21-12-2017 07:30 - Mauritanie | Communiqué de la presse : Il faut abandonner les poursuites contre cinq activistes

Mauritanie | Communiqué de la presse : Il faut abandonner les poursuites contre cinq activistes

Amnesty International - Les autorités mauritaniennes doivent abandonner les charges qui pèsent sur sept activistes et libérer sans condition les cinq actuellement en détention, a déclaré Amnesty International, à la veille de leur procès.

Cinq activistes dont Abass Diagana, le secrétaire général de ‘Touche pas à ma nationalité’ et Mohamed El Dahane coordonnateur de ‘Touche pas à ma constitution’ ont été arrêtés samedi par des policiers en civil à la suite d’une marche pacifique.

Elle était organisée à l’appel d’une coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile plus connue sous le nom de G8. Les activistes avaient été initialement arrêtés pour avoir brandi l’ancien drapeau national du pays au cours de la marche.

Cette infraction ne figurant pas dans les textes de loi du pays, le procureur a finalement retenu contre eux le motif d’utilisation de la violence sur des forces de sécurité.

Deux d’entre eux, dont un mineur ont été libérés et mis sous contrôle judiciaire mardi. Le procès des cinq personnes placées en détention s’ouvre ce jeudi 21 décembre devant un tribunal de flagrant délit dans la capitale Nouakchott.

« Une fois encore les autorités mauritaniennes ont recours à des accusations imaginées de toute pièce pour faire taire toute voix critique et accentuer la pression sur les activistes, » a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagnes sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« L’arrestation de ces manifestants étant sans fondement, les autorités doivent immédiatement abandonner les poursuites et les libérer sans condition ». Selon les informations recueillies par Amnesty International auprès de plusieurs témoins, la marche était pacifique.

A la fin, certains manifestants ont brandi l’ancien drapeau de la Mauritanie. Les cinq inculpés ont été déférés à la prison de Dar Naïm et seront jugés jeudi matin dans le cadre de la procédure de flagrant délit. Il s’agit de deux membres de l’association ‘Touche pas à ma Nationalité’, un membre de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) et de deux membres de ‘Touche pas à ma Constitution’.

« Ces poursuites pénales à l’encontre de personnes qui n’ont fait que manifester de manière pacifique constituent un nouveau coup dur porté aux libertés d’expression et de réunion en Mauritanie, où des activistes de la société civile et de l’opposition sont régulièrement harcelés,» a déclaré Kiné Fatim Diop.

Pour en savoir plus, veuillez contacter le Service de presse d’Amnesty International à Dakar, au Sénégal : +221 77 658 62 27 ou +221 33 869 82 31; courriel : sadibou.marong@amnesty.org

Twitter : @amnestyWaro.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 703

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • rasshmar (H) 21/12/2017 10:39 X

    En d'autres termes Mme Kiné Fatim Diop, chargée de campagnes sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International ordonne au autorités de renoncer à appliquer la loi dans cette affaire. C'est quand même fort et quel toupet ! On aurait compris qu'après le procès tenu et si les inculpés étaient condamnés, qu'elle demande que l'amnistie et la relaxe des intéressés.