29-09-2017 14:30 - Réforme du système éducatif: le gouvernement fait marche arrière

Réforme du système éducatif: le gouvernement fait marche arrière

Le Calame - Faute de salles de classes et d’enseignants, le gouvernement aurait renoncé à l’application au cours de l’année scolaire 2017/2018 d’une réforme du système éducatif instaurant une uniformisation des programmes de l’enseignement primaire.

Concrètement, il s’agissait de retirer les autorisations aux écoles privées de dispenser les trois premières années du fondamental. Celles-ci devaient revenir à l’enseignement public.

En mai dernier, dans l’euphorie de cette mesure populiste, les responsables du département n’avaient pas pris en compte les avis fort légitimes exprimés par bon nombre de chefs d’établissements, au cours d'une réunion.

Interrogés par le ministre de l’Education nationale sur leur capacité à accompagner les nouvelles mesures, les directeurs régionaux avaient fait état de « l’existence de problèmes logistiques et techniques qui doivent être résolus avant la mise en pratique de la nouvelle mesure».
Ils avaient soulevé des préalables notamment l’ouverture de nouvelles écoles et la mobilisation d’un plus grand nombre d’enseignants, afin de pouvoir accueillir les dizaines de milliers d’élèves que doit libérer l’enseignement privé.

Sans prendre en compte ces avis, le ministre s’était contenté de dénoncer « la grande anarchie qui caractérise l’enseignement fondamental », rappelant que l’obligation faite aux écoles de dispenser l’enseignement en arabe n’est pas respectée » ; celles-ci le dispensent, selon lui, dans d’autres langues différentes. Une étude réalisée par le département de l’Education nationale, révélée par le site Alakhbar, a démontré que l’application de la nouvelle réforme nécessitera la construction de 5.000 nouvelles salles de classe et le recrutement de 5.000 instituteurs.

La rentrée scolaire programmée au 2 octobre prochain n’est pas sans poser de problème. La plupart des établissements de Nouakchott et de l’intérieur sont inondés ou endommagés suite aux dernières pluies. D’autres établissements sont ceinturés par des montagnes de détritus.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 1988

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • MAMOUDOU1976 (H) 01/10/2017 23:05 X

    SALAM ALEYKOUM.Aujourd'hui tout le monde veut retrouver les écoles privées?Car celle-ci n'a pas échoué du tout comme l'école public à la merci du laisser-aller?Pas de suivi,pas de sanction.Les enseignants liberaux ne respectent pas le temps du travail puisqu'ils n'ont pas peur de subir une suspension.On dit toujours manque,alors que beaucoup d'enseignants sont en service dans d'autres boulots comme vendeurs de portables dans le marché? Certains sont promis conseillers pédagogiques Et n'ont jamais conseillé que leurs affaires à part.S'il vous plait,les écoles privées soulagent la honte des écoles publiques.Laissons les travailler.

  • Agriss (H) 29/09/2017 18:26 X

    Ces lycées d'excellence où il n'y a que 18 élèves pour tout en un collège et lycée confondus tandisqu'il y a des classes de 120 élèves. Pourquoi ce privilège pour certains

  • cccom (H) 29/09/2017 16:46 X

    Pourtant le systéme éducatif le plus performant, le moins cher a été découvert et appliqué indéniable en Mauritanie depuis 1995 à Maaden El ervane. Dans notre option nous n'avons pour le moment pas besoin d'une seule classe à construire ou instituteur à former, mais des enseignants à libérer. SVP, Cessons de piétiner et réculer. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • donogaladiegui (H) 29/09/2017 15:07 X

    C'est ce qu'on appelle pédaler dans la choûcroute , si depuis cinquante ans de réformes et d'échec nous n'avons toujours trouver la solution, je conseille tout simplement de supprimer l'enseignement dans notre pays .

  • jakuza (H) 29/09/2017 14:45 X

    L'Education Nationale est trop importante pour souffrir de décisions intempestives et irréfléchies, comme cette filière "Excellence" dont les conséquences seront désastreuses à long terme! Ce qu'il faut pour un sujet aussi important que l'Education de tous les enfants de ce pays, sans distinction de race, d'ethnie ou de rang social, ce qu'il faut c'est prendre le temps de consulter large et d'organiser des débats ouverts en vue de décisions consensuelles! N'expédions pas le sort de nos enfants entre deux verres de thé....