28-01-2018 11:11 - Le ministre des pêches et de l'économie maritime rencontre les acteurs dans le domaine de la pêche à Nouadhibou

Le ministre des pêches et de l'économie maritime rencontre les acteurs dans le domaine de la pêche à Nouadhibou

AMI - Le ministre des pêches et de l'économie maritime, M. Nany Ould Chrougha, a tenu, samedi matin à Nouadhibou, en compagnie de M. Ahmed Ould Ahmed Salem Ould Mohamed Raré, wali de Dakhlet Nouadhibou, une série de réunion avec les acteurs intervenant dans le domaine de la pêche.

Ont pris part à ces réunions les acteurs des secteurs de la pêche artisanale et industrielle et les propriétaires des usines de pêche.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le ministre des pêches et de l'économie maritime a parlé des réalisations accomplies dans le domaine des pêches, deux ans après le début d'exécution de la stratégie de gestion responsable pour le développement durable de la pêche maritime 2015-2019, insistant, dans ce cadre, sur ce qui a été réalisé, s'agissant de l'accroissement notable du débarquement des captures de pêche au niveau des ports mauritaniens au cours de l'année passée, en comparaison avec les années passées avant la mise en place de ladite stratégie.

Il a précisé que cela a contribué de manière très grande au développement du secteur et à la préservation des ressources halieutiques.

Le ministre a appelé tous les acteurs intervenant dans le secteur à participer de façon effective à l'opération de recensement et d'immatriculation des pirogues de pêche qui débutera la semaine prochaine sur tout le littoral mauritanien.

La réunion a été aussi l'occasion d'examiner les problèmes qui se posent aux acteurs dans le domaine de la pêche et d'insister sur la nécessité de préserver les ressources halieutiques et de les exploiter de façon durable, leur garantissant ainsi de jouer leur rôle en tant que levier et pilier essentiel du développement national.

Les réunions se sont déroulées en présence de la secrétaire générale du ministère des pêches et de l'économie maritime, Mme Khadijetou Mint Bouka, du hakem de la moughataa de Nouadhibou, M. Ehmedna Ould Sid Bé et des responsables militaires et sécuritaires dans la wilaya.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1754

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • el merchid (H) 29/01/2018 00:10 X

    Le pillage de nos potentialités halieutiques est scandaleux . La gabegie , le népotisme ont atteint le zenit . La démagogie ne pourra plus camoufler le sabotage de ce secteur vital . Les principaux responsables repondront impitoyablement de leurs actes malhonnêtes .

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 28/01/2018 14:21 X

    Monsieur le Ministre Nany Ould Chrougha, descendez sur le terrain et ouvrez les yeux. En quelques années, une trentaine d’usines de farine de poissons se sont installées à Nouadhibou plus précisément à Bountiya. Dans ces usines, les farines de poissons sont exportées vers l’étranger et le poisson se fait malheureusement de plus en plus rare à cause justement de la surexploitation des petits poissons, réduits en farine. Cette sardinelle, transformée en farine, sera vendue au mieux à 1200 dollars la tonne et il faut cinq tonnes de poissons frais pour obtenir une tonne de farine. Faites le calcul, 5 Tonnes valent 1500 dollars en les transformant en farine leur valeur tombe à 1200 dollars. Les pauvres mauritaniennes qui achetaient chinchards, maquereaux et sardinelles pour les vendre localement se sont retrouvées au chômage. Ces petits pélagiques, moins nobles que le thon ou la daurade, constituent la base de la cuisine mauritanienne jusque dans l’arrière-pays. Mais depuis quelques années, des fabricants de farine de poissons mauritaniens, marocains, ghanéens se sont installés à Bountiya (Nouadhibou) et raflent tout en offrant quelques centimes de plus par caisse débarquée des pirogues de pêche artisanale. Aujourd’hui, ces usines constituent une vraie menace pour notre biodiversité marine. D’ailleurs la Banque mondiale a déjà publié de son côté une évaluation remise à jour du manque à gagner qui découle de la mauvaise gestion de la ressource halieutique. Selon les calculs de ses experts, « pêcher moins et mieux » pourrait générer des gains supplémentaires. Mettre fin à la surexploitation permettrait non seulement aux populations de poissons de se reconstituer, mais aussi d’accroître la valeur des prises. Si nous voulons créer réellement de la richesse et des vrais emplois, si nous voulons contribuer au développement d'une économie bleue durable. l’État doit absolument encourager davantage les grandes sociétés comme Poly Hon Done Pelagic Fishery Co. Ltd qui résulte d'une convention de pêche que le gouvernement mauritanien a signée, en 2010, avec la chine notamment le groupe Poly Technology International dont elle est une filiale. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • oliguense (H) 28/01/2018 14:16 X

    Mr le ministre votre stratégie 2015_2019 ç de éradiqué definitivement le secteur de la pêche artisanale.