18-08-2015 01:45 - Griots et modernité est ce compatible ?

Griots et modernité est ce compatible ?

Adrar-Info - Dépossédés de leur rôle « de dépositaire de la tradition orale, conteur des mythes et chanteur des apologies du passé » par les tenants des nouvelles technologies de communication et sciences de recherche , nos spécialistes de la Tidinit et de l’ardine se cherchent aujourd’hui , une voie de survie bien difficile, dans un monde de concurrence matérialiste acharnée.

« La caste des griots est née puis développée dans un contexte où l’écriture était inexistante. Le griot est ainsi considéré comme étant notamment le dépositaire de la tradition orale.

Les familles griotiques sont spécialisées soit en histoire du pays et en généalogie, soit en art oratoire, soit en pratique musicale. Les principaux groupes de griots ou communicateurs traditionnels sont appelés Igawen en Hassanya ,djéli en mandingue, guéwël en wolof et gawlo chez les toucouleurs»
(Wikipédia ).

Le terme « griot » est donc un qualificatif, un métier, un titre attribué à : tout personnage qui a pour fonction de raconter des mythes, de chanter et/ou de raconter des histoires du temps passé. Il ne s’agit pas d’un statut héréditaire ni marque biologique indélébile.

On ne nait pas griot, tisserand, guerrier, marabout, forgeron ou pécheur….On le devient.

Et il n’y’a pas à cela meilleure attestation que le Coran: « Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, afin que vous fassiez connaissance entre vous. Certes, le plus noble d’entre vous, auprès de Dieu, est celui qui a la meilleure conduite. Certes, Dieu est Omniscient et très bien informé. » (Coran 49:13).

Ou encore, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : «1 - Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

2- Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.»


Vie des griots par le passé.

Pierre Bois dans sa publication « Azawan, l’art des griots » écrivait : « Jusqu’à la pacification de la Mauritanie par les Français au début du XXe siècle, la musique azawan répondait à deux besoins : d’une part l’éloge des guerriers et la satire de leurs rivaux, d’autre part le divertissement et le plaisir lors des veillées dans les campements …..

Autrefois, il était impensable qu’un chef de tribu se déplaçât sans son griot. Celui-ci assistait aux audiences et aux rencontres officielles et, se saisissant parfois du sujet discuté, il ne se privait pas d’improviser des quatrains mettant en lumière les qualités de son patron. La joute poético-musicale participait donc directement des querelles innombrables qui opposaient les tribus.

Avec la pacification et la sédentarisation relative du pays, cette fonction essentielle du griot a considérablement perdu de son importance, et ne se manifeste plus guère qu’à l’occasion des campagnes électorales, lorsque les candidats font appel à des griots pour soutenir leur propagande, magnifier leur image et affirmer leur enracinement dans une tradition culturelle séculaire ».


S’adapter au monde d’aujourd’hui

Passer de personnage méprisé ou craint dans l’ancienne hiérarchisation pyramidale de la société pré-coloniale à citoyen civilisé, exerçant un métier moderne (y compris musicien professionnel) qui lui assurerait digne existence, est un combat quotidien que tente de gagner chaque descendant d’anciens griots.

D’aucuns y ont bien réussi dés les premières années de l’indépendance nationale et se sont émancipés de cette tare du passé, en devenant ingénieurs, avocats, officiers supérieurs, docteurs etc.. D’autres, n’ont jamais été considérés ou traités de « griots » car ils ont vite tourné la page pour s’adapter avec brio aux exigences de l’heure.

Il s’agit de nos idoles des années 70 : L’éternel élégant, aimé et adulé de ses concitoyens, El Hadrami Ould Meydah et les féeriques filles Emnatt Nanna , père, mère et frères.

Quelques années plus tard, sont aussi sortis de la « caste des griots », la future sénatrice Maalouma Mint El Meydah avec son « Habibi Habeytou en Tunisie » qui lui a inspiré la composition de son nouveau groupe musical multiracial ; Les musiciens Ismael Lo et la parisienne Tahara mint Hembara, porteurs des voix Mauritaniennes en occident. Et bien sûr le couple Imad Dine (le Syrien) et son épouse Loubaba , pour ne citer que peu d’ exemples parmi nombreux autres.

Griots, séquelle du passé ?

Des compatriotes s’accrochent à la roue de l’histoire tentant, autant que faire se peut, de la freiner aux fins de maintenir la « Mauritanie du bon vieux temps ». Ils sont encouragés et aidés en cela par les TV locales qui, sous le couvert fallacieux de « préservation du patrimoine culturel», projettent à longueur de jour et de nuit, des séances simulées d’échanges musico poétiques (vides de sens éducatif) et de thé sous tente équipée d’ustensiles et servitudes, bons à ranger au musée national.

Ce « bon vieux temps » qu’ils louent est celui des moyens rudimentaires, des inégalités sociales, de la loi du plus fort, du campement aux tentes stratifiées autour de celle du chef, des guerres fratricides, de l’ignorance.

Ce temps là est (à priori) révolu. A moins que les Daechistes de l’« Etat Islamique » et/ou leurs semblables obscurantistes, ne l’exorcisent pour le malheur de l’humanité. Qu’à Dieu ne plaise !!!

Comme « toute séquelle du passé », griot, Iguiw, djéli, guéwël et gawlo au sens traditionnel du terme, prendront encore assez de temps, avant de se laisser éliminer du langage et des mentalités.

En attendant, l’avenir appartient aux jeunes ,les personnes âgées …le paradis.

Ely salem Khayar



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1835

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)