23-06-2016 06:39 - Ne les oublions pas : Youssouf Koita, un homme d’Etat volontairement oublié?

Ne les oublions pas : Youssouf Koita, un homme d’Etat volontairement oublié?

Adrar-Info - Député-maire de Kaedi (sud de la Mauritanie), puis Président de l’Assemblée nationale, pendant plusieurs années, Youssouf Koita fut un homme d’Etat qui compta beaucoup dans la vie politique mauritanienne dès le lendemain de l’indépendance en 1960.

Au cours de l’été 71, lors d’un séjour d’agrément à Las Palmas en Espagne, il mourut brusquement dans sa chambre d’hôtel. Cette disparition qui créa un immense choc dans l’ensemble du pays demeure toujours inexpliquée.

Aux cotés du Président de la République Mokhtar Ould Daddah, du Ministre d’Etat Ba Mamadou Samboly, de Sidi El Moctar N’Diaye et de bien d’autres patriotes mauritaniens, il participa pleinement à la construction de la Mauritanie nouvelle. Il fut un grand amoureux de son pays et de Kaedi, sa ville natale, dont il a fortement contribué au rayonnement dans la sous-région.

Grand bâtisseur, homme politique clairvoyant et respecté, il a en effet fait de Kaedi une ville incontournable dans l’armature urbaine nationale. Il a conforté son inscription dans le réseau des villes africaines de la sous-région.

Tous les chefs d’état qui ont visité la Mauritanie entre 1960 et sa subite disparition y ont séjourné. Les atouts économiques, physiques et humains de la capitale du Gorgol attiraient en outre les experts occidentaux et asiatiques en quête de terrain propice au développement.

D’ailleurs, Youssouf Koita n’avait-il pas fait l’éloge de ces atouts dans un célèbre écrit justement intitulé » les atouts économiques de la vallée du fleuve Sénégal »? Alors que peu d’agronomes et d’économistes de Mauritanie se souciaient à l’époque du devenir économique de cette région, le Député-maire y consacra tous ses efforts, son action et ses réflexions. Cette clairvoyance fait de lui un des hommes politiques le plus en phase avec son temps.

Le développement économique et la création d’emplois faisaient partie de ses priorités. Il les a traduit concrètement par la réalisation d’usines dans la ville. Il y construisit en effet deux importantes et utiles unités de fabrication qui ont employé, au moment de leur apogée, plusieurs centaines d’hommes et de femmes.

Il réalisa des équipements sportifs et réussi à faire installer dans la ville le palais de justice. Il encouragea le développement et la mise en valeur des terres fertiles agricoles, le long du fleuve Sénégal. Il nourrissait pour Kaedi des ambitions louables, jamais démenties, et avait pour unique objectif de la hisser au rang de ville agréable, équilibrée et harmonieuse dans laquelle les habitants s’épanouissent.

Il voulait enfin en faire une ville qui rayonnante. Les projets urbains qu’il y a réalisé attestent de ce profond engagement. Ces interventions respectent les règles strictes de l’urbanisme moderne et demeurent encore aujourd’hui les seuls secteurs d’habitation qui échappent à l’anarchie et à l’improvisation…

Depuis son décès, il y a plus de quarante ans maintenant, la Mauritanie a beaucoup changé. Plusieurs coups d’état se sont succédés. La démocratie y est balbutiante. La situation économique et sociale du pays s’est profondément dégradée. Le communautarisme est presque érigé en mode de gouvernance.

Tous ces processus qui hypothèquent l’avenir sont le contraire de ce qui fut l’essence même du combat politique du Député-maire. Les changements et les comportements politiques survenus dans le pays depuis quelques décennies ont pour conséquence, entre autres, l’effacement de la mémoire politique nationale. L’histoire du pays est réécrite jour après jour. Les gouvernants successifs, encouragés par des groupes sectaires et chauvins, remettent en cause l’unité des mauritaniens…

Parallèlement, la ville de Kaedi régresse. Elle se dégrade et ne fait plus rêver les villageois alentours, ni n’attire les artistes de la sous-région qui venaient jadis y chercher leur succès. Les mauvaises langues disent que les maires et les députés qui s’y succèdent depuis plus de trois décennies œuvrent plus pour leur propre intérêt plutôt que pour celui de la commune. Ils n’ont apparemment rien apporté au développement de la ville qui a perdu son rang dans l’armature urbaine nationale et qui est de plus en méconnaissable.

C’est dans ce double mouvement de dépréciation du pays et de Kaedi qu’il convient de s’interroger sur ce que les dirigeants nationaux et locaux réservent à la mémoire de Youssouf Koita.

Pourquoi l’homme politique qui a consacré toute sa vie pour la réussite de son pays et de sa ville natale ne fait l’objet d’aucun hommage pendant que ses compagnons des lendemains de l’indépendance sont honorés? Pourquoi n’est il jamais cité lorsque l’histoire politique récente de la Mauritanie est évoquée? Pourquoi l’infatigable militant du rapprochement entre les communautés du pays n’a aucune rue, ni place, ni même équipements publics qui portent son nom à l’heure où les gouvernants et leurs alliés magnifient et font vivre la mémoire des hommes qui ont contribué à la construction du jeune État mauritanien?

De la réponse apportée à ses quelques questions dépend en définitive le sens que les pouvoirs successifs mauritaniens donnent à l’histoire politique du pays et aux Hommes et Femmes qui l’ont bâtie.

Source : www.tidianekoita.com



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2742

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • lass77 (H) 23/06/2016 12:15 X

    Ce sont toutes les villes à majorité négro-mauritanienne qui sont laissées pour compte. La mauritanie ne le gere que de façon administrative par ces gouverneurs , prefets , commissaires , procureurs . C'est une honte pour la Mauritane que Kaedi , Boghé , Selibaby , Rosso soient dans un tel etat 55 ans aprés les independances.

  • elhousseinou (H) 23/06/2016 08:57 X

    Bonjour Tij ou Zoko pour les intimes du Basket Quel émouvant texte Quand on passe devant la maison de Kaedi ou jadis on jouait, mangeait,dormait donc on y vivait, toutes les communautés y étaient soninke peule arabe Haratin ouolof À voir les amitiés de ses enfants vivants ou décédés Hamady Ndiabou qu'on appelait Papa n'a pas reçu un retour des gorgolois et en particulier des C'était le Papa de Mamine, Moussa,Zeilany,Bama,Oumar sadio Nenatou... Une fondation avec ses enfants et ses petits enfants Tijane, une fondation à son nom doit voir le jour A Kaedi il y avait un tissu économique Les Abattoirs, la tannerie et d'autres choses Tijane notre soutien est total Alhousseinou kane