11-12-2014 05:30 - Le théâtre, son histoire et son évolution

Le théâtre, son histoire et son évolution

Les artistes mauritaniens du 4e art ont redoré le blason culturel du théâtre au centre culturel français – C.F.F.- le samedi 5 décembre dernier, (voir Cridem du 7 déc.). Cet art a perdu son lustre des années 70/80, et semble être déserté par le public, il a pourtant une histoire.

En effet, de grands hommes ont réussi à en faire « un miroir social » pour faire face aux mystères et conflits qui inquiétaient les gens à certaines époques. Ces hommes en ont fait ainsi un exécutoire des passions, un éveilleur de conscience et à la fois un moyen de divertissement de la société.

Cridem, revient sur l’historique et sur l’évolution de cet art. Le dramaturge anglais Shakespeare disait que « le monde entier est un orchestre. Et tous, hommes et femmes n’en sont que les acteurs. Chacun y joue successivement les différents rôles d’un drame en sept âges ».

La notion de « théâtre populaire » est généralement ancrée dans le XX e siècle où elle fût portée par les théories de Romain Rolland et par les activités de Maurice Pottecher, créateur du théâtre du peuple, ou de Jean Vilar à Avignon et Paris avant Villeurbanne.

La notion était retenue au même moment par Roland Barthes en opposition au « théâtre bourgeois » ou au « théâtre commercial ». Le théâtre populaire, en tant que pratique collective, mais aussi en tant que théorie esthétique et idéal social, possède une histoire plus ancienne.

« Théâtre du peuple », fût le nom donné à la première salle de l’Odéon en 1794. Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, les théâtres de la Foire étaient un lieu de brassage social et d’invention esthétique.

Au fil du XVIIIe siècle, l’émergence d’un nouveau public issu du tiers-état et de nouvelles cultures urbaines a déplacé les enjeux de la poétique dramatique, doublée sur les tréteaux, par des pratiques anarchiques.

Celles-ci se multiplient encore pendant la Révolution, grâce à la liberté des théâtres octroyée en 1791. De cette liberté théâtrale et de cette invention esthétique naissent les trois genres dramatiques voués à dominer la scène française du XIXe siècle, l’opéra-comique, le vaudeville et le mélodrame.

« Le théâtre doit faire de la pensée, le pain de la foule », a dit Victor Hugo dans les Burgraves. Il est un des genres littéraires majeurs après la poésie et le roman.

Il s’y ajoute qu’il se situe entre « l’écrit » et « le dit » et se définit comme un art collectif destiné à la collectivité. Il n’atteint sa plénitude que lorsqu’il devient un spectacle offrant à la société l’occasion de se regarder dans un miroir.

Sa mission fondamentale est de permettre à une communauté de se situer et de réagir en avançant pour mieux prendre en main son destin. Fonction pédagogique d’un art !

ADN



Commentaires : 1
Lus : 1818

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • yaaour (H) 11/12/2014 08:37 X

    Merci ADN, en Mauritanie cet art est divisé selon les recoin de la culture -éthno- géo de l'acteur. à Nouakchott, les arabo-phones ne partage pas la tv et la radio aux autres acteurs de la diasporas de Nouakchott,les soniké, wolofo et peul restent dans les quartier périphérique sans soutien en plein rue et technique improvisé et marquante des concessions un belle lecture et Le CCF ou IFM garde une lueur pour les franco-phone devenu sélective depuis CCF est devenue IFM,et pourtant deux star de la TVM disent la Diasporas c'est Un certain Amar dit L'Hraach et un négro peul WANE , Bouna Ould Moye de Nouakchott FM, Taki ould abdel hay et Baba Mine de TVM voila les hommes dont parle l'opinion pour mettre cet art sur les rails dans nos maisons et centre de jeunes un ajout d'opinion