références bibliographiques

Atanda J. A. 1973, The New Oyo Empire : Indirect Rule and Change in Western Nigeria 1894-1934, New York.
Ba Oumar (éd.), La pénétration française au Cayor, Paris, 1976.
Ba Ousmane Tamsir, 1957, Essai historique sur le Rip, Bulletin de l’ifan, 19, B : 564-591.
Barry Boubacar, 1972, Le royaume du Waalo. Le Sénégal avant la conquête, Paris.
Berrry Sara, 1993, No condition is Permanent. The social consequences of Agrarian Change in Sub-saharan Africa, Madison.
Bouri Ba Abdou, 1976, Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip, Bulletin de l’ifan, 38, B : 845-847.
Colvin Lucie G., 1972, Kayor and its Diplomatic relations with Saint Louis du Sénégal, 1763-1861, PhD., Columbia University : 293-295.
Courtet M., 1903, Étude sur le Sénégal, Paris.
Dieng Bassirou, 1993, L’épopée du Kajoor, Dakar.
Diop Amadou Bamba, 1966, Lat Dior et le problème musulman, Bulletin de l’ifan 28 : 511-515.
Diouf Mamadou, 1990, Le Kajoor au XIXe siècle. Pouvoir ceddo et conquête coloniale, Paris.
Duguay-Clédor Amadou, 1985, La Bataille de Guîlé, Dakar.
Echenberg Myron, 1991, Colonial Conscripts : The « Tirailleurs Sénégalais » in French West Africa, 1857-1960, Portsmouth.
Ganier Germaine, 1965, Lat Dior et le chemin de fer de l’arachide, Bulletin de l’ifan 27, B : 223-281.
Guerresch Claudine, 1974, Le livre de métrique Mubayyin al-Iskal du Cadi Madiakhate Kala, Bulletin de l’ifan, 36, B : 714-768.
Gueye Mbaye et A. Adu Boahen, 1985, African Initiatives and Resistance in West Africa, in unesco, General History of Africa, New York, vol. 7.
Hanson John, 1996, Migration, Jihad and Muslim Authority in West Africa. The Futanké colonies in Karta, Bloomington.
Hiskett Mervyn, 1994, The Sword of Truth : The Life and Times of the Shehu Usuman dan Fodio, 2e éd., Evanston, Northwestern University Press.
Irvine Judith, 1973, Caste and Communication in a Wolof Village, PhD. University of Pennsylvania,.
July Robert, 1968, The Origins of Modern African Thought, New York.
Klein Martin, 1968, Islam and Imperialism in Senegal. Sine-Saloum 1847-1914, Californie.
Klein Martin, 1972, Social and Economic Factors in the Muslim Revolution in Senegambia, Journal of African History, 13 : 419-441.
Law Robin (éd.), 1995, From Slave Trade to ‘Legitimate commerce’ : The Commercial transition in Nineteenth Century West Africa, Cambridge.
Mbacké Serigne Bachir, 1980, Les bienfaits de l’éternel ou la biographie de Cheikh Ahmadou Bamba Mback (Partie 1), Bulletin de l’ifan, 42, B. Mbodj Mohamed, 1978, Un exemple d’économie coloniale. Le Sine-Saloum (Sénégal) de 1887 à 1940, thèse de troisième cycle, Université de Paris VII.
Monteil V., 1966, Lat Dior, Damel du Cayor et l’islamisation des Wolofs au XIXe siècle, in Monteil, Esquisses sénégalaises, Dakar.
Okonjo I.M., 1974, British Administration in Nigeria, 1900-1950 : A Nigerian view, New York.
Pheffer Paul E., 1975, Railroads and Aspects of Social Change in Senegal, PhD. University of Pennsylvania.
Renault François, 1971, L’abolition de l’esclavage au Sénégal. L’attitude de l’administration française (1848-1905), Revue française d’histoire d’Outre-mer 58 : 5-80.

Saint-Martin Yves, 1966, Une source de l’histoire coloniale du Sénégal. Les rapports de situation politique (1874-1891), Dakar.

Samb Amar, 1972, Essai sur la contribution du Sénégal à la littérature d’expression arabe, Dakar.

Sarr Moustapha, 1973, Louga et sa région. Essai d’intégration des rapports ville-campagne dans la problématique du développement, Dakar.

Schimmel Annemarie, 1985, And Muhammad is His Messenger. The Veneration of the Prophet in Islamic Piety, Chapel Hill.

Searing James, 1985, Accomodation and Resistance : Chiefs, Muslim Leaders and Politicians in Colonial Senegal, 1890-1934, PhD. Princeton University.

Searing James, 1993, West African Slavery and Atlantic Commerce. The Senegal River Valley, 1700-1860, Cambridge University Press.

Searing James, 2002, « God alone is King » : Islam and Emancipation in Senegal. The Wolof Kingdoms of Kajoor and Bawol, 1859-1914, Portsmouth, Heinemann.

Siga Niang Fatou Niang, 1990, Reflets de modes et traditions Saint-Louisiennes, Dakar.

Sylla Assane, 1978, La philosophie morale des Wolof, Dakar.

Tanor Fall, 1974, Latsoukabé, Recueil sur la vie des Dammel, Bulletin de l’ifan, B, 36.

Willis John Ralph, 1985, Jihad and the Ideology of Enslavement, in Slaves and slavery in Muslim Africa, J.R. Willis (éd.), vol I : 16-26, Londres.

Witherell Julian Wood, 1964, The Response of the Peoples of Cayor to French Penetration, 1850-1900, Ph.D. University of Wisconsin-Madison.

Autres sources

Moniteur du Sénégal et dépendances 1, 39, le 23 décembre 1856.
Le petit Sénégalais, du 14 octobre 1886.
Le Réveil du Sénégal, du 10 octobre et du 14 novembre 1886.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Commentaires : 0
Lus : 1451

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)