12-01-2018 17:45 - Mauritanie : 217 000 personnes auront besoin d’une aide humanitaire en 2018

Mauritanie : 217 000 personnes auront besoin d’une aide humanitaire en 2018

Initiatives News - En Mauritanie, 143 000 enfants sur plus de 217 000 personnes auront besoin d’une aide humanitaire en 2018.

Cette populations vulnérables, exposées à une crise alimentaire aggravée par les sécheresses et les inondations, vivent dans ces régions du pays où l’accès à l’eau potable et à l’assainissement est inférieur à la moyenne nationale (62%).

C’est ce qui ressort du rapport de l’Unicef sur l’action humanitaire pour les enfants publié en décembre dernier. Selon ce rapport, on estime que 86 000 personnes ont besoin d’eau potable.

21 départements dans huit régions sont au-dessus du seuil critique de nutrition

Les dernières données disponibles sur la situation nutritionnelle montrent que 21 départements dans huit régions sont au-dessus du seuil critique de nutrition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec une malnutrition aiguë globale supérieure à 15% et / ou une malnutrition aiguë sévère supérieure à 2 pour cent.

En 2018, 165 000 enfants et femmes enceintes et allaitantes auront besoin de soins et de traitements nutritionnels indique encore le rapport qui rajoute qu’environ 32 000 enfants de moins de 5 ans auront besoin d’un traitement de malnutrition aiguë sévère (SAM).

Cela représente une augmentation de 70% par rapport à la charge de travail annuelle moyenne au cours des cinq dernières années. Souligne ce rapport disponible en anglais sur le site de l’Unicef.

Compte tenu de la détérioration des conditions de sécurité au Sahel, 52 000 réfugiés maliens, dont plus de la moitié sont des enfants, auront besoin de services de base, notamment l’accès à l’eau potable pour boire, cuisiner et se laver.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1501

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • byebye (H) 15/01/2018 15:50 X

    Bonjour, Macfar tu as parfaitement raison...En tout cas ces aides qui nous bloquer... Comme l´avait bien Sankara, c´est ça l´afrique... La dépendance est notre deuxième nom et les présidents occidentaux nous jette souvent des critiques objectifs et sincères afin que nous changions de comportement..

  • lass77 (H) 12/01/2018 18:18 X

    58 ans d’indépendance encore des telle remarques sur un pays, riche en sous sol , pays agricole quel bilan ? Aucun dirigeant ne peut se satisfaire de cette situation. Qu'on cesse de vendre les terres Arables aux pays du Golfe.

  • macfar (H) 12/01/2018 18:00 X

    Quand est-ce que allons-nous nous décider en hommes dignes de nourrir et d'éduquer seuls nos enfants? Quand est-ce allons-nous nous départir de cette aide qui nous avilit et ne nous sort pas de l'ornière. Cela devrait être notre priorité nationale.