26-06-2015 20:30 - Election d’un bureau des Artistes musiciens:La guerre des clans prend l’ampleur d’un tsunami

Election d’un bureau des Artistes musiciens:La guerre des clans prend l’ampleur d’un tsunami

L'Authentique - Les Artistes musiciens de Mauritanie (UMAM) ont élu un nouveau directoire. C’était le 20 et le 21 juin dernier à l’ancienne Maison des Jeunes de Nouakchott en présence de plusieurs centaines d’artistes et des représentants du ministère de tutelle.

Le scrutin qui s’est déroulé dans une tension animale entre plusieurs tendances rivales s’est achevé par la grogne des exclus qui accusent la ministre de la Culture et le Directeur de l’Institut de Musique de tout avoir manigancé.

S’il y a une célébrité qui semble particulièrement avoir été estomaquée par l’élection du nouveau bureau de l’UMAM et qui le dit sans détours, c’est sans doute la grande Diva et virtuose de l’Ardine, Tahra Mint Hemberra. Elle a utilisé sa page facebook pour déverser sa bile contre le Directeur « du moribond institut de musique », Mreyhbe Ould Kheiri.

Pour Tahra, il n’y a pas de doute, le nouveau bureau des artistes musiciens qui vient d’être créé est sorti tout droit de sa conception, excluant selon elle « plus de 90% des musiciens ». La ministre de la Culture et de l’Artisanat, Hindou Mint Aïnina en prendra son grade, elle qui est accusée d’avoir pris part aux manigances ayant permis à Mreyhbe d’asseoir « sa pseudo Union des musiciens ».

Pour Tahra, « c’est le plus grand mépris que nous subissons depuis l’indépendance ». Pour elle, Hindou Mint Aïnina pourra retenir de son passage au ministère de la Culture, le dédain manifesté à l’égard de « la majorité écrasante des musiciens de ce pays »

Mais les musiciens qui se retrouvent dans les nouvelles instances trouvent que les récriminations de Tahra Mint Hemberra relèvent de la pire colère des mauvais perdants. Selon les membres du bureau rentrant, le scrutin pour le renouvellement des instances de l’UMAM s’est déroulé en toute transparence et la majorité a exprimé ses choix.

« Accuser la ministre de la Culture Hindou Mint Aînina qui n’a rien à cirer dans ses affaires de Igawan ou encore le Directeur de l’Institut de musique, c’est de l’affabulation et de la mauvaise foi » commente un participant.

A l’issue du vote qui s’est déroulé en présence de 151 délégués sur 159, une Assemblée de six membres et un Conseil d’administration de vingt-cinq membres ont été désignés.

Ainsi, le bureau de l’UMAM a été confié à Mohamed Mahmoud Dahi, secondé par Salma Mint Saîd Ablaye MBaye et Moussa Lansana Faye qui se partagent les quatre vice-présidences. Le Secrétariat général de l’association a été confié à Sounkarou Aly Niang.

Quant au Conseil d’administration, il est présidé par Baba Ould Hembarra, épaulé par six vice-présidents, dont Thiedel MBaye. Le Secrétariat général du conseil a été attribué à Zeine Abidine Ould Chighaly.
La particularité des nouvelles instances de l’UMAM est qu’aucun membre de la famille des griots ne siègent au Bureau Exécutif. Ils ont tous été parqués dans le Conseil d’administration, les familles Hemberra, Chighaly, Heumeud Vall, Naneh, Deundeni, Seymali, Ehel Meydah, Ehel Khbane, etc.

MOMS



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2338

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Lmes Oul (H) 27/06/2015 17:28 X

    C’est une injustice vis-à-vis de plus 90% des musiciens Mauritaniens d’attribuer cette revendication à la seule Tahra mint Hembara -(Sidatty O/ Abba- Hadrami O/ Meidah - Seddoum O/ Eide- Ghadi –Dah O/ Abba-Ngdhey - Nema Mt Choueikh-Mohamed Salem O/ MeidaHamé Diawara-Seymal Ould Wenatty Oul Hemed Vall- Mouna Dendeni -Cheick Abba-H Samba Guissé –Dahi O/ Ghdhey-Ahmed 0/ Abba Ahmed O/ Ghdey Malouma MeydahDey O/ Amar Tichitt Seddoum Ould Beibou –TapaDemba Camar-Ahmed Ould Dendeni-Comba Sall-Tahra mt Hembare- Delit Ghdhey –Mounine Eide- Combane mt Ely Warekane-Mawe mt Abba-Mahmou-Mahfoudh O/ Bobbe Jeddou- Nane mt Nane- Lalle mint Hembara- Mouna mint Nane- Soude mt Mohamed O/ NaneNane mt Cheikh Ahmed –Rachid o/ Meidah-O/ M’Barek O/ El Abde-Sidne Alem - Bekke O/ Meidah-Mohamed Lemine O/ Mousse- Mouna mt Eide Fatis mt Abba-Ehel Mohamed Deye (tous) tous les musiciens de LASSABA, Ehel Bobba Jeddou, enfin la liste est extrêmement longue). Il s’avère que Tahra Hembara est une bloggeuse, elle est en effet très dynamique sur les réseaux sociaux mais jetez un coup d’œil sur le lien et vous verrez bien que les autres sont tous de la partie. Mme Hindou mint Ainina a validé l’exclusion de tous ces musiciens .Comment seraient-ils perdants alors qu’ils n’ont pas eu droit de participer aux élections .Mreyhbe ould Kheiri devait par tous les moyens mettre sur pied un bureau de la même trempe que le paralytique Institut de musique qu’il gère de puis cinq ans. Il était hors de question qu’il accepte un vrai bureau avec de réelles potentialités, capable de réaliser les ambition de ces musiciens . Ne cherchez pas midi à quatorze heures vous avez l’explication vraie de ce drame. N’oubliez pas le lien de la dite page, allez y. https://www.facebook.com/groups/859831177438707/