29-05-2017 14:12 - Remise du Prix 2017 de la Fondation des Émirats arabes unis pour la santé au Pr Lô Baïdy

Remise du Prix 2017 de la Fondation des Émirats arabes unis pour la santé au Pr Lô Baïdy

Le Calame - Lauréat du Prix 2017 de la Fondation des Émirats arabes unis pour la santé, notre compatriote Pr Lô Baïdy Boubou a reçu sa distinction des mains du Directeur général de l'OMS, le Dr Margaret Chan, en présence de l'ambassadeur Obaid Salem Saeed Al Zaabi, Représentant Permanent des Emirats Arabes Unis auprès du Bureau des Nations Unies et du ministre de la santé, Pr Kane Boubacar.

C'était, ce vendredi 26 mai, en marge de la Soixante-dixième Assemblée mondiale de la Santé, au palais des Nations-Unies, à Genève. Le Prix de la Fondation des Émirats arabes unis pour la santé, d’un montant de 20 000 dollars (US), avait été attribué, en février dernier, au Professeur Lô Baïdy, (61 ans) pour "saluer la contribution importante qu’il a apportée à la mise en place de centres nationaux de transfusion sanguine et de services de laboratoire, ainsi qu’à la lutte contre l’hépatite virale, le VIH/sida et d’autres infections sexuellement transmissibles".

La responsabilité morale et la détermination à résoudre les problèmes sont les deux éléments qui ont guidé le Pr Baïdy dès le début de sa carrière bien remplie. Après avoir achevé sa spécialisation en biologie médicale, il a été nommé Chef du laboratoire et du Service de la banque du sang à l’Hôpital national.

«À l’époque, c’était le seul endroit de Mauritanie capable de diagnostiquer et de confirmer l’infection à VIH/sida et l’hépatite virale. C’était aussi l’unique structure de transfusion sanguine du pays et, chaque jour, je devais faire face à des situations d’extrême urgence.» «Un soir, en octobre 1991, j’ai été réveillé à 3 heures du matin par un technicien de la banque du sang, m’informant que deux patients étaient arrivés avec une hémorragie.» «Nous n’avions pas de sang ayant fait l’objet d’un test et pas de donneur disponible. Cette situation allait se banaliser et j’étais résolu à trouver une solution.»

Le Pr Baïdy s’est lancé dans une campagne de sensibilisation en faveur de la mise en place, à travers le pays, de banques de sang dans les hôpitaux régionaux; on a formé des techniciens et consenti des efforts pour améliorer l’approvisionnement en sang. Le lauréat a aussi préconisé l’élaboration d’une politique de transfusion sanguine ainsi que la création d’un centre national de transfusion sanguine.

Il s’est rapidement fait jour qu’il y avait un grave problème d’hépatite en Mauritanie: un donneur sur 4 était infecté par l’hépatite B et il y avait une fréquence élevée d’hépatite chronique et d’hépatocarcinome chez les jeunes gens. En outre, des cas de VIH/sida étaient régulièrement diagnostiqués et les professionnels de la santé n’étaient pas suffisamment préparés pour les prendre en charge.

Après une décennie consacrée au renforcement des banques de sang, des services de transfusion et de laboratoire pour répertorier les maladies, le Pr Baïdy a opéré un tournant en décidant de prendre ces maladies à bras le corps.

Acceptant la nomination au poste de directeur de l’Institut national de recherche en santé publique, il s’est attaché à trouver les moyens de combattre le VIH/sida, l’hépatite virale, le paludisme, l’anémie à hématies falciformes, la schistosomiase, les fièvres hémorragiques virales et autres maladies transmissibles et non transmissibles.

Le Pr Baïdy a plaidé pour introduire, en 2002, la vaccination contre l’hépatite B dans le Programme élargi de vaccination. Grâce à ses efforts, le processus a encore été renforcé via l’administration du vaccin dans les 24 heures qui suivent la naissance.

En 2006, M. Baïdy est devenu Professeur de médecine et Chef du Département de sciences fondamentales à la Faculté de médecine de l’Université de Nouakchott. Il estime que les étudiants en médecine d’aujourd’hui doivent étoffer leurs compétences de manière à définir un meilleur modèle de santé publique pour l’avenir.

«Un solide sens de l’éthique et l’aptitude à fixer des objectifs réalistes, associés à une ambition ciblée et à la volonté de résoudre les problèmes de santé sont autant d’éléments déterminants si nous voulons renforcer nos capacités nationales et nos ressources humaines au service de la santé publique.»

En 2010, le Professeur Lô Baïdy a été nommé Inspecteur général de la santé au Ministère mauritanien de la santé; en 2013, il a contribué à la mise en place d’une structure nationale de lutte contre l’hépatite virale. «Je suis honoré de recevoir cette prestigieuse distinction de l’OMS qu’est le Prix de la Fondation des Émirats arabes unis pour la santé. Il me permettra de poursuivre ma campagne de sensibilisation au service d’une recherche et d’une action ciblées, en qualité d’ambassadeur de la santé publique», a-t-il soutenu.

Enfin, il est prévu un accueil chaleureux au professeur , ce mardi à 20h30 à l'aéroport international de Nouakchott.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2343

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • zein el abidine (H) 30/05/2017 03:55 X

    Un homme respectable.

  • mauritanievive (H) 30/05/2017 02:12 X

    Bravo au professeur ,c est l'exemple a suivre par nos jeunes ,au lieu de courrir derriere l'argent ,penser a la science pour aider notre population.

  • bleil (H) 29/05/2017 15:50 X

    Les Emiratis ont bien visé: un homme discret, travailleur, affable et plein de bon sens... apotre de la santé publique pour le bien etre des mauritaniens, les populations deshéritées de ce pauvre pays !