14-09-2016 19:45 - Pierre Bonte, le récit des origines et le caillou linguistique

Pierre Bonte, le récit des origines et le caillou linguistique

Traversees-Mauritanides - Bibliothèque de TM
Sans tabou, les livres ont leur vie !
L'ethonologue Pierre Bonté était un habitué de l’Ouest saharien : Mauritanie, Maroc, Sahara Occidentale, Algérie, Mali… Ses séjours dans ces espaces feront l’objet de plusieurs publications. Malgré l’urgence intuitive contre le destin, son œuvre connaîtra un d’arrêt brusque avec sa mort le 4 novembre 2013.

Mais, grâce à des volontés conjuguées un livre verra le jour : Récits d’origine, contributions à la connaissance du passé Ouest saharien…Ahmed M Mohamed Ahmedou dit Gemal, nous entretient des Mais pas seulement.

Récits d’origine : le caillou sociolinguistique !

Publié en 2016 par les Editions Karthala, l’ouvrage « Récits d’origine, contributions à la connaissance du passé Ouest saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara Occidentale, Algérie, Mali) » de l’anthropologue Pierre Bonte, restitue une compilation d’informations orales et écrites, riches et variées, recueillies par l’auteur au cours d’enquêtes de terrain menées dans le rude espace sahelo-saharien.



Le Français y effectué plusieurs voyages, en plus de trois décennies. Pierre Bonte est pointilleux. Ses trouvailles riches, originales et impressionnantes. L’anthropologue des sociétés sahariennes, spécialiste de la Mauritanie, est l’auteur de plusieurs publications sur la société saharienne ancienne et moderne, en particulier sur l’émirat de l’Adrar dont à titre d’illustration : la montagne de fer (2001), l’émirat de l’Adrar mauritanien (2008), la Saqiya Al hamra (2012) ainsi que d’études sur diverses questions sur le monde arabe et les sociétés tribales telles que : l’alliance par le mariage, l’ordre filiatif, la littérature orale, les rituels sacrificiels etc.

Ici, nous porterons notre regard sur « Récits d’origine, contributions à la connaissance du passé Ouest saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara Occidentale, Algérie, Mali).» L’écrit se rapporte aux fondations des tribus dans une société stratifiée et logée dans des villes anciennes. Le domaine porte sur les grands mouvements religieux et à l’introduction du soufisme dans l’ouest du Sahara.

En somme, un apport à la connaissance de l’histoire anthropologique des populations du grand Sahara et qui nous interpelle sur les rapports entre la mythologie et l’histoire. C’est un fabuleux travail laissé pratiquement inachevé par l’auteur après sa disparation brutale survenue le 4 novembre 2013. Heureusement que sa collègue du CNRS, l’anthropologue Anne-Marie Brisbarre, a pu mener à bout non sans peine et patience le projet.



Parmi les soixante dix textes annexés, en appui aux travaux de l’auteur, le numéro onze qui relate le conflit entre deux tribus d’après l’histoire ancienne de l’Adrar mauritanien retient l’attention. Autant la version originale du texte traduit est exacte, autant l’interprétation qui lui est donnée est erronée.

L’extrait mentionné tire sa source du manuscrit des chroniques des énigmes de l’histoire et des guerres en Adrar rédigé par l’érudit Abdel Wedoud Ould Ahmed Maouloud Ould N’Tahah, en réplique au fameux Al Wassit de Sid’Ahmed Wel Elemine Chenguitti, un tableau de la Mauritanie du début XXème siècle. Pour l’histoire, Wel Elmine Chenguitti avait relaté à son éditeur égyptien, par écrit, sa mémoire riche et son immense savoir sur son pays d’origine, l’actuelle Mauritanie.

Découvrant le peu de place réservée à aux siens par Sid’Ahmed Wel Elemine, l’érudit Abdel Wedoud Wel N’Tahah rédigera, par la suite et avec un style incisif, son « récit historique sur ce pays ses premiers habitants, sa première conquête et l’expulsion des non arabes de ses terres ».

Ce manuscrit fut découvert au début des années 1970 par l’orientaliste britannique H.T.Norris, qui en publie des extraits en anglais dans son livre Saharan Myth and Saga, sous le titre : The ancient history of the Mauritanian and Adrar the sons of Shams Al-din, by Abdal-Wadud b.Ahmed Mawlud Al-shamsadi (1972). De nos jours, le manuscrit d’Abd Al Wedoud Ould N’Tahah est l’une des références incontournables, les plus citées par les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire de l’Adrar mauritanien.

Pour ne pas prolonger notre digression, revenons à l’extrait du récit numéro onze, objet de notre intérêt. Celui-ci relate que : « […] Ce fut par la volonté de Dieu, qu’un homme issu des fils de X aille à la recherche d’une vache dans la direction d’Amdeyr, et il rencontra un groupe de femmes abominables. Elles dirent à ces hommes vils qui viennent d’être mentionnés qu’ils devraient lui fournir son hinn comme repas […] ».

En interprétant cette légende, Pierre Bonte s’est référé à l’explication en anglais qu’en donne l’orientaliste T.H.Norris qui estime qu’ : « un hinn est une espèce inferieure de démon, que les poètes arabes décrivent comme un chien, appartenant aux jnoun. Norris (1972) suggère de rapprocher cette référence de celles plus générales aux chiens dans le même texte. On peut ajouter cette pièce au dossier des appartenances ibadites des baffur et autres groupes que les smassides rencontrent dans l’Adrar occidental au moment de leur installation, vraisemblablement à la fin du XVI ème siècle.»


Curieuse interprétation ! Elle modifie ostensiblement le sens du récit d’origine d’Abdel Wedoud Ould N’tahah. Le mot hinn, ne renvoie certainement pas à une forme de démon mais tout simplement au henné, bien connu dans notre société. Ainsi l’expression « fournir le hin comme repas », doit se comprendre dans le sens de l’art ou outils de parure féminine qu’est le henné.

Quand une femme sollicite « le repas du henné » d’un homme, cela veut dire qu’elle demande un présent à offrir à la tatoueuse qui peut prendre la forme des ingrédients nécessaires à la confection d’un thé ou de quoi acquérir un petit cabri à « égorger » pour une soirée festive. De nos jours, la modernité et la mondialisation étant passées par là, il suffit pour les hommes d’offrir des sachets de bonbons, de chocolat ou des cartes de « crédits » comme recharge des téléphones mobiles.

On en déduit, dans l’extrait susmentionné, que cette femme, en provocatrice, a demandé à ces parents, de lui offrir en guise de présent, un repas assez cruel, la tête d’un homme de la fraction tribale X.

L’orientaliste Norris est donc passé à côté du sens de la légende, induisant en erreur inexorablement plusieurs chercheurs, dont l’éminent Pierre Bonte qui a puisé dans son œuvre. Une équivoque, qui ne remet pas en cause la qualité du travail scientifique effectuée, mais qui méritait tout de même d’être relevée, ne serait-ce que pour les chercheurs qui ont vocation à s’intéresser à ces écrits.

Il est enseigné quelque part, en Afrique que l’erreur n’annule point l’effort accompli. L’œuvre de Pierre Bonte est substantielle et l’interprétation curieuse du récit d’origine est accessoire.

Ahmed Mahmoud Mohamed Ahmedou dit Gemal

Récits d’origine, contributions à la connaissance du passé Ouest saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara Occidentale, Algérie, Mali) par Pierre Bonte. Préface de Abdel Wedoud Ould Cheikh, Ed Karthala, 2016



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1698

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Pinkpanther (H) 14/09/2016 21:41 X

    C'est bien de s'intéresser à l'histoire d'un pays. Mais quand on le fait en borgne cela pose problèmes et c'est une habitude chez beaucoup d'historiens en herbe.....PARLER de la Mauritanie n'est pas aisée compte tenu de la jeunesse de ce pays et de son histoire ancienne....Je suis simplement toujours étonné de constater que ces gens ne prennent pas en compte cette partie bien évidente de la MAURITANIE que sont le FOUTA et le GUIDIMAKHA...Allez faire un tour à l'IFM et vous comprendrez que les français aiment bien cette Mauritanie....On y voit qu'un pays sans ses composantes colorées...

  • mauritanievive (H) 14/09/2016 20:15 X

    ce que nous reprochons a pierre bonte c'est sa complaisance envers le reciteurs recents de l'histoire de la mauritanie ou chacun se cree une histoire reelle ou virtuelle ,en tout cas toujours glorifiante pour lui et reductrice pour les autres et a force de la raconter y croit dur comme fer .