10-11-2017 23:15 - Mauritanie -Sénégal : quand le « Magal de Touba » raffermit les liens

Mauritanie -Sénégal : quand le « Magal de Touba » raffermit les liens

Les Mauritanies - Le grand « Magal de Touba » constitue l’une des plus grandes communions entre le peuple sénégalais et mauritanien. C’est l’un des rares moments où les deux peuples sont aussi proches, avec la solidification des relations culturelles et religieuses entre les deux pays.

D’ailleurs, la Mauritanie est toujours l’invité d’honneur de cet évènement qui draine, plus de 2,5 millions de personnes. Un marché qui profite à la Mauritanie, puisque le secteur du transport y trouve son compte, avec des milliers de personnes qui empruntent l’axe Mauritanie -Touba.

Mais également, le « Magal » fait les affaires des éleveurs puisque ce sont des milliers de têtes de bétails (chameaux, caprins, bovins etc.) qui quittent la Mauritanie pour approvisionner le marché de Touba. Ce qui booste le volume des échanges commerciaux entre les deux pays.

Au-delà, de l’aspect économique et culturel, ce sont des milliers de mauritaniens et sénégalais qui se retrouvent à travers un seul objectif, célébré la dimension du fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, devenu par la force des choses, un vecteur d’intégration par excellence.

En effet, le saint homme est originaire de la tribu des « Allu Modi Nalla », mauritanien. L’érudit est descendant chérifien, et un symbole d’une parfaite intégration entre la Mauritanie et le Sénégal.

Communément appelé Serigne Touba, il a séjourné en Mauritanie pendant 7 ans, dans les localités de Sar Sara, et de Saout El Mah. C’est à travers son séjour qu’il a valorisé l’homme noir, qui a toujours été sous-estimé dans sa dimension intellectuelle.

Le « Cheikh » à travers son séjour au « pays des mille poètes » a impressionné les « Beïdanes», qui ne pouvaient pas imaginer qu’un homme noir puisse détenir autant de connaissances mystiques et religieuses.

C’est ainsi que, Cheikh Sidiya Baba, l’érudit mauritanien a magnifié le saint homme en ces termes : « Cheikh Ahmadou Bamba est un bienfait dédié à toutes les créatures de la part de leur seigneur ».

Ainsi, Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh, plus connu sous le nom de Ahmadou Bamba, symbolise l’exemple d’une parfaite intégration africaine. Au cours de ses séjours au Gabon et en Mauritanie, le soufi a eu l’occasion d’enseigner des connaissances religieuses et à propager des valeurs islamiques à certaines communautés.

Sur cette base, la jeune génération africaine pourra méditer sur son immense legg socio-culturel et économique pour construire une Afrique de demain.

Ibrahima Junior Dia



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 860

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • samba el bakar (H) 11/11/2017 13:54 X

    Dans les faits si les populations étaient laissées à elles-mêmes,le fleuve Sénégal a été toujours un vecteur d' unité entre la Mauritanie et le Sénégal.Ceci parce que ce qui fait la quintessence du tissu religieux entre les riverains n'a jamais connu de frontière.Tout est fluide sans discontinuité.Il a fallu que des chauvins des deux bords unis par leur haine du haalpular sèment la zizanie.Sur ce point,Maouwya et Ablaye Wade ont mené le même combat dont les séquelles continuent à empoisonner les relations Mauritano-Sénégalaises.Mais la realpolitik répondant aux aspirations des populations balayera dans un avenir proche toutes ses velléités agressives.

  • medabdul (H) 11/11/2017 12:45 X

    oui,oui,bien un très bon vecteur d'integration;cheikh amadou bah de son vrai nom qui a été transforme, transfigure, il est originaire de gollere boussobe,sa mère s'appelle diaryata bousso,alpulaar,la quintessence des torobbe,le mbakke signifie mbakothe;portez vos sacs et partons.....ah l'histoire quand tu es déformée.