07-08-2015 11:35 - Lettre ouverte au Président de la République, Chef de l'Etat/Par Samory Ould Bèye, SG de la CLTM

Lettre ouverte au Président de la République, Chef de l'Etat/Par Samory Ould Bèye, SG de la CLTM

CLTM - Monsieur le Président, chef de l’Etat,

J’ai l’honneur de venir par la présente lettre ouverte vous saisir d’une situation que nous estimons être grave et mérite une attention particulière de votre part.

Il s’agit, Monsieur le Président de la situation dont vit les travailleurs de notre pays sur le plan des droits et de respect des lois et des règles. En effet, les conditions de vie de plus en plus critiques, les abus et pratiques arbitraires dont ils en sont victimes de la part des sociétés, Etablissements et particulièrement les multinationales opérant sur le sol national s’accentuent.

Les multinationales qui pillent nos richesses et détruisent notre écosystème et notre environnement et nous humilient.

Tout cela en violation de toutes nos lois et conventions nationales et internationales, au détriment des droits humains et syndicaux mais aussi de la dignité humaine, de la liberté de s’organiser et d’exprimer ses revendications librement en vue de protéger ses droits et acquits dans le respect des lois et conventions, à ce niveau la société Kinross qui suscite chez nous ce cri d’alarme par son comportement et sa politique sans visage humain qui s’est montrée coriace et championne dans le non respect des lois et notions de droits fait revivre aujourd’hui son caractère hégémonique par les mesures qu’elle envisage entreprendre les jours prochains.

Monsieur le Président, ses pratiques d’injustice devenues monnaie courante, qui font des travailleurs depuis ces dernières années des outils et des marchandises qu’on vend et revend, qu’on place et replace dans un environnement où les lois sont bâillonnées et esquivées, les intérêts des travailleurs sont bradés aux employeurs avec la connivence et la complicité de ceux qui sont sensés les protéger et défendre, eux qui sont laissés pour compte, humiliés, réduits à l’esclavage dans un contexte national qui leur est devenu de plus en plus hostile et austère.

Le département ministériel en charge de l’administration du travail a, depuis deux ans œuvré pour détruire toutes les bases juridiques et réglementaires que disposent les travailleurs pour se protéger contres les abus et pratiques arbitraires multiples, comme il a également pris d’autres mesures donnant plus de protection aux employeurs particulièrement les sociétés minières, créant un nouveau environnement où les travailleurs exposés à toutes les pratiques arbitraires inimaginables se trouvent sans outils de défense au plan juridique.

Pour des exemples patents et vivants je renvoie à la lettre circulaire du département du travail suspendant au niveau national toute élection des délégués du personnel bien que cela est en violation sévère des lois en vigueur dans notre pays l’autre exemple une autre correspondance circulaire excluant plusieurs sociétés du champ d’application de la loi dont notamment les sociétés de gardiennages, de convoyage, de transport de fonds, de métaux précieux, et la liste est longue, et les exemples sont nombreux d’où il est interdit aux travailleurs de les convoquer devant les inspections ou les juridictions.

Monsieur le Président, de cette situation compromettante, lourde de conséquences néfastes, ressort la société Kinross Tasiast et ses pratiques abusives en violation des lois et règlements en vigueur dans notre pays.

En effet ,Monsieur le Président, tout le monde s’en souvient encore de la douloureuse crise vécue en 2013 par Kinross dans un conflit ouvert avec ses travailleurs suite à une mesure arbitraire prise par Kinross, unilatéralement et en violation des dispositions pertinentes du code du travail national et de la convention collective générale en vigueur mettant dans un état de licenciement injustifié de plus de 300 travailleurs, sans se soucier des problèmes que cela pouvait impacter sur la situation des plusieurs familles au plan social.

Lors de ce conflit en 2013, nous avons insisté auprès du gouvernement pour intervenir afin de faire valoir les règles de la loi et d’en imposer le respect et leur applicabilité comme nous avons insisté pour que l’Etat préserve, assure la protection des travailleurs et de leurs droits, cela n’a pas été bien joué en 2013 et les travailleurs avaient laissé beaucoup de plumes et nous avons vue une société qui agit en hors la loi et qui défie l’Etat et impose ses règles, son dictat et sa volonté de traduire sa politique en transgressant les lois et réglementations, comme si elle opère dans un nomand's land.

Monsieur le Président, la semaine dernière, le 27/07/2015, les délégués du personnel de cette même Société Kinross ont reçu une lettre confidentielle, les informant qu’elle procédera à une restructuration économique qui nécessite le licenciement d’un nombre similaire à celui de l’an 2013 quelque centaines des travailleurs à licencier pour soit disant motif baisse des prix de l’or, mais aussi réduire et compresser les avantages et droits acquis de ceux qui resteront parmi les travailleurs.

Devant cette situation inquiétante, perplexe et embarrassante, je viens vous saisir pour solliciter votre intervention personnelle au profit de la loi et des respects des règles.

Car nous ne voulons pas que la situation de 2013 soit rééditée où nous avons vu un l’Etat apparaissant indécis, complaisant, défié même par Kinross, sans force de rigueur pour imposer le respect des lois et des droits étant entendu que le fondamental dans un Etat réside en sa force de faire respecter la loi et de protéger, réguler et arbitrer, plus nous sentons que ces casquettes de l’Etat tombes plus nos espoirs se faufilent dans les méandres de nos aspirations.

Monsieur le Président, les travailleurs ont besoin d’une véritable protection, l’Etat que nous voulons Etat de droits fort garantissant à tous les droits et assurant une protection effective aux citoyens contre les abus et pratiques arbitraires doit offrir cette protection.

Ceci-étant, je vous demande de bien vouloir faire prendre toutes les mesures adéquates et nécessaires pour amener la société Kinross à revenir sur sa décision et à respecter les lois et règlements en matière du travail. Kinross est en bonne santé sa situation économique nécessite le recrutement, vue qu’elle fait travailler les heures supplémentaires aux travailleurs et en nombre important, Kinross doit améliorer à chaque fois la situation de ses travailleurs dans le cadre de ses obligations juridiques et morales.

Donc les motif avancés ne sont pas du tout valables et ne peuvent en aucun cas justifier le licenciement collectif de plusieurs centaines ainsi que la réduction et compression des avantages et autres droits acquis pour tous les travailleurs comme elle l’envisage de manière unilatérale.

Dans l’attente de votre prompte réaction, veuillez, agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

Samory Ould Bèye

Ampliation

BIT

CSI

L’Internationale des mines, DRILLCOR Kinross Tasiast



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : CLTM
Commentaires : 1
Lus : 3461

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • hadhad (H) 07/08/2015 15:31 X

    Samoury Ould Béye envoie une lettre ouverte au Président avec ampliation à Kinros,façon de ne pas se laisser oublier...C'est ça le syndicalisme à la Samoury..Bravo Cridem pour la publication de ce papier qui n’intéresse personne ...