05-12-2014 15:33 - Timbuktu, un film comme arme contre l’extrémisme religieux

Timbuktu, un film comme arme contre l’extrémisme religieux

Telquel Online - Timbuktu, le dernier long métrage du Mauritanien Abderrahmane Sissako, narre la souffrance d’un village malien face à son occupation par des musulmans extrémistes. « A quoi bon en rajouter, la réalité est déjà tellement insoutenable ! », confie le réalisateur Abderrahmane Sissako.

Inspiré de faits réels, son dernier long métrage, qui a été le seul à représenter l’Afrique en compétition officielle du Festival de Cannes 2014, sort le 11 décembre prochain au Maroc, et la veille en France.

Tourné à Oualata en Mauritanie, pour des raisons de sécurité, l’histoire se passe pourtant à Tombouctou, durant l’occupation des jihadistes en 2012, avant qu’ils ne soient évincés par l’armée française lors d’une opération militaire en 2013. S’il s’inspire de faits réels, Timbuktu n’est pas pour autant un documentaire. Il part d’un fait historique récent et en tisse une histoire poignante mais paradoxalement poétique.

C’est l’histoire de Kidane, qui a une petite fille, qui vit paisiblement avec sa famille malgré la répression et les contraintes pour adhérer aux règles les plus absurdes des jihadistes. Dans un accès de colère, il assassine un pêcheur qui a tué une de ses vaches et se trouve donc à la merci des jihadistes tant redoutés.

Faire le mort pour rester en vie

Quand la terreur règne, se faire discret est une condition de survie. Les rues de Tombouctou se sont vite transformées en lieux de répression : cigarettes et musique prohibées, mais aussi voile obligatoire pour les femmes et mariages forcés ont rythmé le quotidien d’une population qui était connue pour sa tolérance et sa joie de vivre.

Avec un casting constitué essentiellement d’amateurs, parfois rencontrés à la dernière minute pendant le tournage, Abderrahmane Sissako arrive à réaliser un film poignant, avec une esthétique réussie. Les dunes côtoient la terreur pour amplifier le renfermement de la population du village, et à chaque coucher de soleil survient pourtant l’espoir d’un lendemain meilleur.

C’est que Timbuktu est une histoire universelle : si les événements ont lieu dans cette ville du Mali, l’histoire, elle, est celle de tous ceux qui se sont retrouvés sur les routes, contraints à l’égarement, suite à l’occupation de leurs terres par des organisations terroristes.

Face à cela, point de soumission, les habitants résistent malgré tout, avec le peu de marge qu’il leur reste pour ne pas compromettre leur vie : dans le film, la vendeuse de poissons offre une lame aux terroristes pour lui couper ses mains qu’elle ne saurait cacher pour entretenir son stand, quand les enfants se voient interdits de football, ils y jouent quand même… avec un ballon imaginaire, et quand une femme reçoit des coups de fouet pour avoir chanté chez elle, elle reprend au même couplet où on l’a laissée pendant qu’elle subit les pires sévices.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Telquel Online
Commentaires : 2
Lus : 1656

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • zein el abidine (H) 05/12/2014 19:12 X

    Je ne vous permets pas, Monsieur le webmaster, de censurer tout un énoncé de mon commentaire le rendant presqu'incompréhensible! A l'avenir, je vous prie de bien vouloir publier le tout ou le censurer intégralement! En plus, j'ai le droit de douter de la mauritanité de quiconque du moment que c'est un propos qui n'engage que son auteur : cf. votre charte. Enfin, s'agissant du cinéaste Abderrahmane Sissakho, mon hypothèse était (et demeure) pertinente...

    ................................................

    M. "Zein el abidine",

    Aucune prérogative ne vous donne le droit de douter de la nationalité des gens. Si, vous incarnez LA LOI, faites-nous le SAVOIR.

    La partie de votre commentaire censuré est hors-sujet. Si vous n'êtes pas content, allez commenter ailleurs.

  • zein el abidine (H) 05/12/2014 16:07 X

      ...thématique non moins douteuse! Des titres de films qui évoquent plus le Soudan français que le fameux "Trab El Bidhane" que chantent Gabriel Féral et Sophie Caratini. Entre autres.