21-12-2017 10:00 - Mauritanie: cinq militants de la société civile devant la justice

Mauritanie: cinq militants de la société civile devant la justice

RFI - En Mauritanie, cinq personnes seront jugées ce jeudi 21 décembre à Nouakchott pour « trouble à l'ordre public et rébellion contre l'autorité de l'Etat ».

Il s'agit de jeunes militants d'organisations de la société civile comme Touche pas à ma Constitution ou Touche pas à ma nationalité. Ils ont été arrêtés samedi lors d'une manifestation de l'opposition alors qu'ils brandissaient l'ancien drapeau mauritanien. La bannière nationale et l'hymne ont été changés en août dernier.

Après avoir passé quatre jours en garde à vue, les six militants arrêtés ont finalement été déférés devant le parquet mardi matin. Après examen du dossier, le procureur a demandé un complément d'enquête. Et ce n'est que l'après-midi que le parquet a finalement prononcé les chefs d'accusation retenus à l'encontre des six prévenus : trouble à l'ordre public et rébellion contre l'autorité de l'Etat.

Les militants auraient commis des violences à l'encontre des forces de l'ordre durant la manifestation.

Une requalification des faits purement politique selon Alassane Dia, président de Touche pas à ma nationalité. « Arborer l'ancien drapeau n'est pas un délit dans la loi mauritanienne, ils ont donc inventé des violences », a-t-il déclaré.

« Le fait de requalifier les choses montre que ce n’est pas les faits en eux-mêmes qu’on juge ; on juge simplement les gens pour leur appartenance à des mouvements de la société civile », estime-t-il.

L'audience des six militants doit avoir lieu ce jeudi. Une procédure express qui fait craindre à la société civile un jugement « pour l'exemple ». « On redoute des années de prison pour dissuader le reste de la société civile d'exprimer ce qu'elle pense », a ajouté Alassane Dia.

Joint par téléphone, le parquet n'a pas souhaité commenter. Une conférence de presse devrait être tenue sur cette affaire, mais aucune autre précision n'a été donnée.

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 0
Lus : 885

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)