21-12-2017 10:00 - Jérusalem: Trump met en garde les pays tentés par un vote à l'ONU

Jérusalem: Trump met en garde les pays tentés par un vote à l'ONU

Romandie News - Le président des Etats-Unis Donald Trump a lancé mercredi une sévère mise en garde aux pays tentés de voter jeudi à l'ONU une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël, menaçant de couper des financements américains.

"Nous prenons note de ces votes", a-t-il lancé à la Maison Blanche, dénonçant "tous ces pays qui prennent notre argent et ensuite votent contre nous au Conseil de sécurité".

Dans cette dernière enceinte, Washington avait mis lundi son veto à la condamnation de la décision de Donald Trump du 6 décembre qui a provoqué colère et manifestations dans le monde musulman. Ce qui n'avait pas empêché les Etats-Unis de subir un échec diplomatique retentissant avec l'approbation du texte par ses quatorze partenaires, dont ses alliés européens.

Un nouveau vote est prévu jeudi à partir de 15H00 GMT à l'Assemblée générale, qui compte 193 pays membres. Les résolutions n'y ont cependant pas de valeur contraignante et il n'y a pas de droit de veto.

Plusieurs ambassadeurs interrogés par l'AFP tablent sur un score oscillant entre 165 et 190 votes pour. "Si c'est 130, ce serait mauvais", précise l'un d'eux sous couvert d'anonymat.

Lundi, l'ambassadrice américaine Nikki Haley qui n'avait guère fait de lobbying auprès de ses partenaires pour qu'ils s'abstiennent avait montré un visage menaçant. Ce vote "est une insulte que nous n'oublierons pas", avait lancé le regard noir celle qui a rang de ministre dans l'administration américaine.

Mardi, elle a été encore plus loin à propos du vote attendu à l'Assemblée générale des Nations unies: tweet, email, lettre...

"Le président (Donald Trump) observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre nous", a écrit la diplomate par lettre ou email aux membres de l'ONU. Et "nous prendrons note de chacun des votes sur cette question".

Un tweet rageur de Nikky Haley était posté dans le même temps. "A l'ONU, on nous demande toujours d'en faire plus et de donner plus" et "nous ne nous attendons pas à ce que ceux que nous avons aidés nous ciblent". Jeudi, "les Etats-Unis noteront les noms".

- Sidération -


Ces saillies, reprises mercredi par Donald Trump, ont sidéré nombre de diplomates onusiens.

"Ce n'est pas comme ça que ça marche, on vote sur des principes", confie à l'AFP un ambassadeur asiatique sous couvert d'anonymat. "On ne peut pas voter A pendant des années et voter soudainement B", renchérit un homologue d'Amérique latine.

Avec ces pressions, "les Etats-Unis peuvent avoir une dizaine d'abstentions de pays qui pourraient aussi choisir de ne pas aller voter", estime un troisième ambassadeur, cette fois d'Europe.

Mercredi, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki, qui sera présent à l'ONU pour le vote, a vivement dénoncé les "menaces" et "intimidations" de Washington.

Son homologue turc, Mevlüt Cavusoglu, s'est aussi insurgé. "Le monde a changé. La logique du +Je suis fort, donc j'ai raison+ a changé. Désormais, le monde se soulève contre l'injustice. Désormais, aucune nation qui a de l'honneur, aucun Etat qui se respecte ne courbe l'échine face à ce genre de pressions", a déclaré le ministre turc dont le pays est allié des Etats-Unis à l'Otan.

La résolution à l'Assemblée générale, proposée par le Yémen et la Turquie, souligne que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée". Le texte rappelle toutes les résolutions adoptées par l'ONU ayant trait à la colonisation de territoires palestiniens et soulignant que Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

Avec deux votes successifs au Conseil de sécurité et à l'Assemblée générale, les Palestiniens tentent de peser dans un futur plan de paix même si le crédit des Etats-Unis comme médiateur est sérieusement écorné, indique un diplomate.

Israël a annexé la partie orientale de Jérusalem, dont elle a pris le contrôle pendant la guerre de 1967, puis voté une loi faisant de la Ville sainte sa capitale "indivisible". Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale et les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur Etat.

(©AFP / 20 décembre 2017 19h01)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 1286

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • lass77 (H) 21/12/2017 13:15 X

    Ce sont des menaces inacceptables qui sont une violation de la souverainté des Etats membres de l’ONU . C’est étonnant le silence des autres alliés des USA . Ceci ne peut etre accepté . La Turquie , la chine , la Russie, le Pakistan , l’Inde doivent reflechir à une autre organisation alternative à l’ONU . L’onu n’est pas immuable , elle peut etre dissoute voire les pays doivent avoir le droit de la quitter du moment qu’elle remplit plus son rôle. Ainsi on vient d’apprendre le haut commissaire aux droits de l’homme de l’onu démissionné de son poste. Aucun être digne ne peut rester à ce poste s’il voit sa crédibilité empiétée quotidiennement : les massacres en Syrie, à Gaza, au Yemen, en Birmanie etc... font froid au dos alors que les grandes puissances mettent des obstacles pour les dénoncer . C’est une honte. On verra qui votera et qui ne votera pas contre cette décision injuste qui viole le droit international et les resolutions onusiennes sur la question de jerusalem. 193 membres de l’onu doivent voter , les menaces de Trump n’engagent que lui.

  • moukhabarat (F) 21/12/2017 12:48 X

    Comme illustration de la main mise israélienne sur le système décisionnel américain, Trump vient de commuer la peine de prison de 27 ans infligée à un juif pour blanchiment d’argent et fraude fiscale en raison dit-il de la pression exercée sur lui par les leaders des partis politiques américains. suivre ce lien http://www.jpost.com/Diaspora/Trump-commutes-sentence-of-fraud-convicted-kosher-slaughterhouse-CEO-519627?utm_source=newsletter&utm_campaign=21-12-2017&utm_content=trump-commutes-sentence-of-fraud-convicted-kosher-slaughterhouse-ceo-519627

  • ELVALLI (H) 21/12/2017 12:42 X

    Le terme manquant à l’aide Américaine vient d’être divulgué à l’International par Trump c’est : chantage. Le monde a tourné jusqu’ici avec beaucoup d’hypocrisie autour de ce sujet, mais maintenant nous saurons dès aujourd’hui à l’Assemblée Générale de l’ONU quels sont les pays réellement indépendants et quels sont qui bien que pays islamiques veulent vendre Jérusalem et toute la Palestine … pour une poignée de dollars ! Comme disait l’autre cowboy. A votre avis que fera notre représentant ? Et celui d’Egypte ? Wait and see…

  • moukhabarat (F) 21/12/2017 10:40 X

    Il faudrait comprendre les présidents américains. Aucun ne peut gouverner sans l'appui de l'AIPAC (le lobby sioniste). Obama en a fait l'expérience: pour faire passer l'Obama Care il a du financer le Iron Dome ((système de défense anti missile israélien) et d'autres projets coûteux pour le contribuable américain. Trum avait besoin de ce geste nauséabond (transfert de son ambassade à El Kods) pour faire passer sa réforme fiscale. De ce point de vue l'Amérique est un territoire occupé par les sionistes au même titre que la Palestine.

  • Cheikh Aly 2007 (H) 21/12/2017 10:36 X

    Trump vous pouvez aller sur une autre planete ou rester isoler sur terre. Aucun pays n'a besoin de vos ressources. Si ressources, il y'a. La richesse c'est l'intellect et vous (Trump)en êtes dépourvu. Le parfait idiot et vous allez couler cette grande nation. Comme quoi détruire est plus facile que construire.