26-07-2017 20:31 - Arafat/Sebkha : La police tabasse les leaders de l’opposition qui manifestait contre le référendum

Arafat/Sebkha : La police tabasse les leaders de l’opposition qui manifestait contre le référendum

Cette après-midi du 26 Juillet, la police n’a pas fait dans la dentelle. Elle a violemment tabassé les leaders de l’opposition démocratique qui manifestait contre le référendum du 05 Août prochain.

A Arafat et Sebkha, notamment, plusieurs arrestations et blessés sont à noter dans les rangs des manifestants qui ont reçu une pluie de matraques et de grenades lacrymogènes des forces de l’ordre, tandis qu'à Dar-Naim, la manifestation anti-référendum s'est déroulée dans le calme.

Parmi les blessés, figure le célèbre sénateur Ould Ghadda, farouche opposant aux amendements constitutionnels proposés par le président Ould Abdel Aziz. Le sénateur a perdu conscience, après avoir été asphyxié par la fumée des grenades lacrymogènes.

Jémil Ould Mansour, président du parti Tawassoul, et Mohamed Mahmoud Ould Ematt, vice-président du Rassemblement des forces démocratiques (Rfd) ont été également admis, dans une structure sanitaire de la capitale, pour recevoir des soins. Le président du parti ADIL, Ould waghef, comptait aussi parmi les blessés.

-"Tournant autoritariste"-


Le président du Mouvement pour le Changement Démocratique (MCD), Moussa Fall, qui faisait partie de la manifestation, a réagi en dénonçant la répression de la police, à Arafat et Sebkha.

"On assiste à un durcissement du régime qui utilise l’administration et les finances publiques pour faire sa campagne. C’est un tournant autoritariste que nous sommes en train de vivre avec le régime de Ould Abdel Aziz. Même les régimes militaires ne font plus recours à ces pratiques. C’est un bâillonnement des libertés. On tend très clairement vers le joug d’un régime autocratique et dictatorial", a déclaré à CRIDEM, M. Fall.

Le 20 juillet, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a lancé la campagne pour le référendum constitutionnel du 5 août, boycotté par l'opposition radicale.

Ce mercredi, dans le cadre de sa campagne pour un "boycott actif" du référendum, l'opposition prévoyait d’organiser simultanément trois marches, à Arafat, Sebkha et Dar-naim. Les autorités mauritaniennes n’avaient autorisé que la marche de Dar-naim.

Par Babacar Baye NDIAYE
©Cridem 2017

--------



Avec Cridem, comme si vous y étiez...


















Commentaires : 9
Lus : 6092

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • N.Barou (H) 29/07/2017 02:44 X

    "LES VIEUX BANDITS" veulent nous tourmenter encore!!

  • mystere1 (F) 27/07/2017 12:01 X

    oh mon Dieu, vraie ces autorités exagèrent, aller jusqu'à violenter ces opposants, malheureusement nous sommes encerclés par des flics idiots et bornés qui ne savent que frapper, violenter et maltraiter, ce n'esst pas cela la démocratie, ces opposants ont bel et bien le droit de manifester leur mécontentement, même scénario à rosso, ainsi tout opposant n'a pas droit de réagir, on est dans quel pays ? Dieu Sauve nous de la tyrannie,car Vous êtes le Tyran qui Frappe Fort les injustes !

  • lass77 (H) 27/07/2017 10:53 X

    La démocratie est un luxe pour les colonisés et qu'il ne fallait pas en promouvoir , c’était la position de Jules Ferry.

  • Mawdo1960 (F) 27/07/2017 01:54 X

    Apres la repression sur les noirs et le sena n a rien dit. Aziz se dit permit de faire couler le sang des arabes. Et il le fait. Il faut lutter contre toute injustice. Si nous sommes une nation indivisible.....

  • Mawdo1960 (F) 27/07/2017 01:54 X

    Apres la repression sur les noirs et le sena n a rien dit. Aziz se dit permit de faire couler le sang des arabes. Et il le fait. Il faut lutter contre toute injustice. Si nous sommes une nation indivisible.....

  • Kemet-Seth88 (H) 26/07/2017 20:57 X

    oui au referendum mais non a la violence contre les opposants qui ne sont que dans leur rôles, la révision constitutionnelle doit être faite pour éviter ces types de dérives autoritaires et mettre fin a l'Etat policier afin de permettre a tout un chacun de bénéficier de ses droits garanties et respectés par la constitution

  • samboy (H) 26/07/2017 20:55 X

    c'est le prix à payer, il faut accepter le sacrifice pour vos petits enfants.

  • lass77 (H) 26/07/2017 20:45 X

    Voilà la démocratie qu'on mérite. Que de la sauvagerie et de la racaillerie.

  • ardombantou (H) 26/07/2017 20:44 X

    regardez bien les photos de ould Ghadda et Jemil, tout est cinéma. vous et Aziz vous êtes tous pareils. vieux bandits.