18-07-2014 10:38 - Oualata, le secret de la Mauritanie heureuse (1)

Oualata, le secret de la Mauritanie heureuse (1)

Adrar-Info - Un rêve enchanteur fait irruption dans le sommeil d’un Mauritanien et le dérobe à la déchéance de la Mauritanie, dans l’utopie d’un voyage onirique où son pays est devenu tout le contraire de ce qu’il est : un pays ayant rompu avec le tribalisme et le racisme, dans lequel le lustre d’une Humanité indifférenciée brille de tout son éclat fraternel.

On est en l’an 2254, et « la Mauritanie heureuse » occupe le peloton de tête de la recherche-développement et de la high tech des laboratoires du monde entier. La Reine d’Angleterre, dont le grand pays fait pâle figure à côté de la géante Mauritanie, n’a d’yeux que pour la « Mauritanie heureuse », dont elle eût voulu adopter la nationalité : « Nous sommes devenus une nation civilisée.

Et nous allons le rester puisque la Reine d’Angleterre qui nous a rendu visite et qui a été reçue par la belle-sœur de l’épouse du vice-ministre chargé du développement rural, avait dit : « I am sure now, this country is better than mine ! » (…) la reine de cette motte de terre angulaire jetée quasiment au pôle nord, faillit demander sa naturalisation par notre gouvernement, si ce n’était le geste de la belle-sœur de l’épouse du vice-ministre chargé du développement rural qui lui fit prendre sa navette de retour vers son pays natal avant l’heure. »
(Page 73.)

Tout commence en 2007, lorsque, à la faveur d’élections transparentes, un président démocratiquement élu est porté à la tête de l’Etat. Son appel solennel à toutes les compétences trouve un écho favorable auprès de la Diaspora mauritanienne, qui rentre au bercail, mue par la volonté de mettre son expertise au service de son pays.

Bientôt une merveilleuse culture démocratique s’enracine en Mauritanie, et de bonds économiques en bonds économiques, la « Mauritanie heureuse » finit par frayer avec le cercle restreint des Grands de ce monde, bien obligés de la traiter d’égal à égal. Lorsque, en 2050, le cinquième chef d’Etat de la « Mauritanie heureuse » se rend en visite officielle dans la prospère « Européanie », les progrès spectaculaires de son pays ont déjà réduit à une portion congrue l’écart abyssal qui le séparait du monde développé :

« En l’an 2050, où notre 5ème président, démocratiquement élu, avait visité l’Européanie, à l’invitation insistante de ses pairs réunis en conclave ; il fut alors reçu par un discours dans lequel le représentant de cette Européanie, avec laquelle notre balance commerciale est structurellement excédentaire, dit à notre président : « Désormais, nous vous l’avouons, vous êtes l’Occident… », phrase qui fit le tour du monde et qui nous revint à travers nos systèmes de télédétection à distance, dont bénéficie chaque foyer de Mauritanie heureuse.

Ce système est installé dans les souterrains abyssaux du fameux canyon de la passe d’Amougjar, à l’abri du copiage des satellites, satellites surveillés par nos radars de l’Adrar en phase hyperbolique avancée qui balaient l’espace ionosphère-troposphère de façon continue. »
Page 9.

Oublié donc le terreau natal, si peu prometteur, dans lequel a surgi la Mauritanie ; oubliée son éclosion tribale aux horizons humains si restreints, qui semblaient abandonner fatalement la Mauritanie dans ses langes étriquées. Chancelante dans son parcours sinueux, la jeune Mauritanie n’en a pas moins affermi ses pas initiaux trébuchants.

Dès 2067, « l’homo mauritanicus » est devenu si étranger aux mœurs primitives de la Mauritanie du 20ème siècle, qu’il regarde ses ascendants avec l’exotisme d’une espèce huminoïde primaire. Cerner les contours de la psychologie de ses ancêtres se révèle dès lors une quadrature du cercle pour le très évolué « Mauritanien heureux » qui ne peut imaginer, même dans les fantaisies les plus absurdes, que l’on ait besoin de signifier à un homme policé l’interdiction d’uriner sur les murs de sa cité :

« Pourtant une plaque commémorative flottante à l’entrée du dernier périmètre de sécurité de Nouakchott la « magnifique », rappelait qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Elle était écrite en vers :
« Aujourd’hui, en l’an 67 et deux mille Est posée la pierre inaugurale d’une nouvelle ville On l’appellera désormais Nouakchott Ancienne ville podocène de Nouakchiotte »

Il va sans dire que celui qui a gravé cette pierre inaugurale avait consulté un millionième mauvais poète parmi nos poètes d’antan ; mais historiquement, elle exprime bien l’état des lieux, puisque Nouakchiotte méritait bien, selon nos historiens, son nom.

Ceux-ci avaient d’ailleurs, suite à des fouilles archéologiques de la ville ancienne, découvert sur les murs des inscriptions anciennes et curieuses dont celle-ci : « interdit de pisser ici ! » Cette inscription intrigua durant des années nos archéologues, qui ne purent la déchiffrer. Plusieurs explications furent avancées. D’abord certains de nos penseurs supposèrent qu’elle était adressée aux animaux errants.

Mais cette hypothèse ne tint pas longtemps la route (…) Un grand savant chinguittien, quant à lui, émit une hypothèse qui ne manquait pas de réalisme. (…) il émit l’hypothèse suivant laquelle les habitants de Nouakchiotte, du Podocène inférieur, s’étaient livrés à une guerre de Troie… où l’on s’infiltrait sournoisement chez son voisin pour salir son mur.

Mais comme archéologiquement aucun cheval de bois ne fut trouvé, cette hypothèse déclina. Une hypothèse, non moins importante, mais qui ne reçut pas le succès attendu, fut émise par un zoologue. « Chaque habitant de Nouakchiott, disait-il, marquait ainsi son territoire en urinant à sa périphérie comme font les animaux sauvages ». (Pages 116-117)

A suivre…./

Note de lecture de Mohamadou Saidou Touré (Thierno)

Auteur : Medely (pseudonyme du professeur Ely Moustapha, universitaire mauritanien qui enseigne en Tunisie)

Titre : Oualata, le secret de la Mauritanie heureuse.

Editions Cultures croisées, 2007, 216 pages, ISBN : 2-913059-30-9

Source : http://odh-mauritanie.com



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2574

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)