08-10-2014 09:45 - Maalouma : Le concert [Vidéo]

Maalouma : Le concert [Vidéo]

Mohamed Fall Oumeir - Le lieu : l’«Ambassadeur» restaurant-traiteur qui dispose d’un espace où il peut déployer un dispositif de réception grandiose (tentes, tables, chaises, couverts, tapis et même une scène où les artistes vont se produire). Le moment : la soirée de dimanche (5/9) comme pour prolonger la journée de l’Aïd Al Adh’ha et profiter de l’élan festif général.

Le public : un rassemblement hétéroclite de jeunes et de moins jeunes, de vieux et de moins vieux, de hauts responsables et de simples citoyens, d’intellectuels, de diplomates…, des hommes et des femmes que seul l’art de Maalouma peut faire converger dans le même lieu.

Ils sont venus là pour assister à ce qui semble être une première en Mauritanie : le lancement du nouvel album de Maalouma Mint El Meydah, un album au titre évocateur, Knou.

Du nom de ce rythme que la musique Bidhâne (azawâne) a consacré à l’expression corporelle féminine. Dans un environnement plutôt conservateur, en tout cas peu exubérant en matière de corps, la danse Knou a très tôt exigé de celles qui la pratiquent de répondre aux canons de beauté dans le monde bédouin et une grande retenue. Le mélange de cette beauté publiquement mise en valeur et le souci de la modération de l’expression corporelle, ce mélange a donné la grâce qui caractérise cette danse et celles qui la pratiquent.

A-t-on besoin de le rappeler : Maalouma Mint Meydah sait extraire ce qu’il de mieux dans notre patrimoine pour l’envelopper dans ce qu’il y a de mieux chez les autres pour nous le rendre dans la meilleure des formes. Le pari de Maalouma est largement gagné avec son nouvel album Knou.

Le titre Knou est évocateur parce qu’il est une reprise d’un morceau d’anthologie de la musique traditionnelle Bithâne. Il s’agit d’un rythme qui se caractérise par la douceur qui exige une grande grâce pour les danseuses – parce qu’il s’agit d’une danse réservée plus ou moins aux femmes.

Quand on regarde les femmes évoluer sur scène, on pense facilement aux chancèlements d’un oiseau blessé, aux déhanchements d’une belle et grasse autruche sur le point de tomber entre les mains du chasseur qui l’a juste blessée sans la tuer… le temps pour elle de faire quelques pas de plus… au rythme d’un effort immense qui est rendu par la mélancolie de la musique qui instruit aussi sur le destin tragique et inévitable de l’oiseau… tout est dit dans le rythme et dans les mots qui ne veulent rien dire d’extraordinaire sauf qu’ils riment et qu’ils taisent plus qu’ils ne disent… «laaja likhriiv/n’udaana//nizegnen kiiv/bouzinaana»… «yom, yom…»…

C’est ici que Maalouma apporte sa première note : les mots racontent désormais une histoire, celle d’un ancien séducteur qui n’a plus que les souvenirs pour accompagner allègrement une déchéance certaine…

Le style «singulier» de Maalouma réside dans sa capacité à composer un rythme avant de lui trouver le texte qui va avec. Le défi pour elle, c’est de trouver les mots qui remplissent parfaitement le rythme sans prendre en compte la contrainte de la métrique traditionnelle. C’est ce qui lui permet de faire l’unité du thème et de la poésie. Et ce sont là les «petites» révolutions qui permettent à Maalouma de lancer la «oughniya» mauritanienne qui allait faire des émules en Mauritanie.

Celle à laquelle on s’en prenait pour avoir apporté du neuf dans la musique, bouleversant l’ordre séculaire, dépassant les tentatives timides de modernisation qui n’ont pas tenu devant les remparts de la tradition, celle-là est devenue un modèle. Elle est passée du statut de «griotte» à celui d’«artiste», pour sa capacité à innover, sa détermination à imposer un style et à réhabiliter la créativité et la création artistique.

Deuxième niveau de rénovation, le message véhiculé par l’art sert désormais les valeurs humanistes pour dénoncer les misères terrestres : l’injustice, l’arbitraire, la guerre, la famine, les inégalités…

Pour revenir à Knou, rappelons que ce rythme est si apprécié par les pratiquants et les connaisseurs de la musique Bidhâne qu’il a été joué dans plusieurs modes avec des variations qui n’ont en rien affecté le rythme fondamental. Certains le jouent dans le Vaghu de la Jamba el Kahla (la Voie noire), dans le K-hâl de la Jamba el baydha (Voie blanche), d’autres ont créé «knou el vayiz» dans le Sayni-karr… chacun y allant de ses petites variations pour célébrer ce rythme destiné à faire danser les plus belles femmes présentes. Car pour danser Knou, il faut répondre à un minimum de conditions physiques qui sont pour le rythme, déjà fantastique, une sorte d’ornements supplémentaires…

L’un des chefs d’œuvres de l’album reste Gwoyredh, ce show «piqué» dans le répertoire de son père Mokhtar Ould Meidah, l’un des plus grands maîtres de l’art traditionnel. Quelque chose qui révèle tout le talent de Maalouma. Il y a quelques semaines, j’écrivais ici :

«D’abord l’Ârdine, avec un flux intense, sans agressivité cependant, sans violence aussi… juste une série de sonorités qui vous transpercent… doucement… pas lentement, mais doucement… qui vous transportent… La voix de Maalouma arrive pour vous baigner dans l’univers du plus romantique des poètes amoureux de l’espace Bidhâne, M’Hammad Wul Ahmed Youra, le génie de tous les temps de cet espace…

«shmeshâna wu shga’adna/âana wunta hawn uhadna

yal ‘agl ‘la daar Inzdna/giblit sâhil wâd Hnayna…»

Pendant qu’on s’oublie dans la méditation de ce dialogue que le poète entreprend avec son âme ingrate parce que voulant quitter ces lieux sans se donner le temps de pleurer le bonheur ici vécu, sans se souvenir pour rendre aux lieux quelques bribes du bonheur d’antan, en signe de reconnaissance…

…«mâ vit âna wunta lathnayn/viddâr g’adna wu bkayna

wu tmathnayna viddâr ilayn/min haq iddâr tnajayna»

Comme pour venir en écho au poète Lamartine qui, lui, interpellait le temps qui passe :

«Eternité, néant, passé, sombres abîmes,

Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?

Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes

Que vous nous ravissez ?» (Le Lac)

On est perdu dans la comparaison des approches dans l’expression du bonheur perdu… en pensant que M’hammad a voulu faire de ce temps (qui n’est pas perdu pour lui), un espace qu’il vénère et pour lequel il exprime une profonde gratitude… Lamartine qui s’en prend à «ceux» qu’il croit responsables du vol de son bonheur…

Et dans tout ça, la voix douce et mélancolique de Maalouma… On suffoque sous l’emprise de la complainte quand, soudain sortent les sonorités de la tidinît de Mokhtar Wul Meydah, le père de Maalouma… Il joue sa célèbre partition «Gwoyridh»… «dent-daan-denna-det-denadenadenna-den…»

Une voix unique en son genre. Un jeu unique d’une tidinît unique… On plonge dans le passé… au sens de l’ancrage, du retour aux sources, de l’immersion dans l’Originel, de la restauration de l’Authentique, de la reprise du chemin perdu, celui de la création et de l’innovation…

Retour à Maalouma, à l’ârdîne et à la poésie de M’hammad… le moment de flottement qui devrait se comparer avec celui de l’ivresse… qui met les sens aux aguets… tous les sens… quand arrivent les voix d’un chœur chantant un rap des plus modernes… avec des mots qui célèbrent la vie et qui donnent espoir… Silence. Méditations. On est encore sous les effets de cette magie qui associe ancien, moderne et postmoderne dans une harmonie parfaite…»


J’ai, comme Maalouma, le souvenir de la première femme, épouse d’un fonctionnaire affecté au milieu des années 60 à Mederdra, qui dansait le Knou dans cet environnement-là. Je la vois encore envoûter le public qui n’avait pas l’habitude de voir les femmes danser debout… Je crois que ce sont bien les prestations de cette femme-là qui ont causé une nette évolution dans le milieu de l’Iguidi, libérant notamment les femmes des appréhensions qui pesaient pour les empêcher d’occuper la scène de la danse. Comme quoi…

L’album de Maalouma sort en début d’année 2014. Il fera date parce qu’il va signer l’arrivée à maturité d’un style, celui de Maalouma. Un style devenu école malgré les hostilités des premières heures.

Quand l’école initiée par Maalouma mûrit, elle revient fatalement aux premières sources de ses inspirations : son père Mokhtar, sa tante Nîla Mint el Boubâne, ses premiers amours musicaux occidentaux et arabes… En somme, un ancrage dans la Tradition résolument ouvert à la Modernité.

Qui dit mieux ? (qui fait surtout mieux ?)







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2510

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)