11-01-2018 07:00 - Mauritanie : Sur 110 diplômes objet d’authentification, seuls 30 ne sont pas falsifiés

Mauritanie : Sur 110 diplômes objet d’authentification, seuls 30 ne sont pas falsifiés

AMI - L’Assemblée nationale a tenu mercredi une plénière, sous la présidence de M. Mohamed Yahya Ould Kherchi, son premier vice-président, consacrée à l’écoute des réponses faites par la ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l'administration, Mme Coumba Ba, à une question orale, qui lui a été adressée, par le député Dane Ould Ethmane sur la falsification des diplômes.

Le parlementaire a soulevé le problème de compétences de certains cadres et fonctionnaires publics, dépourvus, selon lui, des facultés scientifiques nécessaires, pour mener à bien leurs missions.

Il a évoqué, le cas de hauts cadres qui occupent des postes importants et sensibles, grâce à des diplômes falsifiés, mettant en exergue, les dangers que constituent ce phénomène sur le rendement du service public et rappelant l’importance des ressources humaines qualifiées.

Le député a souligné également la nécessité d'activer le rôle de la commission d’authentification et d’équivalence des diplômes, en la dotant des moyens appropriés à cette fin, suggérant l’octroi de tous les diplômes par décision ministérielle, avec des numéros de série, permettant leur authentification et demandant à la ministre de révéler les mesures prises par son département, pour éradiquer le phénomène de falsification des diplômes.

Il a rappelé par ailleurs, relevé l’obstacle représenté par ces fonctionnaires détenteurs de faux diplômes, pour les citoyens qui jouissent des compétences et qui ont des diplômes authentiques.

La ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration a évoqué d’emblée, la stratégie anticipative de lutte contre ce phénomène, mettant en exergue, l’existence de structures chargées d’exécuter les mesures prises par le ministère pour endiguer ce phénomène dont la commission nationale des concours et la commission d’authentification et d’équivalence des diplômes, présidée par un conseiller à la Présidence de la République ; d’où le grand intérêt accordé par les hautes autorités du pays à cet aspect.

La seconde commission, formée d’un président, d’un vice-président et de neuf membres, donne les avis et les conseils sur les différents diplômes, a-t-elle précisé, soulignant l’existence au sein de cette même commission, de trois sous-commissions techniques spécialisées.

Ces sous-commissions prennent les mesures nécessaires pour authentifier les diplômes, notamment en s’appuyant sur nos ambassades extérieures, si les titres sont décernés par des écoles étrangères, en plus de contacts directs avec ces mêmes structures pour s’assurer que tel concerné, a obtenu tel diplôme en son sein.

Un travail similaire est également entrepris par la commission d’authentification et d’équivalence des diplômes, pour authentifier les diplômes délivrés par les structures pédagogiques nationales, en consultant leurs archives et en comparant les données existantes en leur sein et les titres objet de vérification, a-t-elle ajouté.

110 diplômes faisant l’objet de réserve ont été examinés à ce jour, dont 30 seulement ont été authentifiés, a-t-elle affirmé, soulignant le rejet des autres titres ne satisfaisant pas aux conditions requises pour leur adoption.

Elle a rappelé aussi la grande attention accordée par le gouvernement à la lutte contre la falsification des diplômes, soulignant le transfert du département de tout dossier relatif à des faux diplômes à la justice, pour ouvrir une enquête judiciaire sur ces cas.

Les députés ont souligné dans leurs interventions la nécessité de renforcer les procédures liées à la lutte contre la falsification des diplômes, rappelant leur impact négatif sur le service public, administré par des personnes sans qualification, appelant également à mettre en place des mesures fermes contre les falsificateurs des diplômes.

Ils ont loué enfin, les recrutements organisés par le département aux cours des dernières périodes, saluant l’attention accordée aux personnes handicapées dans ces concours.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 16
Lus : 9942

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (16)

  • mystere1 (F) 15/01/2018 15:43 X

    d'ailleurs c'est l'occasion, pour que Mme la ministre, prenne ses dispositons contre fléau connu, devenu répandu dans ce pays, acheter un diplôme, c'est comme aller à la boutique pour acheter une chose,il faut prendre des sanctions sévères de peines de prison, pour les auteurs de falsification de diplômes, car si cela continue, on ne connaitra en sachant distinguer le vrai du faux dans ce monde du mensonge, le devoir de ce ministère de la fonction publique, est de nettoyer ces tricheries, salissant la déontologie administrative.

  • lass77 (H) 13/01/2018 11:10 X

    Les faux diplômes et les avantages égoistes et hypocrites qu'ils procurent aux bénéficiaires ne sont rien d'autres qu'une manifestation de ce koufarisme qui regne en Mauritanie. Cela lève le voile au caractere inégal, injustice érigé en systeme dans ce pays. Des dessous de table, du favoritisme, du népotisme sont légions. Comment expliquer des gouverneurs , des ambassadeurs, des prefets, des ministres, des magistrats et autres fonctionnaires en poste sans passer par un concours ni par autres criteres selectifs dignes de foi. Rien de tout cela, c'est pourquoi ce pays va payer de ces anomalies pour longtemps c'est à dire des generations sacrifiées.

  • Aboulamine (H) 12/01/2018 12:58 X

    Cette stratégie anticipative de la part de madame la ministre est à encouragée, surtout que par le passé, on n'en est jamais arrivé à ce niveau. Je ne veux pas dire qu'on est à la perfection car un travail de suivi et d'actions correctives doit être encore fait. Chez nous, nous entamons toujours bien les choses, nous cernons bien les contours des problématiques, mais c'est l'évaluation et le suivi qui nous pose problème. Là où j'attire l'attention de Madame la ministre pour des actions soutenues, c'est la question d’évaluation des compétences de nos fonctionnaires suivi d'actions punitives ou de récompenses. Même si on recrutait les gens avec les faux diplômes mais si on faisait de manière effective et régulièrement une évaluation annuelle à 180° de performance de la personne concernée, ces lacunes ou performances seraient révélées au grand jour pour que des actions correctives soient prises à temps pour limiter les dégâts.

  • doudou19 (H) 11/01/2018 22:33 X

    Mme la ministre avec tous les égards, je croyais que ''charité bien ordonnée commence par soi même''. Soit même ne vous concerne pas directement mais plutôt vos collègues qui siègent chaque semaine avec vous. Leurs conseillers, leurs secrétaires généraux, leurs directeurs centraux etc...Pour être plus crédible il fallait commencer par les hauts responsables pour démontrer autres qu'ils ne seront pas épargnés.

  • pablodia (H) 11/01/2018 18:49 X

    Avec quel diplôme Aziz a été admis à l'Académie de Meknès ? Comment s'est il procuré ce parchemin?Ely Bakar Sneiba a eu in début de réponse à ces questions

  • lamine98 (H) 11/01/2018 17:55 X

    Les valeurs défendues par beaucoup sont la culture de la facilité et le mérite de la médiocrité. Des vrais moutons(mbè mbè mbè mon ventre mon ventre) Conditions suffisantes pour prétendre à un poste de haut cadre : Etre un grand griot hypocrite prêt à retourner sa veste ( y compris nègres de services); avoir un quotient intellectuel de moustique, fils ou fille d'une grande personnalité, faire des interventions au point de se rabaisser On constate toujours ces mêmes problèmes mais on n'agit pas. N'oubliez pas que c'est Dieu qui donne, donc pas la peine de courir derrière une pauvre créature de Dieu pour des intérêts mesquins car la vie est courte en réalité. Vaut mieux avoir la dignité et mourir avec sa dignité et son honneur. Certains applaudisseurs lèches bottes vont encore dire que le président a construit des routes, des infrastructures. la qualité et les conditions de vie du citoyen sont primordiales et priment avant tout. Mais certains ont tendances à tromper le peuple en jouant sur les chiffres.

  • villageois81 (H) 11/01/2018 17:14 X

    hahahaha, si cela est vrai, nous sommes gouvernés par des aveugles, enseignés par les nouveaux nés, et soignés par des fous. cette situation est inacceptable dans un pays, qu je considère riche, mais les richesses sont mal exploitées, car tout simplement certains n'ont pas les competences.Dommage dommage dommage.

  • YEHESS (H) 11/01/2018 15:41 X

    almady, tu as tout dit permet-moi de te féliciter pour ce point de vue, qui est une analyse pertinente de la situation grave dans laquelle se trouve le Pays. Ceci est necessairement un bon début pour concocter un programme à même de sauver notre Mauritanie, à tous les Mauritaniens.

  • leguignolm (H) 11/01/2018 15:17 X

    Et sans compter les diplômes arabes qu'Allah nous vienne en aide!

  • Yacoubelhakem (H) 11/01/2018 12:54 X

    Tout est faux chez nous! Nous manquons de sérieux et de rigueur dans tout ce qu'on fait. Et, cette situation n'est pas prêt de changer puisque nous sommes les éducateurs de la future génération qui sera pire que nous!

  • amadou moussa (H) 11/01/2018 12:51 X

    En 2010, on estimait le nombre de faux diplômes dans la fonction Publique à plus de 4000,dans le secteur privé à plus de 2000. Vérifier Tout pour s'en rendre compte.c'est ça un pays émergent!!!

  • amadou moussa (H) 11/01/2018 12:47 X

    Le Président de la République en sait beaucoup car les faux diplômes sont l’apanage des plus forts.Dans notre pays,les faux diplômes viennent souvent des pays arabes,de nos institutions académiques et de certains pays amis de la Mauritanie.les faux Diplômes se payent Cash sans aucune authentification.Il suffit de s'absenter pour juste 6 mois dans la Badiya, au getna pour trouver un diplôme d'ingénieur,de médecin, de master ...pour trouver une fiche budgétaire avec l'appui des faussaires au moment où les vrais diplômés sont en chômage prolongé.

  • medabdul (H) 11/01/2018 12:39 X

    cela dépasse la raison, la morale, on ne peut même qualifier ce genre de chose, la cause principale de ce phénomène est le racisme érigée en morale d'état,faut les choses telles qu'elles sont; on a le pouvoir militaire,economique,financier,on fait ce qu'on veut.

  • Elyahmed (H) 11/01/2018 11:52 X

    Aziz savait très bien que les diplômes des ministres qu’il nommés sont faux, il savait aussi qu’il faisait avec des cadres qui n’ont aucun niveau, aucun bagages intellectuels et conflictuels, les faux diplômes sont fait à dessein pour écarter les cadres noirs de ce pays, ils sont les seuls à avoir des diplômes valables, par contre nos cousins qui vous disent que j’ai appris en France et je ne parle pas français, j’ai appris aux USA et je ne parle pas anglais ou américain, des cadres qui ne peuvent pas écrire une lettre, après ils sont tout sauf rien.

  • mdmdlemine (H) 11/01/2018 09:45 X

    30/110 sont des vrais diplomes, ce qui signifie selon les probabilités que 300/1100; 3000/11000; 30000/100000 et 300000/1000000 (trois cent mille sur un million) sont authentiques Rapporté à l'effectif des fonctionnaires et agents de l'Etat, des nominations chauvinistes, tribalistes, sectaires, clientélistes, cela veut dire que l'Etat à 75% dirigés par des FAUX DIPLOMES. Un désastre qui permet de comprendre pourquoi nous n'avançons pas, pourquoi le service public est confié a des ecervelés et des dictateurs Chageons vite l'ordre de choses pour sauver la Nation

  • almady (H) 11/01/2018 07:25 X

    Tout est faux chez nous: les diplômes, les produits de consommation, les médicaments,les barbes,les discours C’est un peuple qui a été mis au pas depuis 1978, avili, piétiné,anéanti, Pris en otage par une armée qui n’est pas prête d’abandonner ses privilèges , une opposition en carton et une classe politique corrompue habituée depuis le défunt PPMa à applaudir.