01-12-2017 23:30 - Expansion de l’islam et du Tijaniyya : El hadji Omar Tall, tête de pont au Sénégal

Expansion de l’islam et du Tijaniyya : El hadji Omar Tall, tête de pont au Sénégal

Ferloo - «Abou dini wa Taqwa». C’est en ces termes que Serigne Babacar Sy dans un de ses hommages, a rendu El Hadji Omar Tall (1764 et 1864). C’est pour attribuer à cette figure emblématique son rôle central dans la consolidation de l’Islam au Sénégal.

Pour le successeur d’El Hadj Malick Sy, si on devrait attribuer le qualificatif de «Père de la religion» islamique au Sénégal, ce serait sans doute El hadji Omar Tall. Au Sénégal, la Tijaniyya s’est en effet propagé grâce à l’action et les connections réussies par El Hadj Omar Foutiyou Tall (1797-1864).

Lors du pèlerinage qu’il a effectué à La Mecque en 1827, le vénéré guide toucouleur avait fait la connaissance de Cheikh Muhammed El Ghali, un des disciples directs du fondateur de la Tijaniyya qui, impressionné par les qualités intellectuelles, morales et spirituelles du Sénégalais, l’initia à la doctrine tijane, avec pour mission, de diffuser celle-ci en Afrique au Sud du Sahara.

Les grandes figures de la Tijania ont toutes reçu leur initiation du grand père de Thierno Seydou Nourou Tall, une des figures marquantes de l’Islam au Sénégal. EL Hadji Malick Sy jouera un rôle de premier plan, l’action de El hadji Omar s’est prolongea grâce à l’action d’El Hadji Abdoulaye Niasse, Amary Ndack Seck de Thiénaba, Cheikh Saïd Ba de Médouna Gounass, Cheikh Abdou Cissé de Diamal Cheikh Ahmed Déme, Serigne Mayoro Sall entre autres érudits.

El Hadji Omar Tall vu le jour entre 1794 et 1797 à Halwar prés de Podor. Son père, Thierno Saïdou Tall et sa mère Adama Aïssé Thiam ont donné naissance à huit enfants dont Omar qui était le dernier. Et c’est pour cette raison qu’il fut surnommé « Kodda Adama Aysé», le dernier né d’Adama Aysé.

Après ses humanités coraniques, c’est à Oulata que le jeune Omar s’est rendu pour poursuivre ses études théologiques auprès de savants maures du Tagant puis à Pire où raconte-t-on, son pére étudia. Il rejoignit ensuite Cheikh Abdou Karim Diallo, au Fouta Djallo, et c’est là qu’il reçut son initiation à la voie Tijania.

Ce même Abou Karim fut initié par Maouloul Fall de Chinguitti, lequel fut initié par Mouhamed El Hafiz, désigné par Cheikh Ahmad Al Tijane, khalif pour la Mauritanie. Cette chaîne d’initiation est confirmée par El Hadji Omar dans son célèbre ouvrage «Rimah».

Comme le note Samba Dieng lors du colloque dédié à El Hadji Malick Sy, El Hadji Omar a mentionné dans Rimah le texte de l’autorisation spéciale que lui donna le Cheikh Mouhamed Al Ghali, qu’il a rencontré à La Mecque.

« Je me soumis entièrement à lui, je restai trois ans à son service confirmant ainsi mon initiation. Il m’apprit le Zikr nécessaire, m’installa dans la chaînes des adeptes de la Tarikha et ne cessa de m’initier à des Zikr, et de m’aider spirituellement. J’acquis des lumières grâce à lui en toute conformité aux lois formelles et substantielles», lit-on également dans l’ouvrage sur les confréries au Sénégal du professeur Khadim Mbacké.

Si les différentes sources que nous avons visitées ne semblent pas s’accorder sur la date de son pèlerinage à La Mecque (1820, 1826 ou 1827 ?), c’est cependant la date de 1827 qui revient le plus. Ce pèlerinage restera ainsi un événement capital dans la vie d’Al Foutiyou puisqu’il est désigné khalif Tidjani par le Cheikh Mouhammad Al Ghali lui-même Khalif pour les pays d’Orient, résidant aux Lieux Saint de l’Islam.

En revenant de La Mecque, El Hadji Omar passe par le Bornou jusqu’au moment où un conflit l’opposa au sultan qui faillit entraîner son assassinat. Cela l’obligera à se réfugier au Nigeria auprès d’Ahmed Bello, fils d’Ousmane Dan Fodio. Il épousa sa fille et quitte le Nigeria.

En 1838, El Hadji Omar songe à se rapprocher de son pays, et entreprend un long voyage qui le mène au Fouta Djallo, et sur le chemin de retour, il est reçu par Sekou Ahmadou émir du Macina. Il séjourne huit mois à Hamdallahi où naquit son fils Habibou. Il se rendit ensuite tour à tour à Ségou, fonde une zawia et se fait de nombreux adeptes.

Il quitta en 1842 pour retourner dans son Fouta natal Halwar. Mais il devra retourne à l’Est en traversant le Fouta et poursuivra ses activités du Jihad. Il séjourne dans de nombreuses localités dont Dinguiraye. Lors de son second voyage au Fouta Toro, El Hadji Omar oblige les familles toucouleurs à le suivre, pour venir peupler le Kaarta.

Outre ces activités guerrières, on retiendra qu’El Hadji Omar reste le principal propagateur de l’Islam et de la voie Tidjiane en Afrique noire et particulièrement au Sénégal. Le guide toucouleur va ainsi confirmer le Wird Tijani à Alpha Mayoro Wellé autorisant à ce dernier d’implanter l’ordre Tijani au Sénégal.

Dans le préface à son ouvrage «Ifham al Munkir» (Réduction du négateur du Silence) El hadji Malick Sy, qui a hérité des attributs à l’âge de 18 ans, donne la liste de tous ses maitres en mystique et ses chaînes initiatiques jusqu’au Cheikh Ahmed Al Tijani. Cheikh Omar renouvela les termes de son affiliation à son hôte Alpha Mayoro, venu de Gaya, lors de son escale à Oréfondé (Matam).

En effet, les sources rapportent que Cheikhou Omar reçut le khalifa de Mohamed El Ghali sur injonction du Prophète. Cheikhou Omar dit à Alpha Mayoro de transmettre le wird à son neveu de la part sa part, et de s’écarter de toute intermédiation entre eux. Comme pour confirmer qu’El hadji Omar et El Hadji Malick Sy poursuivaient un même combat, certes dans des contextes différents, avec cependant la volonté de reproduire le modèle du Prophète (Psl).

Thierno Seydou Nourou Tall : L’emblématique khalife d’El hadji Omar

Le 25 janvier 1980, El hadji Seydou Nourou Tall, quitta le bas monde à Dakar après un siècle d’existence. Petit-fils d’El Hadji Omar Tall, cette figure de l’Islam et de la Tarikha Tidiane serait né en 1873 à Nioro du Sahel de Nourou Tall et de d’Aïssatou Kamissoko.

Témoin de la chute de l’empire d’Ahmadou Sheikhou en 1893, Seydou Nourou Tall avait connu les voies de l’exil qui l’avaient mené successivement à Kaye, Nioro, Boghé, puis à Saint Louis. Dans la vieille ville, il fit la connaissance d’El Hadji Malick Sy vers 1895, très réputé dans les milieux des lettrés d’alors.

S’ensuivirent, précisera Aly Codou Niang dans son mémoire de maitrise d’histoire soutenu en 1988, des relations entre les deux hommes. Relations scellées sur la base d’un échange réciproque de services, allant de la protection des adeptes de la religion à la propagande de la doctrine Tijane. Thierno Seydou Nourou Tall avait ainsi reçu son Idiaza (parchemin ou attestation) d’El hadji Malick Sy.
Ainsi, hormis l’aspect mystique, les branches Sy et Tall entretiennent des relations très étroites qui se prolongeront sous les Khalifats de Serigne Babacar Sy, Serigne Abdoul Aziz Sy et tous les khalifs de Maodo Malick Sy. Thierno Seydou entreprendra la réorganisation dans les familles Tall. Thierno Omar Tall, petit frère de Thierno Mountagha Tall est installé à Boghé (Mauritanie), Thierno Ady Amadou Mountaga à Nioro (Mali) ou Thierno Madani à Ségou au Mali.

Thierno Seydou Nourou qui était sans doute le plus connu des petits-fils d’El Hadji Omar élit domicile à Boghé au Fouta auprès d’Ahmadou Moctar Sakho avant de s’installer à Dakar. De son côté, Thierno Mountagha Daha (père de l’actuel Khalif Serigne Bachir Tall) avait institué une branche de la famille Tall à Louga.

El hadji Seydou Nourou Tall deviendra le principal représentant de la famille d’El Hadji Omar Tall au Sénégal. Celui qui veillera à la sauvegarde de l’héritage omarien qui est la Tijania.

L’une des grandes réussites aura certainement été la constitution d’une branche d’obédience omarienne. Les contrées les plus éloignées furent attestées. Hassimou Tall en Arabie Saoudite, Bachir Tall au Soudan, Ahmadou Cheikhou à Sokoto sans compter d’autres figures exilées.

Ses voyages effectués dans les territoires de l’ex Afrique occidentale française ( Aof) ont sans doute contribué à la notoriété et l’admiration. L’administration coloniale comme les autorités étatiques du Sénégal ont fait de lui un des interlocuteurs privilégiés auprès des populations. Depuis 1980, Thierni Seydou Nourou repose dans le mausolée à l’avenue Malick Sy à Dakar.

Tijaniyya : A la source de la voie soufie

La Tijaniyya trouve son origine vers 1781 lorsque Cheikh Ahmed At-Tijani, à 46 ans, lors d’une retraite spirituelle à Boussemghoun (Algérie), a eu une vision. En l’état de veille, le Prophète Mohamad lui ordonne d’abandonner toutes ses affiliations précédentes. Son ordre prend rapidement une expansion importante sur la région, ce qui provoque l’inquiétude des autorités du royaume d‘Alger.

Il prépara donc son exil vers le Royaume de Maroc suite aux inquiétudes du Dey d’Alger. Le 22 juillet 1799 (18 Safar 1214 de l’Hégire), Ahmed reçoit le statut de Pôle caché. Mais c’est du Maroc, à Fez précisément, où il s’installa définitivement et quitta le bas monde en 1818. Sa doctrine de base sera consignée dans un ouvrage intitulé «Jawâhir al-maani» ou «Les Perles des Sens».

La Tijaniyya est la confrérie musulmane la plus répandue au monde. Aïn Madi, en Algérie, sera point de départ de la Tijaniyya. C’est à partir de ce lieu d’implantation que la Tarikha s’est diffusée dans un premier temps dans le désert algérien avant de se répandre au Maroc, en Tunisie, en Arabie Saoudite, en Mauritanie, dans la région Sénégambie, mais aussi au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée, jusqu’au Soudan, Nigéria, au Ghana, en Indonésie et au Pakistan.

On la trouve également, en Égypte, en Syrie, en France, etc. Ses adeptes se comptent par millions surtout en Afrique subsaharienne. Cet ordre allait se déployer et atteindre surtout l’Afrique subsaharienne à travers la Mauritanie et le Sénégal pour jouer les grands rôles.

Après la période post omarienne (voir par ailleurs), d’autres figures devront émerger à la fin du 19e siècle. Au Sénégal, la cité religieuse de Tivaouane reste le foyer majeur de la Tijaniyya grâce au rôle joué par Maodo Malick Sy dans la propagation de la Tarikha à travers le pays. Elle a aussi rayonné par le biais d’El Hadji Abdoulaye Niasse de Kaolack et de l’empreinte de son fils, El Hadji Ibrahima Nasse qui réussira une diffusion de la voie Tidiane au Saloum, en Gambie et dans d’autre pays comme le Nigeria.

D’autres maîtres ont également été actifs dans le pays. D’autres érudits et maîtres confirmés seront également actifs, tels El Hadji Ahmadou Barro Ndieguene, Amadou Ndack Seck de Thiénaba, Amadou Saïdou Ba, fondateur de Madina Gounass, Mayoro Sall et son fils Serigne Abass Sall, de Louga, Rawane Ngom de Mpaal, Baba Ndiongue de Mpaal, El hadji Amadou Dème de Sokone, Abdou Cissé de Diamal pour ne citer que ces ceux-là.

Par SudOnline



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 928

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • abraham (H) 02/12/2017 17:05 X

    Non je ne suis pas DAESH et je ne cautionne pas le terrorisme. Mais je dit que l'islam c'est le coran et la sunna. Une idéologie religieuse basée sur le rêve d'une personne ne peut pas être très sérieuse. Je vous renvoie à tout ce folklore qui tourne autour de ces tarikas:le mouridisme avec ses adeptes qui ne prient pas et ne jeûnent pas,d'autres qui comparent leurs"saints" à ALLAH. D'autres qui disent qu'ils sont la ré-incarnation du Prophète. Les tarikas mènent directement au chirk et à l'ignorance la plus crasse. C'est le retour de la jahilia.

  • moukhabarat (F) 02/12/2017 16:09 X

    @abraham Tu ne serais pas parmi les militants de Daesh qui ont pulvérisé la mosquée soufie du Sinai...?

  • moukhabarat (F) 02/12/2017 13:51 X

    Il faudrait souligner à cette occasion que l'Islam a été la force libération des toucouleurs (séréro-wolofs pularisés) contre la domination politique et cultuelle peule. Les Thiam ont acquiq leur noblesse (au moins certains parmi eux) grâce à cette parenté avec l'illustre et très saint El Haj Omar.

  • abraham (H) 02/12/2017 10:45 X

    La tidjania, (***) orchestrée par les arabes et les torobés pour dominer de pauvres et sincères musulmans noirs. Tous ce qui prêchent une quelconque révélation ou inspiration après le décès du Prophète PSL ne sont que des imposteurs ou mus par de ambitions politiques.

  • medabdul (H) 02/12/2017 00:04 X

    Rectificatif; hadj Oumar n'a jamais séjourné en Mauritanie, donc ni au tagant,et il n'a jamais été a Pire, c'est son père qui a été a pire avec élimine Boubacar Kane de dimatt,Saidou Ousmane Tall son père ,oui, lui non.