09-02-2018 09:30 - Greenpeace veut que Macky Sall et Aziz optent pour une gestion régionale de la pêche en Afrique de l'Ouest

Greenpeace veut que Macky Sall et Aziz optent pour une gestion régionale de la pêche en Afrique de l'Ouest

PressAfrik - L'ONG Greenpeace qui dénonce, aux côtés d’autres organisations, la surexploitation des ressources halieutiques dans les eaux ouest-africaines invite les chefs de l'Etat sénégalais et mauritaniens à promouvoir une gestion régionale de la pêche en Afrique de l'Ouest.

Des avancées sont possibles mais ne peuvent passer que par une coopération renforcée des pays d’Afrique de l’Ouest et par l’harmonisation de leurs politiques et réglementations des pêches, a noté l'organisation de protection de l'environnement présente dans plus de 55 pays à travers le monde, dans un communiqué parvenu à PressAfrik.

"En Afrique de l’Ouest, les deux tiers des stocks de poissons sont partagés entre plusieurs pays. Il est donc indispensable et vital que les états côtiers qui souffrent de la surpêche et la pêche illégale, conjuguent leurs efforts pour mettre un terme à ces maux qui gangrènent le secteur de la pêche. Aujourd’hui, la mise en place d’un organe régional ou le renforcement des institutions existantes avec mandat de gestion de ces ressources, devrait être une priorité pour les chefs d’Etats de la sous-région", soutient Dr Ibrahima Cissé, Responsable de la campagne océans pour Greenpeace Afrique.

"La Mauritanie et le Sénégal qui occupent des places stratégiques dans cette sous-région devraient jouer un rôle important dans la mise en place de cet organe et encourager les autres pays à gérer communément cette richesse partagée. Greenpeace espère que les Présidents Macky Sall et Abdel Aziz vont s’entretenir, entre autres, sur cette question qui devient pressante. Les populations mauritaniennes et sénégalaises ont les mêmes préoccupations et les dirigeants ne devraient pas attendre des incidents extrême comme la mort du jeune pêcheur sénégalais (que nous déplorons ) pour trouver une solution conjointe et durable à la gestion de la pêche en Afrique de l’Ouest", a ajouté Dr Cissé.

Pour rappel, le chef de l'Etat sénégalais est depuis ce jeudi à Nouakchot pour une visite de deux jours, sur invitation de son homologue mauritanien. Ils vont discuter des problèmes liés à la pêche sur les côtes frontalières entre les deux pays, qui ont récemment occasionné la mort d'un jeune pêcheur sénégalais, tué par une balle des gardes côtes mauritaniens.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2180

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • ahznar (H) 09/02/2018 15:42 X

    Voici en resumé la solution du probleme ! Et greepeace l'expose en lumière. Nos deux presidents devront se rendre à l'evidence que le cri d'alerte lancé par cette organisation s'inscrit depuis longtemps. Au lieu de s'acharner sur des pauvres pirogues conduites par des illétrés et idiots comme le yaye boy ou de faire le far west aux paisibles boutiquiers mauritaniens nos deux pays ont à surveillerles bâteaux de pêches qui nous pillent et faciliter les piroguiers. A quoi sert la lutte contre la souverainté alimentaire contre l'immigration clandestine ? On donnera raison à Trump un jour !

  • ELVALLI (H) 09/02/2018 10:32 X

    La Mauritanie et le Sénégal doivent interdire, immédiatement, et inviter leurs voisins à les rejoindre, la pêche par chaluts de fond. Cette pêche détruit systématiquement les refuges de poisson par raclage du fond océanique. Les quotas de poulpes que se partagent, en dessous de table, nos dirigeants ne doivent pas empêcher ces derniers à revenir à la raison et pratiquer une politique de pêche qui préserve la pérennité cette richesse non renouvellable. La pêche de surface et entre-les- eaux doit être strictement contrôlée en fonction du potentiel halieutique disponible. La pêche artisanale avec les filets dérivants «félé-félé» doit être strictement interdite car elle permet d’attraper toutes sortes de poisson en les tuant par noyade. La pêche artisanale par pots à poulpe doit être interdite dans les zones de hauts fonds où viennent pondre les femelles poulpes. Il est ridicule de s’entretuer pour un poisson pêché par des piroguiers alors qu’à quelques milles plus au large il est systématiquement déversé par-dessus bord par des navires industriels qui veulent garder la place de stockage pour les espèces les plus chères à l’exportation. Allez au large de la Mauritanie et vous verrez des marées flottantes de poisson mort laissé à la dérive. C’est précisément le poisson à écaille que cherchent, vainement, nos ménagères. La honte !