29-05-2016 19:00 - CGTM : Déclaration

CGTM : Déclaration

CGTM - En ce dimanche, 29 mai 2016, la classe ouvrière et les travailleurs et travailleuses de notre pays se remémorent leurs martyrs tombés sous les balles à Zouerate en 1968.

Cette journée du 29 mai a été le témoin de la répression sauvage et aveugle que la soldatesque du pouvoir d’alors, avait, de connivence avec la société des mines de fer Miferma dont les intérêts étaient de toujours continuer à exploiter les travailleurs mauritaniens sans aucune contrepartie qui constituent leurs droits.

Cette exploitation de l’homme par l’homme a été vécue dans leur chair par les ouvriers valeureux précurseurs de l’économie nationale embryonnaire d’alors, et ont dû consentir des sacrifices ultimes pour frayer la voie dorée mais rougie de sang, au syndicalisme mauritanien.

Tous les hommes et toutes les femmes épris (es) de paix et de progrès ont montré leur solidarité à la grève que les ouvriers avaient décrétée après avoir subi toues les injustices inimaginables.

Au-delà des travailleurs et des travailleuses, c’est toutes les forces vives qui sont dépositaires de cette lutte courageuse des martyrs de Zouerate, car tous les espaces de liberté et d’expression que nous occupons aujourd’hui sont le fruit de cette lutte courageuse.

La CGTM, dont le 1er congrès constitutif a été dénommé Congrès des martyrs de Zouerate en 1995, tient à garder jalousement l’héritage des vaillants combattants de la cause des travailleurs dont le martyr illumine la voie de la liberté, de l’unité et de la solidarité.

Les travailleurs se doivent de combattre tout ce qui peut diviser leurs rangs surtout dénoncer les politiques chauvinistes, séparatistes et racistes qui sont en train de gangrener la vie nationale.

Gloire aux Martyrs de Zouerate

Nouakchott, le 29 mai 2016

Le comité exécutif de la CGTM



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : CGTM
Commentaires : 1
Lus : 1484

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • diambarardo (H) 29/05/2016 19:40 X

    C'est bien de vous émouvoir de 68, mais pourquoi vous ne parlez pas de 89 où on a vu des mauritaniens et des travailleurs étrangers syndiqués tués ou expulsés dans des conditions inhumaines, pourquoi vous ne parlez pas de 2016 où on a vu un malien massacre sur un chantier ? Les travailleurs étrangers ont les mêmes droits que les nationaux selon les conventions que la Mauritanie a signé. Vous êtes un syndicat qui pratique la discrimination avec une mémoire sélective.