16-02-2018 20:00 - Le FMI met en garde contre les emprunts non concessionnels en Mauritanie

 Le FMI met en garde contre les emprunts non concessionnels en Mauritanie

Apanews - Le directeur général adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), Mitshuhiro Furusawa, a mis en garde contre les emprunts non concessionnels en Mauritanie, dans une déclaration à la presse vendredi à Nouakchott.

« Malgré les besoins en financement d’infrastructures, il faudra éviter les emprunts non concessionnels et améliorer la gestion de la dette », a recommandé Furusawa au sortir d’une entrevue jugée « très productive » avec le premier ministre mauritanien, Yahya Ould Hademine.

« J’ai souligné la nécessité de mettre en œuvre une stratégie d’investissement prudente afin d’accroitre les infrastructures et créer des emplois tout en assurant la fiabilité de l’endettement public », a-t-il ajouté.

Le responsable du FMI a indiqué avoir discuté avec son interlocuteur les derniers développements économiques en Mauritanie, qui, selon lui, sont positifs et répondent à la conjoncture internationale.

Il a fait état d’une convergence de vue sur l’opportunité du moment pour amorcer des réformes structurelles nécessaires pour accélérer la croissance, transformer l’économie et créer des emplois afin d’améliorer le niveau de vie des populations.

M. Furusawa a aussi salué le lancement des programmes économiques soutenus par le FMI et la détermination des autorités mauritaniennes à mettre en œuvre ces programmes « suite à la gestion raisonnable ces deux dernières années et la facilité élargie approuvée par le Fonds en décembre dernier à raison de 163,9 millions dollars US sur 3 ans ».
Cela soutiendra la Stratégie de croissance inclusive et encouragera la poursuite des réformes, a-t-il estimé, soulignant l’importance de renforcer la lutte contre la corruption et d’améliorer l’environnement des affaires pour favoriser le développement du secteur privé et la création d’emplois.

MOO/of/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1811

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • synthetiseur (H) 16/02/2018 20:55 X

    Quand le FMI passe ça passe ou ça casse. Et depuis des décennies tous les pays qui sont passés au moulinex du FMI se sont énormément endettés, ont perdu une grande partie de leur souveraineté et sont devenus instables et gangrenés par des conflits internes fomentés et encouragés par les bailleurs. Certes en raison de la mondialisation, de la faiblesse de nos économies, de la faiblesse tout court de nos pays le FMI est un mal nécécessaire imparable mais il faut savoir gérer les relatons avec cette instance pour le moins de dégats possibles sur les équilibres économiques, sociaux et politiques du pays. Nous nous rappelons tous des fameux rapports traffiqués du FMI sur notre pays pendant la période du régime Taya et les différents ajustements structurels qui ont mis à genoux la Mauritanie. Inspirons nous du passé.Pour rien au monde nous ne devons sacrifier des générations futures par un endettement béat. Et le cadre de cette institution est on ne peut plus clair et pour une fois le FMI est transparent: « Malgré les besoins en financement d’infrastructures, il faudra éviter les emprunts non concessionnels et améliorer la gestion de la dette », a recommandé Furusawa au sortir d’une entrevue jugée « très productive » avec le premier ministre mauritanien, Yahya Ould Hademine. « J’ai souligné la nécessité de mettre en œuvre une stratégie d’investissement prudente afin d’accroitre les infrastructures et créer des emplois tout en assurant la fiabilité de l’endettement public », a-t-il ajouté.