29-12-2017 20:45 - Tabital Pulaagu : Pari gagné pour la mobilisation des Peuls

Tabital Pulaagu : Pari gagné pour la mobilisation des Peuls

Le Calame - Tabital Pulaagu international a tenu, les 18, 19 et 20 Décembre 2017, sa rencontre annuelle à Nouakchott. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à part les problèmes d’organisation, le pari de la mobilisation des Peuls a été largement gagné. Sur ce point, les organisateurs, qui auraient pu mieux faire, peuvent se frotter les mains.

Devant l’impressionnante affluence, nombre d’hôtes n’ont pas manqué d’exprimer leur surprise. Les peuls mauritaniens ont afflué de tous les coins du pays, pour exprimer leur fierté d’être peul et d’appartenir à la Mauritanie, ce que certains extrémistes leur avaient contesté en 1989.

Quant à leurs hôtes, ils sont venus des vingt-quatre autres pays membres de Tabital Pulaagu et de la diaspora. Le Palais des congrès a refusé du monde, jusqu’à générer des bousculades avec les forces du BASEP contraintes d’endiguer le flot des congressistes cherchant à accéder à la salle, lors de la cérémonie d’ouverture.

C’est justement pour éviter pareils désagréments que certains auraient souhaité que la cérémonie se déroulât à l’extérieur. Louable n’en reste pas moins l’initiative de tenir la rencontre en Mauritanie : elle a permis, à la communauté peule mauritanienne, d’étaler sa culture, dans toute sa diversité et son dynamisme. Diversité et dynamisme des couleurs, des modes de vie, d’expression et d’accoutrements, etc.

Les invités ont revisité l’histoire de la migration et des mythes fondateurs peuls, au rythme trépidant des soirées artistiques et culturelles, animées par les artistes locaux. Bref, Nouakchott a constamment et puissamment vibré, les trois jours de la rencontre, et les invités de Tabital sont repartis très satisfaits de la Mauritanie.

Problèmes d’organisation

Pourtant, la cérémonie d’ouverture avait très tôt dévoilé, lundi matin, de sérieux problèmes d’organisation. Outre le retard de livraison des badges d’accès, pour les invités, étrangers ou non, il était impossible de rencontrer le moindre membre des commissions d’organisation, d’accueil et d’installation des invités.

Du coup, plusieurs officiels – étrangers, surtout – peinaient à trouver place au premier rang. Les quelques membres de la commission financière, rencontrés dans les couloirs, disaient tout ignorer de l’organisation. Les uns et les autres étaient occupés à obtenir des badges pour ses proches et amis. Ceux qui ont réussi à décrocher le sésame, le faisaient circuler pour faire entrer tous les leurs.

On ne savait plus à qui s’adresser, chacun rejetant la responsabilité sur autrui. Mais la détermination de réussir était visible sur tous les visages, particulièrement des femmes qui ont battu le record de participation, à tous les niveaux.

A l’arrivée, indescriptible pagaille devant la porte intérieure du Palais. Des députés n’ont reçu leur badges que vers 13 heures, alors que la cérémonie d’ouverture touchait presque à sa fin. Face à la pression, les agents de la sécurité présidentielle ont recouru aux muscles, pour contenir le flot humain.

Et tous de souligner la responsabilité de Diallo Daouda, président du comité de pilotage, dont les uns et les autres n’ont cessé de tirer le boubou, pour le désordre des badges et autres manquements. On lui a reproché d’avoir accaparé l’organisation, en ne la confiant qu’à ses proches.

Il faut cependant mettre, à sa décharge, l’inattendue ampleur de la mobilisation et la détermination de la communauté peule à réussir le pari de la mobilisation. La tâche ne fut donc pas aisée, pour l’ex- secrétaire général du ministère de l’Equipement et des transports, mais le volontarisme a prévalu, durant toute la manifestation.

Autre point noir : l’absence d’eau potable. « Nous avons passé toute la journée au Palais, sans boire ni manger », se sont plaints de nombreuses personnes accompagnées d’enfants, alors que des bœufs avaient été gracieusement offerts, par des éleveurs peuls.

Autre couac, l’absence de trop de ministres et hauts cadres peuls, à la cérémonie d’ouverture et aux autres activités. Seuls présents, les ministres de l’Elevage, de la Culture et de l’Artisanat.

C’est par leur absence que madame Coumba Bâ, de la Fonction publique, Diallo Mamadou Bathia, de la Défense, Moctar Malal, de la Justice, les députés et autres membres de l’UPR se sont faits remarquer. Pour quelles raisons ? Mystère.

Certains ont pensé qu’ils n’avaient pas été associés à l’organisation, mais quelques officiels, notamment Coumba Bâ, avaient accueilli, à l’aéroport, le président de Tabital et le roi. Coumba les a d’ailleurs reçu à dîner, chez elle, en compagnie de nombreux hauts cadres.

Beaucoup ont déploré le caractère trop pastoral donné à l’évènement. On a plus vu les bergers que les sédentaires. D’ailleurs, les cartons d’invitation avaient été dressés à partir de listes des différents groupements « cases » peuls. Certains ne s’y retrouvaient donc pas. Ce qui a amené certains à dénoncer une « récupération » ou « instrumentalisation » de l’évènement.

Chapeau à Radio-Nouakchott 99.5 FM et à Fuuta Média TV !

Toujours au chapitre des manquements, la communication dont la commission a brillé par son absence. Les journalistes ne savaient à qui s’adresser et ceux qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu ne le doivent qu’à leur volontarisme.

Mais, si la commission de communication fut défaillante, Radio-Nouakchott FM s’est, elle, particulièrement illustrée. Ses journalistes ont bien informé les citoyens, à travers des émissions en direct et des débats entre invités. Avec, en point d’orgue, une rencontre entre ses animateurs et plusieurs journalistes.

Une immanquable occasion d’épingler les tares de l’organisation, le choix de l’emblème, le caractère trop restrictif de l’événement, mais, aussi, de saluer une initiative qui aura permis aux peuls locaux de magnifier leur culture spécifique. Un des journalistes vedettes de RN, Hamat Diallo, a fortement critiqué l’accaparement de l’organisation, par le président du comité de pilotage. « Un évènement de cette dimension doit faire l’objet d’une concertation maximale, ainsi que d’un sens élevé de l’ouverture et du partage », a-t-il indiqué.

Mention bien, également, à Futa Média qui a puissamment mobilisé ses équipes. Ses journalistes ont bien quadrillé le terrain, en distribuant la parole à tous les invités et hôtes étrangers.

Radio-Mauritanie : zéro pointé !

La Radio nationale a brillé, quant à elle, par son absence. Elle a carrément choisi d’ignorer la manifestation, placée pourtant sous le haut patronage du président de la République. Elle n’a pipé mot, dans ses émissions en pulaar, sur la cérémonie d’ouverture.

Ses journalistes en langues nationales (pulaar, soninké et wolof) étant pourtant présents au Palais des congrès. Interrogé sur le silence de leur radio, l’un d’entre eux a lâché qu’il n’en savait rien, qu’il n’avait pas été sollicité pour la couverture et qu’il est venu, comme tous les autres, de sa propre initiative.

La veille de la cérémonie, le responsable des émissions en pulaar a choisi de rediffuser une émission de l’été dernier sur le SIDA. Au final, la manifestation n’aura bénéficié que d’une émission de 40 minutes avec le président du comité de pilotage, Diallo Daouda, deux semaines avant le rassemblement.

C’est quand même incompréhensible qu’une radio nationale choisisse d’ignorer un évènement national de cette envergure. Les organisateurs doivent poser des questions, au ministère de la Communication et au nouveau directeur de Radio Mauritanie.

Il est aussi fort curieux que seuls cinq des treize millions promis par l’Etat aient été décaissés. Notons que la TVM a, quant à elle, correctement couvert la manifestation, notamment en diffusant, à son épilogue, les réactions de participants qui saluaient l’action du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

DL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1558

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • SAF-B.F.L. (F) 30/12/2017 06:06 X

    HÉÉ! BONNET YOO! L'auteur du texte à bien raison de le signer par ses initiales (DL) et il est conscient que ce qu'il raconte sur cette conclave du Tabital pulaagu International (Tribunal Pénal International) n'est que de l'affabulation car le peu de reportage que nous avons eu de cet évènement montre le contraire! Comme je l'ai toujours soutenu dans de précédents commentaires, les haalpulaar-Toucouleurs-Cuballo ne se retrouvaient pas dans le thème de la VACHE et ses dérivés (laits frais caillé, beurre, huile viande, etc. ...): ils se reconnaissent plus dans le haako et le gniiri buna! Les vrais peuls authentiquement peuls sont en transhumance vers le Sénégal et Mali à la rcherche de pâturages pour leurs maigres troupeaux fuyant la sécheresse du pays! Raison pour laquelle nous ne voyons pas une affluence pulaagal (ceux qui ont une relation de parenté avec leurs animaux)! L'absence des ténors politiques mauritaniens tels les Thiam, Kane, Balas, Ba, Sarr, etc... ; vient du fait qu'ils n'ont pas confiance aux dirigeants de cette associations d'extrémistes-racistes sur le sol mauritanien après leur conclave en 2016 en sol sénégalais! le syndrome du complot peul comme aimait à le dire Ahmed Sékou Touré de Guinée. Il y avait des thèmes plus porteurs tels l'excision, les mariages précoces et la scolarisation des jeunes fille, Voilà des thèmes qui allaient drainer du monde dans toutes les composantes du pays! Peut-être le prochain Tabital se tiendra en Namibie Mais attention nous ne serons pas loin du Rwanda! HÉÉ! BONNET YOO!