21-10-2017 23:15 - Boghé : Vente de poissons pourris communément appelé "Liddi Aziz"

Boghé : Vente de poissons pourris communément appelé

Terroir Journal - Le week-end dernier, les marchandes qui revendent illégalement le poisson "Aziz" à des montants inimaginables, en plus, ont constaté que la grosse quantité de l’or bleu écoulée sur le marché local était pourrie.

En effet, le transformateur de la chambre froide où sont conservés les poissons vendus par la Société Nationale de Distribution de Poisson (SNDP) aux pauvres citoyens qui ne savent plus à quel saint se vouer est tombé en panne.

La chambre froide tombée en panne au bout de 48 heures, le gérant le sachant très bien a refusé d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Sa hiérarchie informée, selon lui toujours, n’a pas daignée agir dans les délais pour réparer la panne et éviter le pire.

Plus de 48 heures, ces aliments précieux et très prisés par les populations ont fini par être dégagés de la chambre froide, non pas pour être jetés à la décharge finale des ordures située à Abbaye (à 13 kilomètres) ou reversés sur les superficies des terres agricoles pour la fertilisation des sols mais revendues aux consommateurs. Un grand nombre parmi ces consommateurs n’a eu qu’à constater les dégâts, bien après avoir réglé la facture salée.

Il n’est pas exclu que ce soit une stratégie déroulée pour encaisser de l’argent des pauvres tout en sachant qu’un procès-verbal en bonne et due forme a été dressé pour constater la pourriture de cette grosse quantité qui fournit des protéines animales. En plus du grand trafic qui entoure la commercialisation de ce poisson où des voitures stationnent loin de la chambre froide à des heures tardives, entre à 1H, 2H et 3H du matin pour transporter l’or bleu.

Sans compter, les livraisons à domicile au profit des bras longs. Vous êtes des imbéciles, des bons à rien, des vas nus pieds, des misérables et tout ce qu’on vous livre, vous le prenez semblent dire les responsables de cette société. Dans quel pays, sommes-nous ?

Une question que l’on ne cessera jamais de poser.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1585

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • jakuza (H) 22/10/2017 18:32 X

    abouth (H), je trouve votre propos indécent! Il s'agit là d'un fait qui, sil est avéré, mérite un châtiment exemplaire. Si vous soutenez Aziz vous devez critiquer quand il le faut!

  • abouth (H) 22/10/2017 10:13 X

    SVP, sachez raison garder! C'est le président Aziz qui a imposé aux Européens un prélèvement de 3% de leurs captures, au profit des populations déshéritées de notre pays. Ayez au moins le courage de reconnaître cet exploit moral, politique et économique. Il aurait pu, comme cela se faisait auparavant, empocher des milliards d'ouguiyas, sous forme de corruption; 0,5% des captures y auraient suffi! Qu'il y' ait une panne électrique, cela arrive dans tous les pays du monde, y compris les plus développés; qu'une seule livraison de poisson en souffre, c'est quasiment inévitable. Que des citoyens portent plainte devant la justice contre des agents véreux, c'est courant, y compris dans les pays les mieux gérés du monde, et encore une fois quasiment de la routine. Ce qui est choquant c'est de profiter d'un épisode de panne électrique et de la vente supposée d'une quantité de poisson avariée par des agents locaux indélicats, pour s'attaquer, tête baissée, à un pouvoir qui procure du poisson, à 50UM/kg, sur toute l'étendue du territoire mauritanien, dans des conditions climatiques extrêmes, après l'avoir négocié âprement avec les nations les plus puissantes du monde. Les solutions de facilité, y compris sur le plan politique ou intellectuel, ne mènent nulle part... La logique de protestation véhémente et de dénigrement gratuit est à des années lumières de l'éthique de responsabilité et d'empathie. Être un journal de "terroir" ne constitue nullement une excuse pour la médiocrité et les raccourcis...