21-04-2017 15:51 - «Sahel, une bombe à retardement»

«Sahel, une bombe à retardement»

La Liberté - Comment sortir des multiples menaces qui frappent les pays africains situés aux portes du désert?

Maria Malagardis

Sécurité internationale » A la frontière du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, une guerre asymétrique se perpétue depuis quatre ans dans laquelle les troupes françaises sont elles aussi engagées. Sans pour l’instant réussir à pacifier une zone, vaste comme six fois la France, que se partagent cinq pays africains: la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad.

Dès lors, comment sauver le Sahel? Comment enrayer le cercle vicieux de la misère et de l’insécurité qui fait de cette vaste région l’un des points chauds du globe? Selon le chercheur Christophe Angely, de la Fondation pour les études et recherches sur le développement international (Clermont-Ferrand), il faut entièrement repenser nos relations avec ces pays. Entretien.

Pourquoi le Sahel cristallise-t-il aujourd’hui les enjeux à la fois sécuritaires, écologiques et démographiques internationaux?

Christophe Angely: La région du Sahel est aujourd’hui l’une des plus vulnérables au monde. Avec des pays pauvres, enclavés. C’est aussi une région qui n’a pas encore enclenché sa transition démographique. Si l’on regarde ces cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad), on prévoit 400 millions d’habitants en 2100.

Contre 125 à 130 millions aujourd’hui. D’où l’accent mis sur l’éducation: la jeunesse de cette population sera un atout, si on lui donne une perspective. Ou un danger, si elle n’en a aucune. La qualité des enseignants dans les écoles publiques est un vrai enjeu. Parce que, sinon, soit ces jeunes sont déscolarisés, soit ils vont dans des écoles coraniques ou privées, sur lesquelles l’Etat n’a aucun contrôle.

La communauté internationale peut-elle sauver ces pays presque «malgré eux»?

Il faut avoir à l’esprit la bombe à retardement que représente cette zone: dans quinze ans, la population y aura augmenté de 60%. La notion de corruption, la faiblesse des institutions doivent s’effacer derrière la nécessité d’agir face à cet enjeu.

Avez-vous l’impression qu’un consensus se dégage sur une nouvelle approche dans le soutien à ces pays?

Le dernier rapport de la Banque mondiale encourage la bonne gouvernance des Etats. Mais aussi les pratiques démocratiques: ne plus se contenter de dire «il y a eu une élection c’est bon». Mais considérer qu’après le vote, il faut encore plus soutenir les parlements nationaux, les sociétés civiles.

Que faut-il donc changer dans l’approche des problèmes?

Il faudrait que les populations considèrent que leur appareil d’Etat les protège. Mais ce ne sera jamais possible si, à chaque fois qu’on est dans une configuration de crise, on voit arriver une armée extérieure ou des experts extérieurs, qui ne font finalement que constater et illustrer les limites de l’administration locale.

Les vraies réformes ne sont pas des réformes qu’on imposera, ce sont des réformes qui se diffuseront. Il faut permettre aux administrations locales de s’approprier les choix.

Mais comment faire autrement quand les dangers imposent une réponse dans l’urgence?

Même chez nous, chaque attentat incite à surenchérir dans le court terme. Parce que notre monde moderne est celui de l’urgence et de l’immédiateté, on a oublié qu’il faut une dizaine d’années pour porter des projets. L’armée française fait du bon boulot depuis 2013. Mais on n’a toujours pas inventé la ­deuxième phase: comment pérenniser cette action avec un développement qui offre aux gens une vie digne?

Les élections aux Etats-Unis et en France peuvent-elles changer la donne?

Depuis 2009, les Etats-Unis sont devenus le premier bailleur d’aide bilatérale au Sahel, devant la France. Dans l’immédiat en Afrique, l’aide américaine correspond encore à la théorie d’Obama de la «light footprint»: on intervient discrètement, en limitant autant que possible le coût de l’engagement.

En France, personne ne remet pour l’instant en cause le dispositif militaire dans une région qui a aussi des atouts, d’importantes ressources naturelles. En résumé, il faut sortir d’un discours exclusivement pessimiste sur le Sahel.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 659

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • cccom (H) 21/04/2017 18:35 X

    lisez guerre prématurée au lieu de guerre préparée dans mon commentaire ci-dessus. .c'est dire que le décollage du Sahel se trouve en Mauritanie si Aziz accepte de nous donner sa priorité. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • cccom (H) 21/04/2017 17:06 X

    Pour briser le cercle vicieux de la pauvreté, l’ignorance et l’insécurité au Sahel, la solution est d’engager le plan septennal (Etude ‘’clés en mains’’ disponible à la demande) de promotion de la jeunesse par l’Education et l’emploi (40.000 emplois , t 40.000 docteurs pour les moins jeunes). Les économies à réaliser sur le systéme éducatif officiel , principal fauteur de la pauvreté, de l’ignorance et de l’insécurité estimées à 40 milliards d’UM/an. La Mauritanie peut facilement autofinancer cet plan septennal qui est bloqué par la guerre insensée et préparée entre le pouvoir et l’opposition. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr