12-08-2017 20:16 - Libre Expression | Du déséquilibre territorial à l’inégalité sociale

Libre Expression | Du déséquilibre territorial à l’inégalité sociale

Daouda Amadou - La véritable inégalité qui mine la République Islamique de Mauritanie demeure l’inégalité territoriale.

Comment pouvons-nous mettre chaque Mauritanien sur un pied d’égalité si, selon son lieu d’habitation, il n’a pas accès aux mêmes droits, aux mêmes opportunités et aux mêmes services ? Les territoires ruraux sont les premiers territoires abandonnés, oubliés de la République. Le seul moment où leur existence est prise en compte reste la période électorale.

Les sources du problème sont multiples : l’analphabétisme, des connaissances très limitées des enjeux territoriaux et par ailleurs l’absence même dans notre Constitution d’un rôle prépondérant des collectivités. L’article 98 de la Constitution de 2006 ne consacre ni de pouvoirs, ni de moyens pour les collectivités territoriales.

Leur existence n’est que symbolique. Les collectivités qui souffrent le plus de ce déséquilibre territorial sont les collectivités de la zone sud du pays. Ces collectivités, au lendemain des indépendances, ont vu naître de grands intellectuels mauritaniens au sein de lycées comme ceux de Kaédi, M’Bagne, Boghé, Rosso pour ne citer que ces derniers. L’éducation étant la base du développement, ces lycées n’arrivent même pas, de nos jours, à obtenir 3% d’admis aux différents examens nationaux.

J’ai pu avoir quelques informations relatives au système éducatif au niveau d’Atar, Néma, Kiffa. Il a notamment été remarqué que l’Etat envoie de plus en plus les quelques enseignants qui sortent des écoles nationales dans ces localités. Par conséquent, il est possible de voir un établissement ayant cinq enseignants pour un nombre d’élèves qui ne dépasse pas la centaine et avec tous les moyens nécessaires pour une bonne formation. En ce qui concerne le Sud et dans ma seule localité (tu ne dis pas laquelle ?), le nombre d’élèves est supérieur à cent ; en revanche, le nombre d’enseignants au sein de cet établissement, se limite à deux pour quatre niveaux de classe.

Le système éducatif oblige le bilingue dans cet établissement, pourtant, les deux enseignants sont unilingues. Dans cet établissement même les craies font défaut, sans vous parlez des autres problèmes logistiques, matériels et humains. Dans la seule année 2016-2017, près de quarante enseignants ont pris leur retraite dans la région, aucun remplacement étant effectué. Mon objectif n’est pas, dans ces quelques lignes, de porter un jugement sur la personne des enseignants mais plutôt d’essayer de faire la part des choses : l'Etat est là pour tous les Mauritaniens, pas seulement pour une partie du peuple.

Je fais le point sur cette désertification du Sud au profit du Nord. Nos hommes politiques savent que ce problème existe, mais comme ils savent que la population du Sud est particulièrement pauvre, ils l’éblouissent avec de l’argent. Le changement ou le développement de la Mauritanie dépend principalement du rôle que doivent jouer nos collectivités territoriales.

Cela passe notamment par la formation des acteurs locaux sur des projets territoriaux mais également par la prise de conscience des élus des enjeux de nos territoires. Le droit ne se donne, il s’arrache. Tant que nos élus locaux ne font pas barrage à cette politique de désertification étatique, non seulement nous demeurerons pauvres mais encore ruinés intellectuellement.

Daouda Niang,
Manager Territorial
Université de Limoges
nzrou80@gmail.com





"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Daouda Amadou
Commentaires : 6
Lus : 987

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • a.bennan (H) 13/08/2017 11:05 X

    Ceci est peut être proche de la réalité.Mais vs trenez un gros boulet:Vs vs marginalisée en refusant de vs intégrer a votre écrasante majorité.Vs refusez la langue et la culture de votre pays.Et vs êtes musulmans.Complexe a quoi?rien .Retroussez vos

  • bleil (H) 12/08/2017 22:55 X

    Je n’aime pas écouter les détails lugubres de notre histoire récente ! Mais figurez-vous je pense sincèrement que le pays (trait d’union trait d'union entre Maghreb et Afrique subsaharienne) a été laminée par ses extrémistes et les régimes militaires qui ont saccagé la Mauritanie et ses paisibles populations... régionalisme, tribalisme, racisme, massacre de populations civiles, paupérisation généralisée, saccage des systèmes éducatif et sanitaire en particulier, mauvaise gouvernance par les idiots du village et flagorneurs des militaires qui ne peuvent se dédouaner de leur charge en tant que usurpateurs du pouvoir politique ...

  • lass77 (H) 12/08/2017 22:11 X

    Le déséquilibre est partout en Mauritanie et touche directement les régions du sud, les populations du sud même si elles habitent au nord. Plutôt il existe plusieurs déséquilibres, démographique, politique, social,économique etc...un seul exemple la répartition par circonscription électorale et la représentativité aux parlements. Je prends l'exemple courant : comment ce fait il que Diaguily un grand village de près de 30000 hab n'a pas de maire à plus forte raison un député ni sénateur alors une ville créée de toute pièce qui est chami moins de 500 hab a un député et sénateur. Autre aspect il est claire que tous les présidents ne se sont pas : considérés comme président de:tous les mauritaniens. Je ne pense pas qu'à Aziz se considère président de tous les mauritaniens c'est un fait.

  • duroowo (H) 12/08/2017 21:07 X

    mon compatriote sa c'est le cri du coeur de tout les gens qui veut l'egalite et la realite mais vos elus locaux probalement noirs de service n'osent pas le dire ils ne revendiquerons jamais la bonheur de tous seulement eux et leur famille. Moi je pense les negres de services et ses elus locaux du gouvernment doivent etre traiter comme les enemis de la nation negre en mauritanie.

  • foutatoro (H) 12/08/2017 20:50 X

    Excusez - moi monsieur Niang, vous n'avez rien compris. Le problème du pays est racial. Noir = 0. Tu n'as pas la bonne couleur de... PEAU. Remplacez dans le texte les autochtones du sud par les gens du Nord, alors vous verrez comme par enchantement la portée de votre texte aura changé. Miracle !

  • bleil (H) 12/08/2017 20:39 X

    l'Etat Mauritanien est là pour tous ... pas seulement pour une partie du peuple (les militaires au pouvoir, les tribus du nord et les mafieux) ceci est loin d’être juste ! le courage des idées nous incite à plus de clairvoyance pour orienter ce pays vers la bonne gouvernance susceptible de remettre les pendules à l'heure ! beaucoup d'injustices ont été commises au nom de l'Etat pour servir d'ignobles desseins et au détriment du bon sens et de la justice ... le pays est pratiquement à refaire compte tenu du saccage effectué par la médiocrité au pouvoir !