23-11-2017 11:35 - Le ministre de l’éducation nationale répond à une interpellation d’un député

Le ministre de l’éducation nationale répond à une interpellation d’un député

AMI - L’Assemblée nationale a consacré sa séance plénière du mercredi tenue sous la présidence du député Mohamed Ould Boilil, son président, à la réponse du ministre de l’éducation nationale, M. Isselmou Ould Sid El Moktar Ould Lehbib à une interpellation adressée par le député de Guerou, M. Mohamed Yeslem Ould Abdoullah portant sur la réalité de l’enseignement fondamental dans les localités de Boulahrath 1 et Boulahrath 2.

Dans son interpellation, le député a indiqué que le ministère a arrêté les cours dans les écoles fondamentales de ces deux localités pour obliger les élèves à étudier dans l’école du regroupement villageois loin de 4 kilomètres de ces villages, notant que les enfants n’ont pu poursuivre leurs études dans les écoles de ce regroupement faute, pour l'Etat, de leur offrir des moyens de transport.

Il a relevé que cette situation a fait de la marche vers l’école de ce regroupement en aller et retour une épreuve impossible à refaire pour des enfants dont la plupart sont âgés de moins de 10 ans, surtout les filles qui ne peuvent traverser les hauteurs et les oueds dans une zone complètement inhabitée.

Aux difficultés dont souffrent les enfants des deux villages pour parvenir aux écoles du regroupement s’ajoutent les conditions climatiques particulièrement rudes avec une température qui monte à 50 degrés pendant l’été qui empêche les enfants parfois d’aller à l’école voisine située à quelques mètres à fortiori de fréquenter des écoles situées à quelques kilomètres.

Le député a relevé que les enseignants, et après moult concertations avec les parents d’élèves, ont décidé d’arrêter les cours pour les raisons ci-haut citées, ce qui a pour effet de priver les enfants d’un droit essentiel au demeurant objet de consensus, celui de l'instruction.

Le député a demandé au ministre de l’éducation nationale de faire la lumière sur les tenants et aboutissants de cette décision qu’il a qualifiée de curieuse et qui n’a pas respecté les droits des enfants à l’enseignement et qui n’a pas impliqué les parents d’élèves à l’action pédagogique.

En réponse à la question soulevée, le ministre de l'éducation nationale a souligné la construction par le département d’une école complète, dans un endroit situé dans les environs de Boulahrath, destiné à devenir une localité, dans le cadre de la politique de réforme foncière, indiquant que le ministère a décidé de regrouper les élèves des villages voisins dans cet établissement, sur la base de l’intérêt général et loin de toutes autres pressions.

« Il est de l’intérêt des écoliers de ces villages de poursuivre leurs études dans les établissements complets, satisfaisant aux conditions requises et conformes à la carte scolaire, au lieu de les répartir sur trois écoles incomplètes », a-t-il dit, appelant à tenir compte dans ces situations, de l’intérêt général et de s’éloigner des perceptions étroites.

« 255 élèves suivent actuellement des cours dans cette école et sont encadrés par 3 enseignants », a-t-il souligné, indiquant que cet établissement se trouve à moins de 2,5km des villages voisins ; autrement dit situé dans un endroit accessible aux enfants », a-t-il poursuivi, affirmant que personne ne peut être plus soucieux que le département, de l’intérêt des élèves et de la réussite du système pédagogique.

« Les pratiques arbitraires qui ont caractérisé la carte scolaire au cours des décennies passées, ont favorisé l’habitat anarchique, lequel, a rendu complexe la répartition et la durabilité des services pédagogiques», a-t-il dit, rappelant que les réformes entreprises actuellement, partent d’une vision politique et économiques globale, visant à opérer une mutation radicale du pays vers le mieux.

« L’objectif de la politique de regroupement est d’accéder à une école complète, bénéficiant d’un suivi pédagogique, disposant d’un personnel enseignant et permettant de créer un esprit de compétitivité entre les élèves »,
a-t-il indiqué, appelant les députés à contribuer à la sensibilisation des citoyens sur l'importance de la politique de regroupement et de ses nombreux atouts.

Les députés ont souligné dans leurs interventions, l’importance vitale du secteur de l’éducation, dans la construction de la société et la création d’une génération capable d'assumer les responsabilités, appelant au travail laborieux, pour hisser les performances du secteur.

Les députés, qui ont salué les importants acquis réalisés dans le domaine de l’enseignement, ont souligné l’existence de grandes insuffisances, insistant sur le caractère efficace et stratégique des réformes entreprises dans ce domaine.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1738

Commentaires (1)

  • cccom (H) 23/11/2017 12:05 X

    Politique catastrophique et interventionnisme tribal musclé : Hélas,28 écoles primaires dans 28 Oasis non regroupages d’Aoujeft (étant séparées d’une moyenne de 20km)ont été fermées (soit plus des la moitié des écoles primaires existantes à Aoujeft par cette curieuse politique . Aujourd’hui même j’ai lu sur face book : من المعن الإخ و الولد البار المنتقى ولد سيدينا كتب في صفحته: السلام عليكم مدرسة. صلاح الدارين متعطل أبناء مدينة الرحمة مازلت مدرستهم فى العطل الصيفية لم يأتيهم معلم وعددهم ثلاثون طفل والمدرسة المجاورة لهم وعدد طلابها سبع حصلت على معلم يوم الأفتتاح أنا أضيف: أن الإعدادية ناقصة بثلاثة أساتذة و كذالكك الإبتدائية بالمعدن ناقصة و أن الوزارة أرسلت إلى معدن العرفان يوم أمس 22 نوفمبر بعثة من انواكشوط محاولة التخلص من مدرسة صلاحة الدارين (مدينة الرحمة المظلومة علنا) لتضيفها لال 28 مدرسة ابتدائية التي غلقت ظلما (لأن الواحات ليسوا من تقري العشوائي)في مقاطعة أوجفت السنة الماضية.. إني أطلب من ال 200 إطار الذي استفاد من تعليم ثانوية عقول الواحات الحرة و المجانية و باقي أطر المعدن الأوفياء أخذ قرار بدفع شهريا 2000 أوقية لإعادة فتح مدارس المعدن ككللهم على نهج عقول الواحات الحرة و المجانية و المكثف. أطلب من من هو قادر على دفع شهرين أو 10 أشهر فاليفعل لرابطة آباء التلاميذ يوم المولود المقبل 30 نوفمبر2017 que le Ministére a envoyé une mission à Maaden pour fermer l’Ecole de Medinatt Rahma ayant 40 éléves et conserver l’école voisine (disposant d’un interventionnisme tribal musclé) ayant 7 éléves. Ma réaction a été de demander au 200 cadres anciens éléves du lycée Cerveaux des Oasis gratuit et intensif de verser mensuellement 2000 Ouguiyas pour recruter les enseignants des 2 écoles primaires sans enseignant et du Collége qui manque de 3 professeurs . cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr