14-01-2018 14:23 - C’est la corruption et la gabegie en continuité avec la tricherie et les faux diplômes

C’est la corruption et la gabegie en continuité avec la tricherie et les faux diplômes

Essirage - La tricherie est un moyen de réussite pour les élèves et candidat aux examens nationaux qui ne s’empêchent pas d’utiliser tout ce qui permettrait d’avoir de bonnes réponses.

Le laxisme et l’indifférence des surveillants dans les centres d’examens facilitent ou favorisent la fraude et l’obtention des faux diplômes, un phénomène dénoncé officiellement aujourd’hui. En effet, il n’est secret pour personne qu’en Mauritanie les vrais acteurs de la fraude lors des examens et des concours sont les surveillants et ceux qui sont chargés de l’organisation.

Dans les centres d’examens d’entrée en 6eme, du brevet, du bac et des concours certains surveillants traitent toutes les épreuves à la place des candidats et d’autres corrigent et distribuent toutes les réponses. Ne se sentant jamais inquiétés car ne redoutant pas de sanction, les faussaires privent d’autres de leur droit.

Tel est malheureusement le constat que l’on fait de la situation.vu l’ampleur du phénomène les élus du peuple ont jugé nécessaire d’interpeller les responsables sur la question. Ainsi Dr Ba Coumba, la ministre de la fonction publique et de la modernisation de l’administration a été à l’Assemblée nationale pour répondre à une question orale posée par un député.

Officiellement, elle a confirmé l’inquiétude des mauritaniens, victimes de la fraude et de ses conséquences. Elle a aussi donné raison à ceux qui prennent le gouvernement responsable d’une telle injustice vu son inaction face au fléau. Dans sa réponse la ministre s’est contentée de souligner 110 cas alors que les diplômes obtenus par la tricherie et non authentifiés pullulent dans tous les secteurs publiques et privés.

Ne rassurant pas du tout ceux qui se disent confiants en leurs diplômes, la ministre a évoqué une commission d’authentification de diplômes sans dire ce que fera le gouvernement des faux diplômes en possession des fonctionnaires qui exercent à tous les niveaux.

Pendant que le phénomène de l’usage du faux gangrène le pays des mesures autres qu’une commission d’authentification doivent être prises s’il y a volonté du gouvernement à combattre le fléau. Les mauritaniens avides de justice et de transparence veulent de précisions sur les 80 faux diplômés évoqués devant les élus du peuple.car dans sa réponse, la ministre a clairement dit que seuls 30 ont été authentifiés. Pour une action efficace et sérieuse donc l’authentification des diplômes doit aussi concerner les fonctionnaires en exercice, les contractuels et agents de l’état et pas seulement ceux qui cherchent à intégrer la fonction publique car les faux diplômes sont dans tous les secteurs et cela au vu et au su de tous.

Au pays du népotisme, du favoritisme et du clientélisme les titulaires des diplômes obtenus par la tricherie sont les mieux vus. Au lieu d’être traqués et sanctionnés, ils sont récompensés. Ils rendent les détenteurs des diplômes authentifiables victimes. Où en sommes nous donc avec la lutte contre la corruption et la gabegie ? Que peut signifier l’égalité de chance entre les citoyens dans ces conditions ?

Enfin un diplôme authentifié pourra t il avoir une valeur dans ce pays ? En attendant d’éléments de réponse à ces quelques questions il y a lieu de saluer le courage de la ministre de la fonction publique et de la modernisation de l’administration pour avoir au moins osé dire qu’il ya des faux diplômes au pays des chi- taari et de maw- mouskillé.

En un mot pas de réelle détermination pour faire face au fléau de la tricherie et des faux diplômes.

Amadou Bocar Ba/Gaynaako



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3089

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • yawonni (H) 14/01/2018 18:14 X

    Ce qui explique notre inexistence dans les instances,ong,agences de developpement internationales et sous regionales. Le niveau est faible et point d experience. Dans les Universitees europeennes les mauritaniens sont exclus malgres les grandes notes et diplomes presentes aux tests de preinscription. L etat sait bien que les ambassades et autres partenaires insalles en rim savent ce qui se passe . C est dommage. On est loin de l image du Senegal.

  • sammbasy (H) 14/01/2018 16:16 X

    Ah les pauvres élèves, les enfants sont des victimes. Ils imitent leurs parents. En Mauritanie la triche est devenue une chose normale. On vole tout. Tout est trafiqué, à une exception près. On vole le pouvoir, on vole aux élections, on vole l'argent public, on vole aux examens, on vole les diplômes, on vole les médicaments, le riz, les billets. Et on se prend pour les plus vertueux au monde. On ne craint rien, même pas le Jour du dernier Jugement...