31-07-2017 17:16 - Mauritanie : la résistance contre le référendum du 5 Août se poursuit [Vidéo & PhotoReportage]

Mauritanie : la résistance contre le référendum du 5 Août se poursuit [Vidéo & PhotoReportage]

L’opposition mauritanienne poursuit toujours sa résistance contre le référendum du 5 Août prochain, dénonçant un "divertissement" de mauvais goût.

Dans une nouvelle manifestation, ce dimanche 30 juillet, dans le centre-ville de Nouakchott, elle n’a pas ménagé Ould Abdel Aziz et son régime, en critiquant l’instrumentalisation de l’Etat en perspective du référendum du 5 août 2017. Dans cette bataille de la rue, les jeunes sont en première ligne.

"Nous sommes venus exprimer notre rejet par rapport aux modifications constitutionnelles entreprises par le pouvoir en place. Plus, on avance, plus, le monde nous rejoint", affirme à Cridem Dahaba Djibril Diagana, membre du Bureau exécutif de l’Union des forces de progrès (Ufp), un des partis farouchement opposés aux réformes constitutionnelles.

Venu dire "non" à ces réformes constitutionnelles, l’artiste Big César du très critique groupe de rap Yontamen explique sa présence à Cridem pour dénoncer "l’oppression" et "ce qu’ils veulent faire du pays". "S’il y’a des gens qui ont la volonté de venir devant des sit-in pareils et dire qu’il y’a des choses qui ne vont pas bien, il faut dire non ensemble", ajoute-t-il.

Même constat de refus qui anime aussi, le président de Touche pas à ma nationalité, Dia Alassane, qui estime que les Mauritaniens ne doivent pas "tomber dans le divertissement comme le fait actuellement le pouvoir qui n’a d’autre objectif que de se perpétuer".

"Nous pensons que s’il y’a des choses à changer, elles doivent être relatives, à l’unité nationale, à la cohabitation entre les différentes composantes nationales, à l’officialisation des langues nationale pour garantir l’équité…C’est ça, les choses importantes et non pas le changement de drapeau ou le changement de l’hymne national qui sont en fait le prélude à un changement de la Constitution dans le sens de toucher aux mandats"
, explique à Cridem Dia Alassane.

-Le pouvoir éprouve une "peur réelle"-


Contrairement à la manifestation de Teyarett qui a été sévèrement réprimée par la police un peu plutôt dans l'après-midi, celle du centre-ville de Nouakchott s’est déroulée sans heurts. Venu rejoindre les manifestants, aux côtés d'autres leaders de la contestation anti-référendum, le président de l’Union des forces de progrès (Ufp), Mohamed Ould Maouloud, qui montre des signes de fatigue, revient sur le fil des évènements.

"Nous venons de Téyarett, après avoir subi une agression éhontée de la part des forces de répression envoyées par le pouvoir pour réprimer les populations paisibles qui voulaient manifester tout juste leur désapprobation de ce référendum. Ils sont allés jusqu’à jeter des bombes lacrymogènes jusqu’à l’intérieur des mosquées et ça a provoqué des situations, des malaises pour les gens qui y étaient. Mais, encore, ils ont attaqué le siège du Rfd où il y’avait des femmes et des enfants, en y jetant des bombes lacrymogènes au point que certaines femmes se sont évanouies", raconte Ould Maloud.

Pour lui, cette charge violente de la police "explique une fébrilité, une peur réelle de ce pouvoir de voir le peuple mauritanien s’exprimer sur ce référendum qui est un référendum rejeté et qui va être rejeté par tous les Mauritaniens. Il est sûr que cette répression est un signe de faiblesse".

Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2017

------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...
























































Commentaires : 4
Lus : 3668

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Askatasuna (F) 02/08/2017 17:39 X

    HOOH! BOOYS! Que de la comédie à la azizienne! rien ne sortira de ses bouches affamées. Il suffite de quelques milliers de nos ouguiyas dévaluéées pour qu'ils la ferment tous!

  • Aboulamine (H) 01/08/2017 09:25 X

    @Samboy, d'un ton comique a dit vrai. C'est facile de palabrer , mais pour passer à l'acte la témérité de Daddah et suite des Présidentielles années 92 est encore vivace dans les esprits des négro-mauritaniens qui avaient voulu prendre le devant pour marcher vers le palais ocre!

  • samboy (H) 31/07/2017 22:37 X

    cela ne sera pas la Mauritanie peut être un autre pays. on aime bien se lever le matin et prendre un verre du thé mais mourir.

  • Ahmedabdallah (H) 31/07/2017 17:42 X

    Nous espérons fortement que de ces hommes courage et de témérité sortira UN VERITABLE LION DE PANSHYRE, un leader qui saura haranguer des foules immenses et mettre à profit la peur bleue qui envahit incontestablement le dictateur AZIZ dont la fébrilité est visible et manifeste: des sources dignes de foi informent que la peur bleue qui a envahi le régime a amené le dictateur AZIZ à faire certains membres de sa famille, et que certains offiers de l'armée commencent gronder sérieusement. Il va falloir qu'un COMMANDANT MASSOUD MAURITANIEN surgisse pour chasser maintenant AZIZ du pouvoir par une détermination insoupçonnée! C'est le moment idéal de faire de ce putschiste égaré un BEN ALI ou un HOSNI MOUBARAK, les moyens logistiques de répression et de terreur en moins!