05-04-2017 00:15 - Selon le CILSS, 13 millions de personnes risque d'être en situation de crise alimentaire dès le mois de juin au Sahel

Selon le CILSS, 13 millions de personnes risque d'être en situation de crise alimentaire dès le mois de juin au Sahel

Mauriweb - L’eau est aujourd’hui un enjeu de premier ordre pour la planète. Depuis longtemps déjà, le désert gagne du terrain sur les zones de peuplement, comme ici dans le Sahel mauritanien. ferloo.com

Dans tous les pays du Sahel, certaines zones sont actuellement frappées par la sécheresse. Un phénomène persistant et inquiétant, car les conséquences sont multiples sur l’agriculture, l’élevage, la situation alimentaire.

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss) a fait le point ce hier matin lors d’une conférence de presse à Ouagadougou au Burkina Faso. Le comité prévient : si rien n’est fait, près de 13 millions de personnes seront en situation de crise dès le mois de juin, a relayé ferloo.com, citant rfi.fr.

La situation nutritionnelle demeure préoccupante, voire critique dans les bas-fonds du lac Tchad, le nord du Mali, le Niger, et dans plusieurs régions du nord du Nigeria, selon le dispositif régional de prévention des crises.

Cela est dû à la détérioration des conditions de sécurité alimentaire et la persistance de l’insécurité civile, notamment dans des zones abritant des réfugiés et des déplacés. Actuellement, plus de neuf millions de personnes sont en situation difficile.

Et si les interventions en cours ne sont pas renforcées et celles envisagées ne sont pas mises en œuvre, ce chiffre pourrait atteindre treize millions de personnes et concernerait le Burkina Faso, le nord du Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le nord du Nigeria.

Parmi ces populations vulnérables, il faut compter plus de quatre millions de personnes déplacées et réfugiées en raison de l’insécurité civile, du banditisme et des conflits intercommunautaires qui sévissent dans la région.

Le dispositif régional de prévention et de gestion des crises recommande la mise en œuvre rapide et le renforcement des mesures d’assistance alimentaire et humanitaire pour sauver des vies humaines au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad.

Moctar FICOU / VivAfrik



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1104

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • cccom (H) 05/04/2017 01:55 X

    Un appel du CILSS pour la charité aux 13 millions. La Mauritanie s’est investie pour construire la Digue Rive droite et 8 ouvrages vannés débitant 204m3/s dont 1 seul m3/s est valorisé dans l’adduction d’eau de Nouakchott . les 200 m3/s ( prés de 6 milliards m3/an ) sont affectés géné à l’Océan et engraissage des oiseaux migrateurs et phacos ont un potentiel de production de 10T/ha X 1.000.000 ha =10.000.000 t/an ( à raison d’un potentiel de 6.000m3/ha) pouvant faire l’autosuffisance alimentaire de tout les pays du CILSS. Quand est ce que nous arrêterons de quémander ? cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • alhagh (H) 05/04/2017 00:25 X

    comment voulez vous combattre la famine si au ministère de l'agriculture la ministère et son SG (toutes les deux des femmes) se crèpent le chignon pour savoir qui va maitriser la commission des marchés du departement afin de privilegier ses fournissuers! quelle honte et les populations n'ont qu'à mourir de faim; les ministres eux (elles) s'engraissent et vont mourir obèses! (pour plus d'informations sur cette honteuse affaire, voir le site taqadoum.mr Quel pays Al hagh