05-03-2016 11:11 - Pour une Mauritanie unie, fraternelle et démocratique : Contribution de la Société Civile

Pour une Mauritanie unie, fraternelle et démocratique : Contribution de la Société Civile

Fonadh - Dans un contexte régional marqué par l’instabilité politique, la menace terroriste et le développement sans précédent du narcotrafic, la Mauritanie tente tant bien que mal de préserver une paix sociale fragilisée par des tensions intercommunautaires jamais égalées.

Pays multiculturel et multiethnique, la Mauritanie est en effet confrontée à des défis majeurs hérités de son histoire récente et qui, s’ils ne sont pas résolus, risqueraient de mettre en péril l’existence même du pays.

Les conséquences de la gestion désastreuse par l’Etat des rapports intercommunautaires qui s’est traduite par la répression sanglante et les déportations contre la communauté négro-africaine pendant les années de braise de l’histoire nationale et celle de la perpétuation de pratiques esclavagistes au sein de l’ensemble des composantes nationales continuent de mettre à mal la cohésion nationale.

L’Etat de droit a certes connu des progrès dans le pays à travers la reconnaissance par l’Etat de ces tares et par l’engagement de celui-ci à les combattre mais des insuffisances notoires persistent quant aux questions de la justice sociale et de la bonne gouvernance. Or, la lutte contre le sous-développement endémique dans lequel se débat le pays ne peut être véritablement efficiente qu’à la condition d’un vivre ensemble harmonieux et apaisé entre les différentes composantes de la population.

La question de la justice sociale est donc primordiale pour amorcer la lutte pour le développement. La Mauritanie se doit donc de prendre en charge avec le soutien du système des Nations unies :

- Le règlement définitif de la question du passif humanitaire et du problème des déportés. Ces questions ont certes connu un début de règlement mais cela reste largement insuffisant. Les victimes et ayants- droit de la répression des années 1990 n’ont obtenu jusque-là qu’une réparation financière. Quant au problème de la déportation, si un peu plus de vingt-quatre milles anciens déportés ont pu retourner dans leur pays dans le cadre de l’accord tripartite entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR, des milliers d’autres Mauritaniens sont encore au Mali et au Sénégal ne demandant qu’à rentrer dignement dans leur pays

- La question de l’esclavage a connu elle aussi des progrès majeurs puisque l’esclavage est désormais inscrit dans la constitution comme un crime contre l’humanité mais le pays a besoin d’un accompagnement conséquent de l’ONU pour l’éradication totale de ce fléau

- Le problème des terres de culture vivrière dans un pays où près de 80% du territoire est désertique constitue une préoccupation majeure pouvant se transformer en poudrière du fait du déni des droits fonciers traditionnels qui se traduit par la confiscation des terres par l’Etat dans la vallée du fleuve Sénégal.

- Le renforcement de l’état de droit et de la bonne gouvernance permettant de faire participer tous les citoyens, dans leur diversité, à la gestion du pays et garantissant une meilleure répartition des richesses nationales.

- La valorisation des langues nationales et leur utilisation dans tous les rouages de la vie nationale (éducation, administration publique, télévisions, radios) pour un égal accès des citoyens à la gestion de leur quotidien par les pouvoirs publics reste un vœu pieux malgré la consécration par la constitution de la diversité culturelle mauritanienne.

- L’absence d’un cadre de dialogue permanent entre l’Etat et la société civile d’une part et entre les différents pôles politiques du pays, d’autre part, pour une gestion apaisée des conflits en amont.

- Le renforcement des libertés d’expression, de réunion et d’association pourtant garanties par la constitution mais soumises, dans les faits, au diktat des pouvoirs publics. La société civile, par exemple, continue à fonctionner sous le régime des autorisations et donc selon le bon vouloir de l’Etat

- La question du genre connait un progrès certain mais qui reste insuffisant dans son intensité et dans sa diversité. En effet, si les femmes sont de plus en plus représentées dans tous les rouages de la vie nationale, il reste que cette représentation ne rend pas compte de la diversité ethnique et culturelle mauritanienne.

- L’école mauritanienne ne donne pas les mêmes chances aux élèves en particulier selon qu’ils se trouvent en ville ou dans les campagnes ou qu’ils relèvent des milieux favorisés ou défavorisés. L’école publique se débat en effet dans une crise multiforme qui fait qu’elle ne remplit plus sa mission première de mettre le savoir à la disposition de tous. D’une part les langues nationales sont exclues de la sphère scolaire en dépit du droit de chaque enfant d’être scolarisé d’abord dans sa langue maternelle. D’autre part, seules les familles plus ou moins aisées peuvent assurer à leurs enfants le droit à l’éducation en les inscrivant dans des institutions privées tandis que les autres, l’immense majorité, sont condamnées à la déperdition scolaire et à l’abandon.

- Le droit des personnes handicapées est insuffisamment respecté. De fait, les personnes handicapées se sentent discriminées et exclues de tous les rouages de la vie nationale.

L’organisation des Nations Unies dont la mission première est de travailler pour la promotion de la paix, des droits de l’homme et du développement se doit d’accompagner la Mauritanie dans cette lutte contre les défis de l’heure. C’est à ce seul prix que la Mauritanie pourra préserver la relative paix sociale qui y règne et demeurer un havre de paix indispensable pour tout développement, dans un contexte régional des plus menacés.

Les signataires

• Forum des Organisations nationales des Droits humains (FONADH)

• Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH)

• Collectif des Rescapés Anciens Détenus Politiques Civils Torturés (CRADPOCIT)

• Collectif des Veuves

• Comité de Solidarité avec les Victimes des Violations des droits de l’homme (CSVVDH)

• Groupe d’Etudes et de Recherches sur la Démocratie et le Développement Economique et Social (GERDDES)

• Ligue Africaine de Droits de l’Homme / Section Mauritanie

• Regroupement des Victimes des Evénements 89 -91 (REVE)

• SOS-Esclaves

• Association Des Femmes Chefs de Familles (AFCF)

• Association Mauritanienne pour la Promotion de la Culture et de la Langue Sonninke (AMPCLS)

• Association pour la Renaissance du Pulaar en Mauritanie (ARPRIM)

• Association pour la Promotion de la Langue Wolof (APROLAW)

• Association d’Appui au Développement à la Base des Communautés (SALNDOU)

• Association pour le Développement Intègre de l’Enfant (APDE)

• Association pour le Renforcement de la Démocratie et l’Education Citoyenne (ARDEC)

• Ligue Mauritanienne des Droits de l’Homme(LMDH)

• Coalition Action contre la Discrimination Raciale et l'Exclusion: CADRE

• Coordination des organisations des Victimes de la répression: COVIRE

• Collectif des Veuves

• Collectif Des rescapés Militaires :COREMI

• Collectif des Rescapés Anciens Détenus Politiques Civils Torturés: CRADPOCIT

• Collectifs des Orphelins des Victimes Civiles et Militaires : COVICIM

• Collectif Mooyta Koota

• Collectifs des Anciens Fonctionnaires de la Police Victimes des Evènements de 1989/1991

• kawtal Ngam Yellitaare

• Club UNESCO Dialogue des Cultures

• Touche Pas à Ma Nationalité (TPMN)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Fonadh
Commentaires : 7
Lus : 2312

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • bady (H) 05/03/2016 20:57 X

    moutalli fera danser tout le mond parcequ'il a trouve sa place et il est entrain de manger son gateau il n'est pas comme toi pantere et non plus moi qui attendent toujours dans le rang ,donc il doit nous montrer sa guitare au moins pour danser ensemble au pays des pauvres

  • pantherehartani (F) 05/03/2016 20:32 X

    Ya akhi bady on a demandé des comptes à des hauts responsables mais il en reste un, le plus dangereux et nocif, le loup garou Aziz. Moutalli billahi aleyk change de chanson par rapport à Aziz. J'espère pour vous que vous avez en plus une tidinite ou tbeull mechbouh parce que là ce n'est plus possible !

  • Moutalli (H) 05/03/2016 14:23 X

    Et vous pensez, vous au FONADH, qu’il suffit d’un coup de baguette magique pour résoudre tous ces problèmes ? Vous ne trompez personne ! Vous ne trompez que vous-mêmes ! Chacun sait que derrière cette nébuleuse que représente votre organisation se cachent des Noirs extrémistes - que nous connaissons tous sans aucune exception ! - qui tentent vainement de « déconstruire » le régime de Ould Abdel Aziz. Il suffit pour s’en rendre compte d’aller visiter vos locaux à l’ilôt C ! Vous serez d’abord frappés par l’absence totale de Beydane ! Ni de secrétaire ni même un « planton » qui appartienne à cette communauté… !

  • lass77 (H) 05/03/2016 14:10 X

    Toutes ces déclarations ne servent à rien tant qu'on ne ramene cette situation Mauritanienne au conseil de sécurité de l'onu , à l'union Africaine , à la ligue Arabe.

  • mystere1 (F) 05/03/2016 12:51 X

    pour avoir cette mauritanie unie fraternellement; et dans tous les sens; il faut d'abord un lavage de cerveau de beaucoups de choses néfastes dans les esprit afin d'avoir de bonnes et saines mentalités; mais surtout et en particulier laver nos coeurs de tout saleté imoral; afin de purifier nos âmes malades; pour enfin être sains spirituellement; et êtres de bons musulmans au vrai sens du termes; et c'est justement là que la Mauritanie méritera le titre de (République Islamique de Mauritanie); je le souhaite aussi bien que bons nombres de citoyens honnêtes; sincères et dignes; on a espoir certainement que les futurs générations prendront la relève pour affronter ces fléaux que souffrent notre pays

  • CheikhaFall (F) 05/03/2016 11:36 X

    Comment vous croire quand vous comptez parmi vous ceux qui ont créé le concept de "Beydanerie"?

  • bady (H) 05/03/2016 11:30 X

    l’état a réussi à se débarrasser des lourdes charges qui grevaient son budget, des comptes ont été demandes à des hauts responsables , les engagements de l'administration sont honores, la société civile est indépendante et libre pour être représenter alors chacun est libre de présenter n 'importe quoi sur n'importe qui ?