01-12-2014 15:51 - Théâtre ! Quand l’amateurisme tue les règles de l’art

Théâtre ! Quand l’amateurisme tue les règles de l’art

La pratique du théâtre en Mauritanie a amorcé un déclin, après avoir connu des périodes fastes. Les causes sont à chercher dans le déficit de formation des comédiens, le manque d’infrastructures et l’influence des Nouvelles technologies de l’information et de la communication sur elles.

La domestication du 4e art contribue-t-elle à sa perte ? Le théâtre populaire peut-il survivre à l’amateurisme à outrance ? Cridem entre en scène avec Athié Mohamed El Méchri, Directeur du Centre Culturel de la ville de Nouakchott, un homme du quatrième art que le hasard a mis sur sa route.

Pour cet acteur dramaturge et critique artistique, « le déficit de formation des comédiens de nos jours pourrait en partie expliquer la décadence du théâtre populaire mauritanien, a-t-il indiqué.

Le théâtre populaire est devenu au art prostitué à partir du moment où tout le monde s’érige en comédien sans formation initiale pour rendre à cet art ce qui lui appartient » a-t-il- déploré.

Il a cité à titre d’exemple, le secteur touristique où pour satisfaire leur clientèle, des promoteurs touristiques recrutent des pitres plutôt que des comédiens professionnels. Dès lors, s’est-il insurgé : « l’art sur commande, l’amateurisme éhonté et le bricolage désertent le théâtre ».

Athié Mohamed considère que le théâtre populaire est un théâtre innocent, spontané où les spectateurs deviennent des acteurs. C’est un théâtre qui vient du peuple sans règles contraignantes, avec des thèmes diversifiés. Un art qui colle à la réalité, c'est-à-dire, le vécu quotidien du peuple.

« Quand un sketch relate certains faits, où il symbolise des milliers de mauritaniens il a aussi l’adhésion de tout le monde, car chacun s’y retrouve comme dans un miroir » souligne le directeur.

Le pays regorge de beaucoup de talents dans le 4e art. Tout dépend de la volonté politique des gouvernants et de l’ambition des acteurs de cet art pour lui redonner son lustre d’antan. « L’amateurisme tue l’art. Or, le théâtre est un art très exigeant » lance-t-il.

Cibler la masse la plus importante du peuple : N’est-ce pas la vocation du théâtre d’être populaire, d’être destiné au plus grand nombre, par opposition à un théâtre d’élite ou d’essai réservé à une catégorie de privilégiés ou de professionnels en quête de voies nouvelles pour sortir des sentiers battus ?

« Pour moi, soutient le dramaturge, le théâtre dit populaire, n’est d’autre qu’un théâtre qui aborde les thèmes concernant le peuple et qui cible la masse la plus importante de la composante populaire ». Athié Mohamed fera le distinguo entre le théâtre dit populaire et le professionnel.

Le premier est joué en langue nationale et par des troupes d’amateurs, au sens positif du terme. L’autre théâtre dit professionnel est joué en langue française par des comédiens formés.

Mais selon Athié Mohamed, « c’est le théâtre populaire qui se comportait bien si on en jugeait par l’engouement qu’il a toujours suscité auprès des jeunes et des femmes, par l’impact qu’il a sur le langage et la façon d’être de ses adeptes, il colle à la mentalité du citoyen moyen, de son vécu quotidien ».

Il a conclu par le souhait de voir ce théâtre, « sortir progressivement de l’improvisation qui nuit à la qualité des messages délivrés, à celle du jeu des acteurs », surtout face à la déliquescence qui lui vient du fait que les ASC (associations sportives et culturelles) sont de plus en plus tournées vers le sport.

ADN





Commentaires : 0
Lus : 1786

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)