28-06-2016 06:39 - Ne les oublions pas : El Hadj Bou El Mogdad Seck : un interprète-en-chef et conseiller auprès des gouverneurs de l’administration coloniale au Sénégal

Ne les oublions pas : El Hadj Bou El Mogdad Seck : un interprète-en-chef et conseiller auprès des gouverneurs de l’administration coloniale au Sénégal

Adrar-Info - El Hadj Bou El Mogdad Seck (1826-1880) est interprète-en-chef et conseiller auprès des gouverneurs de l’administration coloniale au Sénégal, de Protet en 1853 jusqu’à Brière de l’Isle en 1880, en passant par Faidherbe dont il fut un précieux auxiliaire1.

Bou El Mogdad est issu d’une grande famille saint-louisienne proche de l’administration coloniale. Il est le beau-frère de Hamet Ndiaye Anne, premier cadi du tribunal musulman nommé par Faidherbe.

Bou El Mogdad est d’abord assesseur au cadi, puis lorsque celui-ci est trop absorbé par ses fonctions judiciaires, il deviendra cadi à son tour. Pendant vingt ans il est l’interprète, le rédacteur et le traducteur de l’arabe auprès du gouvernement du Sénégal, cité en exemple pour ses capacités à concilier son attachement profond à l’islam et sa loyauté envers l’administration coloniale1.

C’est aussi un explorateur qui accompagne le capitaine Vincent dans l’Adrar (Mauritanie) de janvier à juin 1860, mais la présence d’un officier chrétien semble avoir engendré la méfiance et compromet l’expédition. Ils ne peuvent atteindre Atar et Chinguetti.



Bou El Mogdad offre alors ses services pour effectuer lui-même le voyage transsaharien en se présentant comme un pèlerin en route vers La Mecque. À cette époque-là l’administration est préoccupée par la menace grandissante que constituent les djihads de El Hadj Omar Tall et pense qu’un retour de Bou El Mogdad, désormais paré du titre de El Hadj – une distinction peu commune dans l’Afrique noire d’alors – pourrait avoir des effets bénéfiques sur l’influence française au Sénégal, ce que plaide l’intéressé : « Ce pèlerinage pourrait avoir des résultats très importants parce qu’on saurait dans le pays qu’il a été fait sous le patronage de la France »3.

Même si sa mission n’apporte rien de vraiment nouveau du point de vue de l’exploration des contrées traversées, elle est cependant menée à bien et Bou El Mogdad revient au Sénégal à la fin de 1861.

En 1869 il a participé à 22 missions ou expéditions et, après 23 ans de bons et loyaux services, il est nommé officier de la Légion d’honneur. Bou El Mogdad quitte l’administration coloniale en 1879 et quelques mois plus tard, en 1880, il est nommé tamsir et cadi à Saint-Louis. Il meurt la même année.

Postérité



La vieille maison, aujourd’hui en ruines, où il aurait vécu et où il recevait les marabouts en provenance de Mauritanie se trouve non loin du quai Roume5, à l’angle de l’ex rue Boufflers, aujourd’hui rue Doudou Seck Bou El Mogdad6.

Bou El Mogdad est le nom du bateau qui assurait le transport de marchandises et de personnes sur le fleuve Sénégal entre 1950 et 1970. Aujourd’hui transformé en navire de croisière7, il emmène les touristes à Saint-Louis, au Parc national des oiseaux du Djoudj, à Richard-Toll, Dagana et Podor.

avec Wikipedia

Source : http://bulabandiaky.blogspot.com



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2268

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • pyranha (H) 28/06/2016 23:12 X

    a.bennan la cochonnerie,l'impolitesse et la naissance sous une mauvaise étoile aussi ne tuent pas...

  • a.bennan (H) 28/06/2016 19:04 X

    En toute honetete,vs vs souvenez d'un tres gros collabo. Rien de plus.Mais le ridicule ne tue plus...

  • Askatasuna (F) 28/06/2016 16:20 X

    Doudou seck de la grande famille des griots "Seck" du waalo

  • pyranha (H) 28/06/2016 10:35 X

    Merci adrar info de nous replonger dans l'histoire ...

  • tarhilgazra@yahoo.com (H) 28/06/2016 10:19 X

    C'est Doudou qui est important culturellement (poète hassani ).Son père et lui ont aimé la Mauritanie et ont facilité la pénétraition des français avec le fusil parfois.